Partagez | 
 

 Quête : L'Alchimiste fou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Quête : L'Alchimiste fou    Ven 18 Mar - 20:13

L'alchimiste vous attend au septième étage de la Tour d'Ivoire, là où il a installé la totalité de son laboratoire. Il occupe à lui seul trois étages, mais les deux autres sont "top secrets". Pour accéder à sa porte, il vous "suffit" de grimper l'escalier en colimaçon au centre. Attention aux murs farceurs de la tour, ils aiment bien embêter les nouveaux venus.

Vous reconnaîtrez l'alchimiste à ce portrait :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Sam 19 Mar - 0:38

Niènor s'étira longuement, de bonne humeur. Elle était grisée par l'air vif du temps et ébloui par la grande tour qui s'élevait devant elle, bien trop lumineuse à son gout. Elle semblait reflété l'idéologie des gens de Kalei car toute la ville était en fait très blanche, donnant un aspect pure à l'ensemble. Les temples étaient fleurissant, elle en avait croisé beaucoup sur son chemin. Mais elle était athée et la seule chose en laquelle Niènor avait foi, c'était la nature.

Elle observa un moment la tour immaculée qui projetait son ombre sur elle. La tour la dominait de sept étages. Tout ça à gravir ! Mais elle était heureuse de voyager, de marcher, aujourd'hui. Elle était restée, lui semblait-il, un long moment confinée chez elle, suite à une maladie que son chat avait contractée, ce qui expliquait son absence à son côté. Elle avait préféré le gardé chez elle puisqu'une rechute n'était pas exclue. Elle regarda derrière elle, cherchant du regard un éventuel coéquipier- ou coéquipière- qui sait ? Mais soudain, une idée la frappa ! Et si il ou elle était rentré sans elle, comme l'avait fait Taraya, lors d'une autre quête ?

Niènor fronça les sourcils. Il n'y avait pas d'heure précise, cette fois. Donc sa théorie tint debout. Elle préféra aller vérifier par elle-même et après avoir jauger encore une fois la tour, elle entra. L'intérieur était... Comment dire ? Blanc. Oui voilà, c'est le mot ! Blanc. Et bizarre.

Elle regarda autour d'elle mais ne vit pas grand chose d'intéressant mise à part une salamandre. La pauvre bête ! Que faisait-elle là ? Elle voulut se pencher vers l'amphibien munie de bonne intention mais l'animal ne sembla pas apprécier et lui sauta dessus ! Niènor poussa un petit cri, recula et tenta de faire descendre l'animal mais celui-ci était ô combien tenace ! Après maintes contorsions, elle fini par faire partir l'animal gluant de son bustier et s'éloigna le plus vite possible de l'étrange bestiole. Elle monta ainsi jusqu'au deuxième étage et s'appuya innocemment contre le mur pour reprendre son souffle.

L'alchimiste n'avait-il pas mentionné de faire attention à sa salamandre de compagnie car celle-ci n'aimait pas les inconnus ? Si ce détail lui était revenu un peu plus tôt, elle aurait évité de s'approcher de la bête ! Mais alors qu'elle se demandait pourquoi elle n'y avait pas penser, le mur l'engloba. Horreur ! Elle était prisonnière ! Elle frappa autour d'elle, paniquée. Elle ne voulait pas mourir dans un mur, tiens ! Et au moment ou elle allait assené un autre coup au mur, voilà qu'il la recrachait comme un aliment tout à fait dégoutant. Elle se méfiait de la tour à présent !

Elle se dit même qu'il était peut-être préférable de rebrousser chemin et de retourner dehors. La tour lui semblait vivante comme animée d'une volonté qui lui était propre et c'était un peu trop étrange pour que Niènor l'affronte seule. Elle dévala les marches des escaliers quatre à quatre et ouvrit la porte à la volée, aspirant au passage une grande goulée d'air.

Niènor se posta à nouveau devant la tour, patiente. Elle contrôlait si il ne lui manquait pas de bourses à sa ceinture mais le compte était bon ! Après le catastrophique épisode des ronces qui lui avait donné une bonne leçon, elle se baladait toujours avec des bourses pleines d'herbes et de bandages. Elle en avait même une avec de l'alcool à 90 degrés. Pour désinfecter les plaies, c'est pratique, bien que douloureux.


La tour derrière elle était presque fluorescente tant elle brillait sous le soleil, et avec ses habits sombres, elle avait l'impression de faire tâche. Mais quand on habite en forêt, on était bien obligé de s'habiller avec des teintes brunes ou vertes. Dans son cas, ses habits étaient bruns foncés. Comme d'habitude lorsqu'elle entreprenait de longs voyages ou des quête, elle avait opté pour une bustier, un short confortable, sa ceinture de cuir, un long manteau et de bonnes chaussures de marche, ce qui lui conférait une allure étrange, moitié mystérieuse, moitié aventurière. L'essentiel, c'est qu'elle soit à l'aise dedans !

Elle jeta un nouveau regard autour d'elle. Quand arriverait son coéquipier ? Elle espérait que la quête se passerait mieux que celle qu'elle avait fais précédemment... Elle croisa les bras, impassible, observant l'horizon attendant. Elle n'avait plus que ça à faire à présent. Attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Dim 20 Mar - 18:16

Et si je faisais de nouvelles quêtes il s’était dit… Il l’avait bien regretté. Tentant de trouver une mission dans les alentours de Heatpolis le jeune aventurier était tombé sur une quête aux premiers abords assez simple qui ne consistait qu’à récupérer divers ingrédients globalement localisés dans la forêt de Naïa, il s’était alors précipité dessus d’autant plus que la quête ne demandait que très peu d’aventuriers et donc par conséquent moins d’emmerdeur à trainer derrière soi, une quête parfaite en somme. Léonard était alors resté dans une auberge de Heatpolis, attendant la missive de ce fameux alchimiste qui n’avait pas laissé beaucoup d’indication sur son identité et sur le lieu de rendez-vous qui permettrait à chacun des deux participants d’en apprendre plus sur les détails de la quête. Il s’était donc levé ce matin pour prendre son petit déjeuner, était aller voir l’aubergiste pour lui demander des nouvelles de l’extérieur et avait reçu ce précieux courrier… Enfin précieux, tout est relatif.

À peine eu-t-il li les premières lignes qu’il serra le poing, tentant tant bien que mal de contenir son envie d’égorger la première personne qui se présenterait devant lui. Mais bordel, les gens faisaient vraiment tout pour lui faire péter un câble ou quoi ? Froissant le parchemin dans sa main gauche, le métamorphe élémentaire regagna sa chambre… Il allait devoir faire plus de bagages qu’il ne le pensait en ayant vu l’annonce la première fois. Un aller-retour. C’est ça qu’il allait devoir faire… Traverser tout Az-Mary pour recueillir les quelques informations qu’avait ce très cher Alchimiste à leur donner, puis revenir à son point de départ pour récupérer les trois ingrédients. Fait chier. Un grand sac de voyage se prépara, lentement, avec une quantité certaine de jurons et autres grognements, mais sûrement.
Il faudrait qu’il passe par Thalatta pour récupérer un peu plus d’équipements et surtout de l’argent…

***

Quelques jours plus tard il était en vue de Sainteville de Kalei et de son immense tour d’ivoire. Bien content d’avoir enfin terminé son voyage son humeur n’était pas encore à massacrer d’innocents monstres sans raison valable. Il ne faisait pas trop mauvais, voir même un peu trop beau pour que tout aille bien, la pureté de cette ville était un poil gerbante tout de même… Ce blanc partout… Pas une trace de saleté, pas une trace de vice…Tout ça n’était relativement pas engageant, à croire que la moindre faute vaudrait la peine de mort. Léonard se mordit la langue, il était encore une fois en train d’halluciner. On ne vit pas dans un pays barbare après tout, si de tels choses se faisaient nul doute que cette chère reine interviendrait sur le champ pour modifier tout ce bordel. Les principaux bâtiments de la ville était le Colisée, l’Ecole et la Tour d’Ivoire, le lieu du rendez-vous, mais très respecté des habitants, les temples en l’honneur de Kalei affluait dans cette ville si pure…

Léonard rajusta son carquois sur son épaule. Son manteau de voyage faisait office de cape, d’un noir profond qui contrastait beaucoup avec le blanc de la tour. Il descendait jusqu’à ces genoux et était rafistolé par endroit… Les coups d’épée de ses ennemis ne lui faisaient peut être rien à lui, mais sa garde robe prenait cher, encore heureux qu’il ai les moyens de la compléter encore et encore. Très peu d’habits en dessous de ce manteau, la plupart du temps il les abandonnait pour ne faire qu’un avec l’eau et ne les retrouvait jamais, autant ne pas trop gaspiller. Il approchait de l’endroit du rendez-vous, son partenaire était-il déjà arrivé ou au contraire arriverait-il le premier ? C’était la grande question du moment qui se classait devant « Mais quelle tête a l’alchimiste ? » et « Dans quelle merde me suis-je encore fourré ? ». Les réjouissances d’un bon bout de chemin à deux approchait et pourtant le stress ne montait pas, en vrai il en avait même pas grand-chose à faire notre cher Léonard, tout ce qu’il voulait c’était la récompense, le reste peu importait pour le moment, rien ne spécifiait que l’autre devait revenir vivant.

Bientôt il fut devant les portes de la Tour d’Ivoire. Il hésitait quand à ce qu’il devait faire… dans la lettre qu’il avait reçu était bien spécifié une chose « Frappez trois fois et dites "pataclou" »… Mais à quel moment fallait-il le faire ? Sur la porte d’entrée qui setenait devant lui ou sur celle de l’alchimiste et de son laboratoire qui prenait trois étages à lui tout seul. Il resta donc comme ça. De longues minutes durant à se demander qu’est-ce qui serait préférable pour ne pas trop se taper l’air con d’entrée de jeu. Il n’y avait pour le moment pas de compagnon de route en vue, peut être était-il déjà monté. Qu’avait-il donc fait lui ?
Léonard se pencha sur la porte, essayant de reconnaître des traces de poings dans la poussière qui confirmeraient qu’une personne toqua trois fois avant lui… Mais toujours rien.
Que faire, que faire… S’il y avait un piège qui se déclenchait lorsque on se trompait de méthode il n’était pas dans la merde… Quoiqu’en fait non, il lui suffisait de devenir liquide pour éviter le piège en fait…

Prenant son courage à deux mains, le jeune Océanos se posta plus près de la porte, essayant de cacher tant bien que mal ses mouvements à l’aide de sa cape noire. Il toqua une fois, puis deux, hésita un instant, et ne voyant rien venir se força à abattre une dernière fois son poing sur la porte… Toujours rien. En fin de compte il était vraiment parano. Reprenant un peu de couleur, il se permit d’aspirer une bouffée d’air avant de prononcer le mot indiqué par l’alchimiste, ce soi-disant Peter.

"Pataclou… "

Toujours rien… Il avait encore psychoté pour n’importe quoi. Il prit dans sa main droite la poignée de porte pour la tirer vers lui, mais il n’en eu pas vraiment le temps…. La porte comme animé de sa propre volonté s’ouvrit à la volée, lui éclatant en pleine figure. Il fut projeté quelques mètres plus loin, certaines parties de son corps réduites à l’état de flaques d’eaux… Son nez notamment. La douleur n’était pas là, mais l’humiliation et la honte si…
Réunissant un peu de ses forces pour se reconstituer, Léonard se laissa aveuglé par la blancheur de la tour. Ne voyant pas que quelqu’un venait de faire son apparition.

Une fois qu’il fut enfin en un seul morceau "solide", notre jeune homme se remit sur pied, apercevant enfin son agresseur, ou plutôt son « agresseuse ». Une demoiselle aux longs cheveux violet foncé se tenait devant la tour, reprenant son souffle tout en vérifiant ce qui semblait être des bourses remplis à ras bord d’un matériel de premier secours, on pouvait donc logiquement penser que son pouvoir ne s’orientait pas dans la médecine, auxquels cas elle n’aurait pas eu besoin d’autant de charges, un Biolide soigneur se devait d’être agile pour esquiver tous les coups de l’adversaire, s’il mourrait plus personne ne pourrait soigner les autres… Plus aucun doute, elle devait faire parti de l’aventure, quelques égratignures de ci de là, des chaussures de marches, un manteau de voyage… C’était la seconde personne qui participait à la quête… Pourquoi donc alors avait-elle dévalé les escaliers comme une cinglée ?

"Je pense ne pas dire de bêtise en avançant le fait que vous devez vous aussi participer à la quête "

Son ton était toujours aussi neutre, il avait esquissé un semblant de sourire et tendait la main vers la demoiselle. Au pire des cas, il se taperait l’air con. La voyant se retourner, un semblant d’intérêt dans les yeux, il poursuivit la discussion.

" La tour est donc si effrayante ? Elle semble plutôt calme de l’extérieur… "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Mer 23 Mar - 15:58

Elle laissait le soleil taper sur son visage, tranquillement, attendant toujours. Maintenant qu'elle était sortie de cette étrange tour, elle était calme et toujours de bonne humeur. Mais il lui semblait toutefois qu'une chose clochait. N'avait-elle rien heurté en ouvrant la porte aussi précipitamment ? Elle croyait avoir entendu un bruit mat... Son imagination divaguait peut-être un peu trop aujourd'hui.

Ou peut-être pas, en réalité. Elle ne faisait pas vraiment attention à ce qui l'entourait ni au bruit extérieure. Ouh, la grossière erreur ! Ça lui aurait évité d'être surprise par la personne qui venait d'arriver derrière elle. Oh bien sur, il lui avait semblé entendre un son très léger- Un dernier souffle n'aurait pas été aussi léger cela dis. Elle ne se retourna pourtant pas. Sûrement que c'était un habitant de Jeyna ou aller savoir quoi. Pourtant, elle se trompait puisque l'homme avança :

-Je pense ne pas dire de bêtise en avançant le fait que vous devez vous aussi participer à la quête

Non, non il ne se trompais pas. Elle se retourna alors, intriguée. L'homme était grand. Il la dominait de quinze bon centimètres. Pourtant, en le voyant , la première impression qu'elle avait c'était... La douceur, le calme. Mais aussi une menace sous-adjacente, comme pour dire " ne m'énervez pas". Ses cheveux étaient aussi noire que sa cape, rabibochée par certains endroits. Il était svelte et musclé, portait un carquois dans son dos et n'était pas beaucoup vêtu. Elle non plus d'ailleurs, mais c'était la saison. Elle remarqua alors sa main tendu et son sourire à peine dessiné. Elle n'était pas vraiment dupe, l'enthousiasme ne semblait pas dominé l'homme.

Mais surtout, la main tendue la laissait perplexe. Elle ne connaissait pas vraiment les rituels de salutations chez les humains, puisqu'elle vivait isolée à Naïa- situation qui lui allait assez bien, d'ailleurs ! Donc pour le coup... Elle ne savait pas vraiment quoi faire. Niènor reproduisait simplement la salutation habituel que sa mère réservait à son père. Elle pensait que c'était ainsi que se présentaient les hommes entre eux. Peut-être devait-elle saisir cette main tendue ? L'homme, voyant qu'il avait capté son attention, lui dis :

-La tour est donc si effrayante ? Elle semble plutôt calme de l’extérieur…

Bon, elle allait lui répondre, mais d'abord... Elle allait le saluer. Donc elle saisit doucement cette main tendue, s'approcha de L'homme et lui déposa, du bout des lèvres, un léger baiser sur la bouche, comme elle avait si souvent vu sa mère le faire avec son père. Niènor espérait seulement qu'il n'aurait pas de réaction étrange comme bien souvent.
Elle ne comprenait pas pourquoi d'ailleurs ! Elle lui sourit également, mais pas comme lui. C'était un grand sourire qui apparut sur ses lèvres, dévoilant des longues canines. L'espace de quelques secondes, la malice et la joie illumina son regard, remplaçant la mélancolie qui revint pourtant très vite hanter son étrange regard orangé. Elle lui répondit alors, avec le plus grand naturel du monde, sans aucune retenue ni timidité :

-Vous ne dites aucune bêtises, je participe à la quête et vous aussi, vraisemblablement. Quant à la tour... Eh bien... Les apparences sont trompeuses ! J'espère simplement que vous ne me prendrez pas pour une folle si je vous dis que j'ai croisé une salamandre, qu'elle m'a volé dessus et que lorsque j'ai réussi à m'en défaire, un mur m'a happée et m'a recrachée. Et si par malheur vous me prenez pour une cinglée, je ne vous en voudrais pas parce que j'avoue que cette histoire et quand même étrange. Passons. Mon nom est Niènor Aslinn. Prêt pour rentrer dans la tour et rencontrer l'alchimiste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet:    Mer 23 Mar - 19:46


    Dans un univers laiteux, qui lui donne légèrement mal au crâne, il marche sans vraiment savoir où il va. Ses deux narines à l'affût, il essaye de retrouver son chemin. Chemin qui sans cesse change, tourne, se modifie, l'oblige à ruser pour ne pas finir avaler par ces murs qui l'oppressent. Il entend une porte claquer, au loin, et sens le silence s'abattre soudainement sur son cocon. Plus rien ne bouge, tous les habitants de la Tour d'Ivoire semblent soudain avoir déserté.

    Puis, dans une secousse qui fait vibrer le bâtiment des fondations au sommet, il se retrouve compressé, écrasé contre une pâte grise, avant de se faire éjecter comme un malpropre, hors de son refuge. Il vole, pieds en avant, poussant un léger couinement de surprise, se laissant porter par la force d'attraction terrestre dans un vague élan de panique. Puis, avant que la descente ne lui soit fatale, les escaliers se plient, se tordent, l'agrippent, le déposent au rez-de-chaussée. La Tour se tord, s'enroule, comme un bâtonnet de caramel entre les dents d'un enfant, se figent. Tous ses habitants retiennent leur souffle, priant pour que la secousse ne soit pas trop violente.

    Dans un claquement brusque, la Tour passe de bas en haut, si vite que tout est attiré deux fois, plus fort vers le sol, et après un bruit de fouet, elle se redresse, plus droite et blanche que jamais.

    Légèrement sonné par les évènements, il monte dans un cliquetis réguliers les trois étages, et entre dans sa demeure sans faire de bruit. Il dort encore. Pour le secouer, doucement, il pousse sur la table pour faire tomber les couverts de la veille. L'alchimiste sursaute brusquement, se relève, le regarde, puis enfile ses lunettes. La Tour a fini de se tordre, il est l'heure de se mettre au travail.

    La salamandre retourne s'allonger dans ses pierres volcaniques et offre un petit bâillement à son propriétaire qui le pousse pour poser son oeuf cru sur les pierres. D'un pas lent il se dirige vers sa table de travaux, entre deux épais rideaux, et saisit une poignée de rubis. Son dos craque quand il s'assoit sur le fauteuil riche, pour saisir entre deux pinces un flacon qu'il commence doucement à faire tournoyer. L'opération est prête à être terminée.

    "Respire bien Chaussette, l'expérience est bientôt au point... avec ça je vais pouvoir..." Il saisit son rubis, le plonge dans un échantillon du liquide, dont il éloigne le flacon pour le mettre à l'abri. "Insuffler la vie à l'inanimé."

    Il ferme le bouchon, et secoue énergiquement, sous le regard vaguement blasé de son petit monstre qui lui montre maintenant le ventre, les griffes le long du ventre, ses grands yeux bleus figés en une expression curieuse.

    Peter pose son tube sur le bureau, fronce les sourcils, et débouche l'échantillon. Aussitôt une épaisse fumée bleue s'échappe du flacon, se répand à travers la pièce, l'oblige à ouvrir la fenêtre. Remplie de poussière de pierre, elle se coince dans tous les recoins de la pièce, évite le courant d'air comme mue par une existence propre. Agacé, l'achimiste envoie une bonne bourrasque sur la fautive, et la fait sortir. Soulagé, il rebouche la lotion devenue orangée.

    Chaussette sort deux tubes et les lui apporte, avant de retourner se coucher. Peter prend en note ce qu'il vient de se passer, et grogne en entendant.. des explosions à l'extérieur. Il ouvre la fenêtre, s'apprête à crier aux gêneurs d'aller ailleurs, et hausse les sourcils. Sa fumée explose au contact avec le soleil, comme un feu d'artifice. Poussant un juron, il se hisse à travers les barreaux et se jette dans le vide, déployant ses ailes au dernier moment, pour approcher la poudre, et se fait projeter vers le bas en express. Redressant au dernier moment sa trajectoire, il se pose au sol, et ramasse un peu de poudre issue de cette combustion.

    "Ça par exemple, je ne sais pas ce que c'est mais c'est foutrement intéressant." Il le renifle. "Inodore" Le lèche. Le crache. "Et absolument ignoble. A quoi ça sert, j'en sais rien." Il le range et recroqueville ses ailes par la même occasion, s'époussetant du dos de la main. "Mais je le découvrirai. Tiens ?"

    Intrigué par deux présences il se rapproche, et regarde l'horloge en plissant le regard. Deux personnes, deux humains, et deux porteurs de pierre, à cette heure-ci, pas du quartier et qui attendent au pied de la tour.

    "Vous êtes mes mercenaires?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Sam 26 Mar - 15:07

La jeune femme restait figée devant sa main tendue, il avait capté son attention, mais elle avait l’air bien trop perplexe… Etait-ce encore une de ces jeunes filles de bonne famille à qui l’on apprenait qu’il ne fallait en aucun cas parler à un inconnu, encore moins quand celui était géant et qu’il arborait un sourire « bienveillant ». Léonard se demanda un instant d’où pouvait venir une femme aussi troublé par une poignée de main… Elle avait peut être peur de salir les siennes, auquel cas elle se trompait sur toute la ligne étant donné qu’elle avait affaire à de l’eau pure. Néanmoins, elle se ressaisit, s’approchant pour le saluer, elle saisit d’abord la main tendue avec douceur, rien qui ne ressemblait à une poignée de main en tout cas, et avec une extension presque féline se rapprocha encore plus de Léonard pour lui déposer un baiser sur la bouche, il était léger, il n’était aucunement teint de mauvaises intentions, mais il restait tout de même un baiser.

Léonard resta figé à son tour, ne comprenant qu’à moitié ce qu’il venait de se dérouler en moins d’un tour de main, se demandant même si ce baiser n’avait pas eu la propriété cachée de pétrification. Mais non, c’était son propre corps qui l’entravait, il ne savait plus quoi faire, plus quoi dire, plus rien du tout… Bien trop gêné par ce qui venait de se passer. En aucun cas cette jeune fille semblait être atteinte de nymphomanie, mais bon il est tout de même véridique que l’habit ne fait pas le moine hein… Elle avait tout de même plutôt l’air d’avoir été recluse de la civilisation durant sa jeunesse, quelqu’un qui ne savait pas réagir face à certaines situations et qui reproduisait la moindre chose qu’il avait vu par le passé. Léonard décida donc de passer outre pour ne pas froisser dès le début de la quête sa partenaire.Dans un grand sourire qui aurait très bien pu être celui du loup qui un jour terrifia une jeune fille vêtue de rouge, elle se décida à lui répondre comme si rien d’autre ne s’était passé, comme si depuis toujours il se connaissait et que la vie continuait sans entrave aucune.

"Vous ne dites aucune bêtises, je participe à la quête et vous aussi, vraisemblablement…"

Bon, d’office on pouvait éloigner la thèse de la petite fille toute seule dans sa jungle, élevée pas les grands félins et amis de tous les animaux… Son niveau de langue était assez soutenu et son vocabulaire bien développé, elle ne connaissait peut être pas les coutumes de ce monde, mais elle maîtrisait parfaitement son langage.

"...Quant à la tour... Eh bien... Les apparences sont trompeuses ! J'espère simplement que vous ne me prendrez pas pour une folle si je vous dis que j'ai croisé une salamandre, qu'elle m'a volé dessus et que lorsque j'ai réussi à m'en défaire, un mur m'a happée et m'a recrachée… "

Franchement, il ne faut pas avoir peur pour ça, je te prends déjà pour une folle, pas besoin d’en rajouter avec des détails abracadabrantesques dont l’alchimiste nous avait déjà fait part dans sa lettre. La tour d’Ivoire était animée de sa propre conscience paraissait-il, multipliant trappes et passages secrets bien dangereux pour ceux qui ne savaient pas où ils mettaient les pieds. Pour les autres, il devait sûrement être possible de trouver une carte dans l’office de tourisme de Sainteville de Kalei. De légères explosions captèrent un instant l’attention de Léonard, mais très vite il se rendit compte qu’étant donné qu’un alchimiste habite un peu plus haut, il n’est pas forcément étonnant d’entendre ce genre d’explosions…


"...que cette histoire et quand même étrange. Passons. Mon nom est Niènor Aslinn. Prêt pour rentrer dans la tour et rencontrer l'alchimiste ? "

Niènor Aslinn. Un nom qu’il fallait garder en mémoire pendant au moins la durée de cette quête, et assimiler pour la suite au fait de
ne plus tendre la main pour saluer…

"Léonard Océanos, ravi de faire votre connaissance… "

Alors qu’il allait partir dans une envolée lyrique hyperbolée, notre cher Océanos fut coupée par l’atterrissage d’un drôle de bonhomme, ailes dépliées, un air de savant fou peint sur un visage mal rasé. Il ne les avait pas remarqué et était fasciné par une sorte de poudre qui devait être la résultante des explosions, se pouvait-il que ce type fût leur employeur ? En tout cas c’était fort probable.

"Ça par exemple, je ne sais pas ce que c'est mais c'est foutrement intéressant. Inodore. Et absolument ignoble. A quoi ça sert, j'en sais rien." Tout en parlant, le scientifique goûtait cette substance avec tous ses sens, un vrai expert à l’œuvre pourrait-on dire. Il était toujours sympathique de voir ses hommes de science pris dans leurs monologues de marginaux… "Mais je le découvrirai. Tiens ?" Il rangea son échantillon avant de reporter son attention sur les deux aventuriers, visiblement il s’était enfin aperçu de leur présence. Son air intrigué ne disait rien qui vaille à Léonard, qui espérait seulement ne pas avoir droit à la séance de reniflement. L’alchimiste avait heureusement l’air un peu plus civilisé que ça,enfin…

"Vous êtes mes mercenaires?"

"Oui, Léonard Océanos, j’ai répondu à votre annonce. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Dim 27 Mar - 3:28

Le bruit vague de quelques explosions la surprirent, lui firent tourné la tête l'espace de quelques instants. Allons bons, que se passait-il encore ? Si ça avait un rapport quelconque avec la tour, peut-être bien qu'elle ne préférait pas, en fin de compte, savoir ce qui se passait. Son attention revint à son interlocuteur qui avait pris la parole à son tour, prêt à se lancer dans ce qui lui sembla être, une grande explications :

"Léonard Océanos, ravi de faire votre connaissance… "

Mais Léonard s'arrêta en pleine phrase, coupé dans son élan par... Elle tourna la tête et vit à son tour. Tout simplement, par un homme étrange, ailes déployées, qui se posait délicatement à terre. L'homme était négligé et Niènor plissa le nez. Elle n'aimait pas vraiment l'odeur étrange qu'il dégageait, mélange de senteur de pleins de potions différentes, très sûrement.

Une fois à terre, l'homme s'accroupit et saisit une poudre qui était tombée à terre. Voici donc l'auteur des explosions et celui qui, par la même occasion, serait leur employeur le temps de cette quête, en déduisit-elle. Tout en se saisissant de la poudre, il parlait, seul. Il ne semblait pas les avoir vus, en tout cas.

-Ça par exemple, je ne sais pas ce que c'est mais c'est foutrement intéressant

Attendez... Mais... Il le renifle ! Et le lèche même ! Bon, d'accord... Elle venait de trouver plus étrange qu'elle, pour le coup. Quel drôle de bonhomme ! Et dire que c'était très sûrement leur employeur... Mais dans quoi c'était-elle encore embarquée ?

-Inodore. Et absolument ignoble. A quoi ça sert, j'en sais rien

Bon ça y'est, cette fois, elle avait peur ! Et c'était dans ses mains à lui que reposait le secret pour animer ce qui ne pouvait l'être ? Eh bien, à son humble avis, le salue humanitaire n'était pas pour bientôt... Elle jeta un regard interloqué à Léonard, dans l'espoir qu'il aurait une réponse, lui, parce que elle, en tout cas, ne comprenait pas...

-Mais je le découvrirai. Tiens ?

L'alchimiste était de plus en plus déconcertant... Il rangea son échantillon de poudre. Il venait apparemment de son rendre compte qu'il n'était pas seul, comme il s'y attendait. Il plissa les yeux, regarda l'heure puis s'approcha d'eux, l'air intrigué.

-Vous êtes mes mercenaires?
-Oui, Léonard Océanos, j’ai répondu à votre annonce.

Léonard n'avait pas l'air de plaisanter, sous ses airs calmes... Niènor alla saluer l'alchimiste exactement de la même manière qu'elle avait saluer Léonard, c'est à dire par un léger baiser. Elle retourna ensuite auprès de son coéquipier et décida de se présenter, toujours avec calme :

-Niènor Aslinn, j'ai également répondu présente à votre annonce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Lun 28 Mar - 17:40


    "Merveilleux, c'est merveilleux. Je ne vous attendais pas avant quelques heures mais, ma foi, tant mieux."

    L'alchimiste s'épousseta les mains et rangea son flacon avant de faire un signe aux habitants, curieux, qui venaient de sortir la tête par leur fenêtre pour voir ce qui avait fait un tel boucan en bas de chez eux. Peter rajusta ses lunettes sur son nez et mordilla la chaîne au bout de laquelle pendait sa pierre avec un air inquiet, le regard dans le vide. En réalité, il venait déjà d'oublier les deux aventuriers et réfléchissait à la composition possible de la poudre. Et aux éléments qui pourraient lui servir à créer la vie. Un, deux, trois. Trois ingrédients, la poudre, avec un soupçon de... mais bien sûr!

    Revenant soudainement à la réalité, l'alchimiste plaça ses doigts entre ses lèvres et siffla un bon coup. Un soupir fendit la tour lorsque la petite tête d'une salamandre rouge passa par la fenêtre pour le fixer, la tête légèrement penchée sur le côté avec un air surpris. Peter lança la fiole avec précision et la petite patte écailleuse de la créature la saisit, puis la rentra tandis qu'il se dirigeait vers les lourdes portes de la tour.

    "Montez donc, Chaussette vous a vu et ne vous attaquera pas tant que je serai avec vous, alors je vais pouvoir vous expliquer plus précisément de ce dont il retourne." Continua-t-il en grimpant les escaliers sans même faire attention où il mettait les pieds. Tournant le dos aux aventuriers, il gravit les marches jusqu'à sa porte sans dire un mot, se contentant de lever le pied un peu plus haut lorsqu'une marche décida de rentrer dans le mur, puis de se baisser lorsqu'elle réapparut au niveau de sa tête. L'alchimiste était plus que chez lui, il était là dans son élément. Il gratta le bleu de son visage d'un air absent, puis poussa la porte de son appartement.

    La salamandre, aux aguets, passa un museau curieux entre ses jambes et croassa à la manière d'une grenouille qui voudrait imiter un canari, avant de retourner dans la cheminée, pour s'y allonger. Peter, lui, se rassit à son fauteuil et sortit de la fiole un échantillon pour la verser dans... de la poudre de hobgobeur. Une toute petite partie d'une pince déjà bien consommée. Les deux poudres ensembles ne firent rien. Il hésita un instant puis, avec d'infimes précautions, versa un peu d'une liqueur verte dans sa fiole. Elle tourna au bleu, puis au violine, et se tinta d'un rouge... rubis. Avec un sourire satisfait, Peter versa une goutte de cette lotion sur le bout d'une languette. La languette ne fit d'abord rien.

    Puis un horrible cri de douleur se répandit à travers la pièce, et elle se tortilla dans tous les sens, se retourna, se plia avant... de mourir. Dans une position horriblement affreuse pour une pauvre languette de carton. L'alchimiste jeta la languette au feu. Chaussette effectua un saut de côté et siffla dans sa direction avant de se rallonger, la queue sous le museau. Ce qui le fit sursauter, et se retourner vers les deux aventuriers.

    "Je vous demande pardon, je vous avais oublié. Euh, bien. Je ne sais pas si vous avez fait attention mais cette languette était vivante, avant de mourir dans d'affreuses souffrances. Il me faudrait un ingrédient de plus, j'en suis sûr. Le fantôme et la pince, j'en ai déjà, mais il m'en faudra bien plus. Et je pense que... la dernière pièce de mon puzzle serait un poil de Physe, qu'en dites-vous? Vous savez ce qu'est un physe, au moins?"

    L'air très professionnel, l'alchimiste s'était levé, et avait ramené sur ses bras maigres sa chemise qui tombait légèrement. Il braqua son regard rosé sur les deux étrangers avant de recommencer à mâchouiller sa chaîne, repartant vers un autre monde : celui de son cerveau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Mer 30 Mar - 20:15

Et paf qu’elle recommence à saluer les gens bizarrement… Outch ça risquait d’être bien drôle cette quête, pour le moment tout allait bien dans le meilleur des mondes car Léonard n’était pas vraiment du genre à s’offusquer d’une telle action (Oui, il a bien aimé le pervers…) et l’Alchimiste quand à lui était tellement pris par ses réflexions répétitives qu’il n’avait pas prêté attention au baiser donné aussi amoureusement par Niènor. La quête ne risquait en tout cas pas d’être monotone, les créatures à traquer n’avaient pas non plus l’air commode raison supplémentaire pour se réjouir un peu plus. Pour le moment tout allait plutôt bon train, pas d’emmerde apparente, une bonne petite partie de plaisir s’annonçant de loin, ils n’avaient d’ailleurs pas l’air d’être les seuls à se réjouir, Peter était ravis, ses expériences avaient une chance de se poursuivre, chance qui se présentait en la personne des deux jeunes gens.

"Merveilleux, c'est merveilleux. Je ne vous attendais pas avant quelques heures mais, ma foi, tant mieux."

Effectivement, il n’y avait pas de honte à être ponctuel, enfin ponctuel… Quand aucun horaire n’est précisé, il n’est pas forcément évident d’être synchronisé avec les envies de l’employeur, enfin je dis ça, je dis rien. Les aventuriers ne purent que regarder le drôle de bonhomme s’exécuter, manipuler sa fiole, donner des signes aux habitants, puis complètement se perdre. Le regard vide, mordillant sa chaîne, l’alchimiste était de nouveau perdu dans ses pensées, faisant abstraction de tout ce qui l’entourait, Léonard et Niènor les premier. Le métamorphe élémentaire regarda la scène d’un air amusé, le scientifique toujours et encore plongé dans ses suppositions, dans ses formules complexes et les théories qui devaient en ressortir. Il était sympathique cet employeur, rien à voir avec les Aymeric qui mettait bien plus froid dans le dos que le pouvoir de Raven. Lui au moins attirait les sourires et la bonne humeur, dans un soubresaut Peter revint à la réalité. D’un sifflement il appela la Salamandre dont il avait dépeint le portrait agressif dans sa lettre. Rouge, elle n’avait pas vraiment l’air d’apprécier les visiteurs ou peut être seulement s’ils étaient cuit à la broche. D’un geste extrêmement précis pour quelqu’un qui devrait être dans la normalité des choses accablé par la fatigue que lui procurait son travail, l’homme lança la fiole remplie de poudre à son animal de compagnie qui la récupéra aisément et sans aucune classe… La synchronisation était tout bonnement époustouflante.

"Montez donc, Chaussette vous a vu et ne vous attaquera pas tant que je serai avec vous, alors je vais pouvoir vous expliquer plus précisément de ce dont il retourne."

Il enjamba le pas de la porte vivement, le ton était donné d’avance. Sa démarche semblait aléatoire, imprévisible, il n’avait même pas l’air de surveiller où il marchait, pourtant ce n’était pas la simplicité des escaliers qui devraient faire en sorte qu’il se repose sur ses lauriers. À peine la première marche gravit, Léonard sentit bien qu’il n’était pas dans un bâtiment ordinaire et la cause de ce qui avait bien pu effrayer Niènor la première fois qu’elle était venue ici… Tout était vivant ! Les marches se décalaient à leur gré, s’élargissant ou disparaissant complètement de façon inexplicable… Et L’alchimiste lui allait comme ça, plein d’assurance au devant de ce danger, l’évitant sans même s’en rendre compte, comme par habitude. Pour ce qui était de Léonard la tâche était bien plus complexe, lui qui entrait dans un tel endroit pour la première fois avançait avec la plus grande prudence possible, se laissant très vite distancé par l’alchimiste et peut être même bien par sa partenaire de quête… Trop concentré sur ses fichus marches et murs, il ne jetait plus un seul regard sur les alentours. Bien heureusement pour lui, l’appartement du scientifique n’était pas caché tout au fond d’un labyrinthe maléfique, et il trouva son chemin sans trop de mal…

Les étagères de fioles, de livres, de manuscrits, de bocaux remplis d’ingrédients divers et de provenance assez douteuse prenaient une
immense partie de la place, pas étonnant qu’il ai besoin de trois étages de la Tour d’Ivoire rien que pour lui le bougre, il n’était pas du genre à se gêner pour entasser ses affaires. Après tout, il était chez lui… La salamandre se prélassait sur son feu de cheminée tandis que Peter examinait de nouveau son étrange fiole de poudre… Qu’est-ce qui pouvait autant le fasciner dans celle-ci ? Etait-ce vraiment une découverte capitale ou simplement le caprice du vieux cinglé qu’il était ?
Avec des gestes d’experts il mélangea celle-ci à d’autre ingrédients que Léonard ne connaissait pas par manque d’intérêt pur et dur pour l’alchimie, d’abord rien, puis un nouveau mélange et là, un net changement de couleur apparut… Se pouvait-il qu’il ait réussi à compléter sa formule sans leur aide ? Mince alors, et la récompense ! Si quête il n’y avait pas, il n’y aurait pas non plus de récompense, encore moins d’occasion de s’entraîner… C’était vraiment trop injuste, surtout après un si long voyage.
Croisant les doigts comme un malicieux petit diable, le grand homme contempla son employeur verser une goutte de sa lotion sur un objet qui n’avait pas vraiment sa place ici, une languette… Qu’est-ce que c’était encore que ces idées saugrenues ?

Un instant plus tard, Léonard se retrouvait à devoir enfoncer ses doigts dans ses oreilles pour ne pas avoir à entendre un bruit aussi horrible. La languette était vivante, se tortillait, se pliait, criait même… Puis plus rien. Que pouvait donc être cette potion au juste. Un élixir pour torturer les morceaux de cartons ? Drôle d’idée franchement. En tout cas, l’alchimiste semblait radieux lorsqu’il jeta le morceau de carton sur Chausette, c'est-à-dire dans le feu de la cheminée. Une fois de plus, Peter se rappela de la présence de ses deux "invités".

"Je vous demande pardon, je vous avais oublié. Euh, bien. Je ne sais pas si vous avez fait attention mais cette languette était vivante, avant de mourir dans d'affreuses souffrances. Il me faudrait un ingrédient de plus, j'en suis sûr. Le fantôme et la pince, j'en ai déjà, mais il m'en faudra bien plus. Et je pense que... la dernière pièce de mon puzzle serait un poil de Physe, qu'en dites-vous? Vous savez ce qu'est un physe, au moins?"

Ouf ! Il lui manquait tout de même un ingrédient et les autres n’étaient pas en quantité assez conséquente pour être laissés de côté ! Bonheur ! Un sourire radieux s’afficha sur le visage de Léonard avant qu’il ne jette un regard à Niènor, la priant de le laisser parler en premier. Il serait sûrement mal vu de parler tout les deux en même temps, les alchimistes étaient peut être des marginaux, mais ils avaient tout de même un minimum d’éducation et de principes à sa connaissance. Avec un regard d’expert qui le passait au rayon X, le jeune Océanos n’avait plutôt pas intérêt à dire n’importe quoi. Rassemblant le maximum de ses connaissances sur les Physe emmagasiné grâce aux nombreux livres de ses parents, il entama un petit monologue.

" Bien entendu. Les Physes sont des créatures très proches de la nature qui vivent dans les alentours de la forêt de Naïa. Elles sont hybrides, buste de femme et bas animal la plupart du temps, on peut donc en retrouver de toutes sortes et aucune n’est semblable à une autre. Si on veut en trouver il va falloir faire preuve d’astuce, leur bas animal leur apportant une extraordinaire vitesse qu’un simple humain n’est pas en mesure d’égaler, de plus la plupart du temps elles se développent avec leur environnement, leur donnant une apparence végétale et donc un très bon moyen de camouflage. On pourrait peut être tenter de les piéger à l’aide de cristaux, il me semble que j’ai lu quelque chose attirant de leur forte attirance pour eux… Enfin voilà, je pense que j’en ai déjà pas mal dit… " Il se tourna tout de même vers Niènor, un sourire interrogateur pointant sur ses lèvres par pure politesse. " Quelque chose à dire pour me compléter ? "

Il laissa Niènor répondre, après tout comme elle était peut être bien plus qualifiée que lui pour ce genre de chose, elle chassait peut être ou encore pouvait elle tenir un espèce de musée naturelle d’Az-Mary… Il n’était pas en mesure de le savoir, les réelles présentations n’ayant pas encore été faites. Une dernière question vint avant que Peter ne puisse reprendre la parole.

"Et vous avez une idée précise du genre de Physe qu’il faut que nous croisions ? Quadrupède ou Bipède ? Végétale ou totalement Animale ? Ou n’importe laquelle conviendra ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Jeu 31 Mar - 0:18

-Merveilleux, c'est merveilleux. Je ne vous attendais pas avant quelques heures mais, ma foi, tant mieux.

Eh bien, voilà une chose qui faisait plaisir à voir. L'enthousiasme visible de l'alchimiste était agréable et un léger sourire se dessina sur les lèvres de Niènor, contente d'avoir satisfait leur employeur. Elle avait tout de même bien fait de partir tôt pour arriver en avance. Enfin... Avance... Si on pouvait dire ça puisque sur la lettre, il n'y avait pas d'heure indiquée. L'alchimiste se releva, époussetant ses mains sûrement pleines de petits cailloux. Quelques curieux avaient passer leurs têtes par la fenêtre, voulant certainement savoir la provenance des explosions. L'alchimiste leurs fit signe de la main après avoir ranger sa fiole.

L'alchimiste redressa ses lunettes, mordillant sa chaine ou pendait paresseusement sa pierre, le regard à nouveau perdu dans le vide de ses pensées, un air inquiet sur son visage. Niènor se demanda à quoi pouvait bien penser l'homme. Sûrement une chose dont elle ne comprendrait rien. Elle était néanmoins fascinée par la science et l'alchimie même si elle trouvait parfois tout cela un peu farfelue.

Soudain, le regard de l'alchimiste s'éclaira, comme si il avait trouvé la réponse qui lui fallait. Il siffla alors entre ses doigts, ce dont elle s'étonna parce qu'elle n'y arrivait jamais, elle. Alors qu'elle se demandait ce que l'alchimiste avait chercher à faire, un bruit ressemblant à un soupir provint de la tour. Lorsqu'elle leva la tête pour observer ce qui faisait un tel bruit, elle découvrit la salamandre qui l'avait attaquée auparavant. Allons bon ! Le savant lui jeta sa fiole et la salamandre, à son plus grand étonnement, la rattrapa tout naturellement. Phénomènes pour le moins impressionnant... Niènor continua d'observer la salamandre avec effarement lorsqu'elle se rendit enfin compte que l'alchimiste et son coéquipier était déjà en route vers le palier. Elle les rejoints avec empressement.

-Montez donc, Chaussette vous a vu et ne vous attaquera pas tant que je serai avec vous, alors je vais pouvoir vous expliquer plus précisément de ce dont il retourne.

Heureusement qu'elle les avait rejoints, les deux ne l'avait pas attendue ! L'alchimiste avait franchi le seuil tout comme Léonard. L'alchimiste d'une démarche qu'elle qualifiera de... Papillonnante. Parce qu'il semblait y aller, tout comme un papillon, à l'aveuglette. Il ne regardait pas ou il marchait et du coup, sa démarche se faisait hasardeuse. Pour Léonard, l'exercice des escaliers mouvants semblaient déjà moins facile. Il y allait prudemment, faisant attention à ne pas louper de marche. Hum... Pas comme elle, n'est ce pas ? Ah, la fourbe de marche, elle s'était dérobée sous son pied ! Mais la féline eut tôt fait de se rétablir, rattrapant l'alchimiste au passage. Léonard, lui, était bien trop concentré et s'était laissé distancé. Bah, il les rattrapera, en espérant qu'un mur ne le happe pas au passage.

Lorsque l'alchimiste ouvrit la porte, Niènor lui rentra dedans. Elle ne l'avait pas prévu, ça. Mais l'alchimiste ne semblait pas y avoir prêté attention, donc après s'être frotter le nez d'une main, elle rentra à sa suite, bientôt rejointe par Léonard auprès duquel elle se plaça. Autour d'elle, elle pouvait observer de nombreuses choses tout à fait inédites ! Surtout, le nombres de livres l'impressionnait. Même elle, n'en avait pas autant et pourtant, elle avait une grande bibliothèque chez elle. Il avait entassé, des bocaux et d'autres récipients. Pas très ordonné, l'alchimiste... Sa salamandre était couchée devant la fenêtre et le savant avait entreprit une nouvelle expérience. Elle était fascinée et alla s'installer aux côtés de leurs employeur en faisant attention à ne pas le déranger. Elle le regarda manipuler les ingrédients, observa comment le liquide tournait au bleu puis au violet et changea pour rester sur du rouge rubis. L'alchimiste semblait satisfait, vu son sourire.

Elle regarda alors l'alchimiste verser la substance sur un vulgaire morceau de carton... Et celui ci se mit à crier ! Quel vacarme en plus ! Elle posa ses mains sur ses oreilles, déjà qu'elle était sensible aux sons... Voilà qui n'arrangeait rien... Elle retourna vers son coéquipier qui lui aussi se bouchait les oreilles. Ce n'était pas seulement elle qui avait la berlue, donc ! Le bout de carton semblait d'ailleurs se débattre, puisqu'il bougeait en tous sens. Mais il fini bien vite par rendre l'âme. Elle fut soulagée de la "mort" de la languette. Elle enleva ses mains juste à temps pour écouter l'alchimiste qui était revenu sur terre, se rappelant la présence des mercenaires.

-Je vous demande pardon, je vous avais oublié. Euh, bien. Je ne sais pas si vous avez fait attention mais cette languette était vivante, avant de mourir dans d'affreuses souffrances. Il me faudrait un ingrédient de plus, j'en suis sûr. Le fantôme et la pince, j'en ai déjà, mais il m'en faudra bien plus. Et je pense que... la dernière pièce de mon puzzle serait un poil de Physe, qu'en dites-vous? Vous savez ce qu'est un physe, au moins?

Niènor tourna la tête vers son coéquipier, comme pour lui demander son avis. Un grand sourire éclaira son visage l'espace de quelques instants. Il jeta alors un coup d'œil à Niènor comme si il l'implorait de le laisser parler à sa place. Avait-il peur qu'elle dise des bêtises ? Pourtant, elle savait des choses sur les physes, elle en avait même déjà vus, habitant Naïa. Soudainement très sérieux, léonard entama la description des Physes :

-Bien entendu. Les Physes sont des créatures très proches de la nature qui vivent dans les alentours de la forêt de Naïa. Elles sont hybrides, buste de femme et bas animal la plupart du temps, on peut donc en retrouver de toutes sortes et aucune n’est semblable à une autre. Si on veut en trouver il va falloir faire preuve d’astuce, leur bas animal leur apportant une extraordinaire vitesse qu’un simple humain n’est pas en mesure d’égaler, de plus la plupart du temps elles se développent avec leur environnement, leur donnant une apparence végétale et donc un très bon moyen de camouflage. On pourrait peut être tenter de les piéger à l’aide de cristaux, il me semble que j’ai lu quelque chose attirant de leur forte attirance pour eux… Enfin voilà, je pense que j’en ai déjà pas mal dit… Quelque chose à dire pour me compléter ?

Euh.. que pouvait-elle bien avoir à rajouter à ça ? Deux trois petites choses, en fait ! Un sourire bizarre s'était dessiné sur les lèvres de Léonard à l'instant ou il lui avait demander si elle avait quelque chose à redire. Eh bien, elle allait lui prouver qu'il la sous-estimait, actuellement, elle avait bien des choses à montrer !

- Eh bien... En réalité, les physes sont plutôt calmes et sereins. Ils grandissent près des cristaux surtout ceux de l'arbre Naïa et c'est pourquoi ils sont attirés par eux. Ils semblent les vénérés. Et j'ai entendu dire que certains physe étaient constitué de minéraux... Mais je ne sais pas si c'est vrai. On m'a dis aussi que si les physes restaient près des cristaux c'est parce que ceux-ci les aident à ce développé, à grandir. Ce qui expliquerait pourquoi les physes les protègent comme si leurs vies en dépendaient...

Voilà, elle avait fait de son mieux. En réalité, on ne lui avait pas dis grand chose, elle avait passé assez de temps à observer ses étranges créatures, de la cime des arbres, mais ayant peur de dire des calomnies, elle préférait tenir sa langue et ne pas se vanter. Enfin bon, il faut dire que s'attaquer à un physe n'était pas vraiment une très bonne idée... Elle espérait que cette quête se passerait bien ! Léonard reprit très vite la parole :

-Et vous avez une idée précise du genre de Physe qu’il faut que nous croisions ? Quadrupède ou Bipède ? Végétale ou totalement Animale ? Ou n’importe laquelle conviendra ?

Bah... Quelle drôle de question ! Elle se demanda si les physes étaient vraiment différentes en raison de leurs composition. Mais la remarque était bonne, cependant et elle avait hâte d'entendre la réponse de l'alchimiste. Aujourd'hui, elle allait apprendre de nombreuses choses !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Mar 5 Avr - 21:05


    L'alchimiste était déjà reparti dans son propre monde, ouvrant son encyclopédie naturaliste avec un tel détachement qu'il parut s'envoler totalement en cherchant le nom de "physe" dans sa table des matières. Il n'écoutait que d'une oreille très distante les dires de ses deux élèves. Enfin, de ses deux mercenaires. A la manière d'un professeur qui n'entend qu'un vague bourdonnement de connaissances et ne met le doigt que sur ce qui le fait sursauter d'horreur. Ce qui ne tarda pas à arriver, avec la question du garçon.

    "Et vous avez une idée précise du genre de Physe qu’il faut que nous croisions ? Quadrupède ou Bipède ? Végétale ou totalement Animale ? Ou n’importe laquelle conviendra ? "

    Il leva son regard violine sur les deux aventuriers, par dessous ses lunettes, claqua son ouvrage et garda la tête penchée, les dévisageant tour à tour. D'accord, ils n'avaient jamais vraiment vu un physe, c'était la seule explication. Avec un soupir exaspéré, l'alchimiste sortit deux feuilles de notes qu'il avait faites plusieurs jours auparavant et la leur tendit, le regard entendu.

    "Physe. Physe pardi, pas satires, pas minotaures, pas machins montés sur ressorts, des physes. Les physes bipèdes ont d'autres noms, celui du propriétaire des pierres qui a dégénéré au point d'en devenir une créature reproductible. Vous n'êtes pas allés à l'Académie vous, ça j'en suis sûr. Quand à savoir si elles doivent être végétales ou animales..."

    L'alchimiste rangea ses papiers, et rouvrit son encyclopédie, cherchant pour la seconde fois dans son énorme volume le passage dessiné par feu son grand-père, naturaliste de génie. Peter remarqua ainsi à peine Chaussette qui cracha une petite pierre volcanique aux pieds de celui qui l'avait fâché, avant de venir se blottir dans ses jambes. Il claqua son livre contre la table, fit sursauter sa créature et les bocaux, puis pointa son index sur l'illustration.

    "Si vous cherchez un poil, les végétales et les minérales ne vous donneront que plus de mal. Essayez d'arracher un cheveux à l'une d'elles, ce n'est pas franchement facile. Votre question, donc stupide, n'a pas lieu d'être. Il vous en fait une animale. De préférence pas à plumes ni à écailles. Une physe poilue, quoi. Encore que, si vous trouvez une physe baobab cela fonctionnera je pense, mais pas de feuilles, non, interdit, que chique, niet, nunca, pas question."

    Comme épuisé par une pareille tirade, il s'écroula dans son fauteuil et posa ses lunettes, se massant les tempes avec une mine intense de réflexions. La salamandre se glissa sur ses genoux et tira sur sa manche avec un air inquiet. Il ne réagit pas, semblant ailleurs, puis se redressa d'un coup, l'envoyant valser avec tant de précisions qu'elle s'écrasa dans les bûches, et lui cracha un serpent de flammes furieuses. L'alchimiste passa une main dans ses cheveux blonds, gratta sa barbe naissante puis se mit à fouiller dans son bazar, au fond de la pièce. Il en ressortit avec trois outils plus étranges les uns que les autres. En fait, un par ingrédient demandé.

    "Il serait assez malvenu de vous confier une tâche sans vous donner de quoi l'accomplir. Alors je vais vous offrir mes petites inventions. Ça, c'est un filet à fantômes. Je voulais l'appeler Attrapemi mais certains qui étaient allés sur Terre se sont moqués de moi, enfin, il vous permettra de capturer ces petites boules piquantes très énervantes."

    Il posa sur son lit un étrange outil. Une sorte de fouet, ou peut-être un lasso, semblable à ceux utilisés pour attraper la tête d'un serpent, mais qui était prolongé sur toute sa longueur par un filet aux mailles très fines. Des mailles métalliques très résistantes, et qui empêchait toute perspective de fuite à qui était pris dans cette éprouvette géante. Il saisit la moulinette de son engin, et l'activa en d'énergiques mouvements de poignet, réduisant l'outil à une sorte de canne à pêche toute recroquevillée et beaucoup plus petite que ce qu'elle était à l'origine.

    "Ensuite, je vous présente mon Casse-Noix géant. Je m'en suis servi un jour pour déraciner un arbre. C'est diablement efficace, même s'il nous a fallu plus de cinq hommes de chaque côté pour réussir à faire craquer le tronc. Enfin, pour la pince de Hobgobeur deux ça devrait être suffisant."

    Il posa à côté du filet ce qui était, effectivement, un craque-noix géant. Aussi grand que lui, fait dans un métal qui ne semblait pas excessivement lourd, mais qui était renforcé aux cristaux. Ce qui lui donnait, sans aucun doute, sa force de frappe et sa puissance de casse.

    "Et enfin il y a ça, mon petit bijou. Vous avez tout intérêt à y faire attention."

    Il ne sortit qu'une toute petite fiole, vert pomme, et la tint entre son pouce et son index, comme pendant au bout de ses doigts. Un sourire plus tard, elle disparaissait dans un écrin précieux, comme pour la protéger des méchants aventuriers qui risquaient de la casser.

    "Ma potion change-forme ! Ce truc vous tronque de la moitié de votre corps et le remplace au hasard, j'ai jamais compris comment ça fonctionnait. Si vous voulez changer le haut, buvez-là debout, le bas du corps il faut boire avec la tête à l'envers. Chaque fois que vous rebuvez, vous changez de nouveau de forme. Enfin, vous comprenez je pense. Ça vous sera sans doute utile pour égaler un physe à la course, ou au moins pour leur piquer leurs petits poils. Enfin. Je vous mets deux fioles, j'en ai encore ici. Mais évitez de les perdre, vu?"

    Il tendit avec d'infinies précautions les deux tubes au garçon, puis chargea les bras de la fille avec le craque-noix et le Attrapemi, puis recula pour mettre les mains sur ses hanches, l'air visiblement satisfait. Il hocha la tête et remit ses lunettes sur son nez.

    "Et bien je crois que tout est bon. Vous avez quelques dernières questions avant de partir ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Jeu 7 Avr - 0:12

Comme il le pensait, Niènor de par son expérience aurait quelque chose à rajouter, la pratique était toujours mieux que la théorie et il l’avait appris à ses dépends depuis un bon moment… C’est ce qui lui manquait toujours : L’expérience. Il avait beau eu passer son enfance entouré de livre, les avoir éplucher les uns après les autres, finir par hiberner pendant plusieurs années au fond de l’océan et découvrir d’un seul coup le monde… Tout lui avait paru si différent de ses images gravées dans le papier, de ses pâles illustration qui n’était que des copie de la réalité, qui ne retranscrivaient pas tout son relief, sa beauté, qui n’éveillait pas les sens et qui ne reproduisaient pas les sentiments. Là c’était la même chose… Il n’avait fait que lire des ouvrages traitant des Physes, il serait sans doute en mesure d’en reconnaître une, mais tout le reste était bien loin, toutes les informations que l’on perçoit en voyant la chose de ses propres yeux… Ce petit morceau de sa vie avait été aussi vide de sens que les pages blanches d’un livre, son histoire n’attendait qu’à être écrite et c’était à travers ces expériences, ces quêtes qu’il comptait bien en faire un roman, une épopée, un best-seller… Une vie tellement remplie de sens qu’elle en paraîtrait irréelle aux yeux des Terriens.
Ayant entendu tout ce qu’avait à dire son accompagnatrice il posa la question qui lui taraudait la langue à leur patron d’une quête, espérant ne pas dire de conneries par manque de connaissance. Dans le cas contraire il s’en prendrait sûrement plein la tête, les érudits étaient très pointilleux et le moindre écart dans le non-sens les exécrait… Une mauvaise impression avant même que la quête ne commence ne serait peut être pas du meilleur goût… Enfin bon c’était la vie et ça lui apprendrait à tourner une bonne centaine de fois sa langue dans sa bouche avant de lâcher encore une petite tonne de bêtises devant quelqu’un qui avait vouer sa vie à la combattre… Le petit sursaut d’intérêt sur le visage de l’alchimiste lui indiqua qu’il venait bel et bien de faire une bourde, après tout il était clair que leurs explications respectives ne l’avaient qu’à moitié intéressé et là… Oui, aucun doute, il allait s’en prendre plein la tronche. Avant même que les remarques fusent, le métamorphe pinça ses lèvres.

"Physe. Physe pardi, pas satires, pas minotaures, pas machins montés sur ressorts, des physes. Les physes bipèdes ont d'autres noms, celui du propriétaire des pierres qui a dégénéré au point d'en devenir une créature reproductible. Vous n'êtes pas allés à l'Académie vous, ça j'en suis sûr. Quand à savoir si elles doivent être végétales ou animales..."

Ah ouais d’accord… Il n’y allait quand même pas dans la dentelle là. D’ailleurs il n’était pas clair du tout. Les Physes étaient donc des créatures à quatre pattes mais pouvant posséder des poils de n’importe quel animal ? Plutôt bizarre comme description… Des créatures à moitié humanoïdes ne marchant que sur quatre pattes donc… Bon, ça ne devrait pas être trop difficile s’il réussisse à tomber sur une faible Physe à moitié Mouton. Mais si leur adversaire se retrouvait pourvu du corps d’un cheval ou de Cerf, la difficulté s’en retrouverait bien agrandie. L’alchimiste qui n’était pas décidé à lâcher le morceau se plongea dans une encyclopédie tandis que sa chaussette mal élevée envoyait une pierre volcanique droit dans les pieds de Léonard qui laissa ce dernier passer à son travers, ne sentant qu’une déformation passagère dans sa jambe. Il était bien trop occuper à regarder son détracteur s’énerver après sa remarque qu’il jugeait bien trop peu pertinente.

"Si vous cherchez un poil, les végétales et les minérales ne vous donneront que plus de mal. Essayez d'arracher un cheveu à l'une d'elles, ce n'est pas franchement facile. Votre question, donc stupide, n'a pas lieu d'être. Il vous en fait une animale. De préférence pas à plumes ni à écailles. Une physe poilue, quoi. Encore que, si vous trouvez une physe baobab cela fonctionnera je pense, mais pas de feuilles, non, interdit, que chique, niet, nunca, pas question."

Ouais et comment je suis exactement censé savoir qu’une Physe végétale n’a pas de cheveux hein ? Après tout son buste est censé être celui d’une femme et jusqu’à preuve du contraire les Dryades comme toutes créatures anthropomorphiques ont toujours eu des cheveux. Tout le monde ne pouvait pas être aussi érudits que lui… Les créatures de légendes ayant toujours un étroit lien avec la réalité, il avait été tout naturel pour le jeune homme de faire le rapprochement. La question n’avait donc rien de stupide pour Léonard et il appréciait de moins en moins son alchimiste de patron… Comment ça trop fier ?
Son désir de réussir la quête n’en fut que plus accrut, bien trop désireux de rabattre le caquet de ce Peter en lui ramenant tous les ingrédients en un temps record. Serrant les dents, Léonard rongea son frein, essayant d’attendre avec patience que celui qu’il classait à présent dans la catégorie des chieurs notoires finisse ses explications. Impassible il regarda la continuité de l’action d’un œil distrait.

"Il serait assez malvenu de vous confier une tâche sans vous donner de quoi l'accomplir. "
*Il est déjà malvenu de nous gonfler avec ton air supérieur…* Se rendant compte qu’il avait articulé les dernières sonorité à voix haute, il s’empressa de toussoter, espérant avoir été couvert par la suite des paroles du fou.
"Alors je vais vous offrir mes petites inventions. Ça, c'est un filet à fantômes. Je voulais l'appeler Attrapemi mais certains qui étaient allés sur Terre se sont moqués de moi, enfin, il vous permettra de capturer ces petites boules piquantes très énervantes."

Euh… Ouais. Personnellement je pense que c’est compréhensible qu’on se soit fichu de ta gueule… À quoi pouvait bien ressembler ce truc ? Cet Attrapemi… Une sorte de truc qu’on ne peut pas décrire sans raconter n’importe quoi, un hybride entre canne à pêche, filet, épuisette et lasso. Le système n’avait pas l’air trop compliqué avec cette moulinette, mais faudrait-il encore apprendre à s’en servir parce que là… Voilà quoi, on se comprend.

"Ensuite, je vous présente mon Casse-Noix géant. Je m'en suis servi un jour pour déraciner un arbre. C'est diablement efficace, même s'il nous a fallu plus de cinq hommes de chaque côté pour réussir à faire craquer le tronc. Enfin, pour la pince de Hobgobeur deux ça devrait être suffisant."

Pourquoi pas. On restait dans la thématique du « ridicule qui ne tue pas », mais pourquoi pas. Après tout les Hobgobeur habitaient les profondeurs de l’océan Lamya et était par conséquent les proies idéales de notre jeune amie. Capable de se projeter très haut grâce à leur physionomie ces créatures en avait dans la pince et nul doute qu’un homme normal se ferait broyé en moins de temps qu’il en faut pour le dire. Mais lui, il n’était pas vraiment normal, un coup de pince du crustacé ne ferait guère plus que de le couper en deux. Remarquer avec quel calme une idée aussi saugrenue traverse l’esprit de ce gars là… Si c’est pas le signe d’une grave pathologie, moi je rends mon tablier.

"Et enfin il y a ça, mon petit bijou. Vous avez tout intérêt à y faire attention."

Que que quoi ? Une arme nucléaire ? Une baguette de sureau ? Une épée d’orichalque ? Une mystérieuse parure capable de nous amener directement au niveau 20 ? Ah… Non. Simplement une fiole de potion magique ! Mais pourquoi n’y avais-je pas penser, il va sûrement nous donner toute sa marmite et on arrachera la pince du crabe à main nue, on éventrera les fantômes les uns après les autres et on battra sans problèmes les Physe à la course avant des les tondre à la vitesse de la lumière ! Au fait, depuis quand la Potion magique a-t-elle une couleur vert pomme ?

"Ma potion change-forme ! Ce truc vous tronque de la moitié de votre corps et le remplace au hasard, j'ai jamais compris comment ça fonctionnait. Si vous voulez changer le haut, buvez-là debout, le bas du corps il faut boire avec la tête à l'envers. Chaque fois que vous rebuvez, vous changez de nouveau de forme. Enfin, vous comprenez je pense. Ça vous sera sans doute utile pour égaler un physe à la course, ou au moins pour leur piquer leurs petits poils. Enfin. Je vous mets deux fioles, j'en ai encore ici. Mais évitez de les perdre, vu?"

Il lui tendit les deux flacons avec une lenteur infinie, comme s’il croyait que le métamorphe était assez stupide pour les laisser tomber. Mais quel andouille celui-là !... Au moins ses cadeaux étaient précieux et utiles, à voir l’utilisation qu’ils pourraient tous les deux en faire, le tout serait de réussir à s’entendre pour éviter les pertes de temps et les dégâts inutiles, la quête allait bientôt démarrer, enfin. Le dernier présent intriguait tout de même Léonard… Il n’allait pas être simple de se changer. Boire la tête en bas puis deux secondes se retrouver enticher de quatre patte et d’un surplus de quelques centaines de kilos… Voilà qui ferait craquer plus d’une branche. Comment faire dans ce cas ? Il faudrait qu’ils prennent le temps de réfléchir à ça également. Léonard sourit à Niènor, trop agacé par Peter pour le regarder en face.

"Et bien je crois que tout est bon. Vous avez quelques dernières questions avant de partir ?"

La question le taraudait depuis un bon bout de temps déjà… Il hésitait à la ressortir… Tant pis, il devait se jeter à l’eau. Dans le pire des cas il serait encore un peu plus fâché avec l’alchimiste, ce n’était pas non plus dramatique.

"Oui, peut être une… Dans votre annonce vous parlez de financement du voyage, ça se rapporte à quelque chose de précis où l’on est libre de choisir notre itinéraire ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Ven 8 Avr - 1:54

Oh le voilà qui farfouillait dans son gros livre ! Niènor se demanda si il les écoutaient seulement… Il semblait sur son petit nuage, plongé au plus profond de son raisonnement auquel personne n’aurait pu l’en défaire. Allons bon ! Ne le comprendrait-elle donc jamais ? En même temps, elle n’était pas une érudite donc elle aurait peine à suivre son raisonnement. Mais elle trouvait cet étrange bonhomme sympathique et il l’amusait, bien qu’il se montrait parfois étrange.

Elle jeta un nouveau coup d’œil à son compagnon d’une quête. Il semblait tendu. Très tendu. De quoi pouvait-il bien avoir peur ? L’alchimiste n’allait pas le manger, hein ! Quoi que ça, elle n'en savait rien. Comme il avait répondu en premier à la question de l'alchimiste, peut-être craignait-il tout simplement d'avoir mal répondu ou un truc du genre. Elle se demanda quelle réaction aurait l'alchimiste si, par hasard, l'un des deux voyageurs auraient mal décrits les physes.

La réponse ne fit pas long à pointé le bout de son nez, à voir le sursaut du savant. après la question de son coéquipier Ouh, ça allait barder pour eux ! Elle qui pensait que l'interrogation de Léonard était bonne... Elle avait eu tord puisqu'elle avait fait sortir l'alchimiste de ses gonds. Lorsqu'il claqua l'encyclopédie, Niènor sursauta, surprise, les yeux ronds. C'était aussi terrible que ça ? Après un soupir agacé- comme si il faisait face à la pire erreur qu'il eu jamais vu ou entendu- il leur tendit une feuille. Non mais, il plaisantait là. Hein, il plaisantais ? Mais à voir le regard qui leurs lançaient, ça ne l'était pas... Niènor saisit la feuille mais ne se donna pas la peine de la parcourir. Mais pas d'inquiétude, la jeune femme allait la lire après. Dès que l'alchimiste aurait fini de rouspiller. Promis !

-Physe. Physe pardi, pas satires, pas minotaures, pas machins montés sur ressorts, des physes. Les physes bipèdes ont d'autres noms, celui du propriétaire des pierres qui a dégénéré au point d'en devenir une créature reproductible. Vous n'êtes pas allés à l'Académie vous, ça j'en suis sûr. Quand à savoir si elles doivent être végétales ou animales...

Ah ? Ces choses avaient été un jour humaines, alors ? Enfin, seulement les bipèdes, cela s'entend. Donc ce qu'il voulait, c'était des physes quadrupèdes, si elle avait bien compris... Oh et puis aussi, hein, ça faisait quoi si elle n'avait été à l'Académie qu'une seule fois dans sa vie- et pour une quête, qui plus est ? Elle avait dû apprendre par ses propres moyens à vivre et survivre dans une forêt qui ne lui avait pas toujours fait de cadeau. Et pour elle, c'était ainsi qu'on apprenait vraiment ! Rien n'était aussi instructif, pensait-elle, que d'expérimenté par ses propres moyens. C'est ainsi qu'elle avait vécu... Oh bien sûre, elle avait eu un minimum d'éducation du temps ou ses parents étaient encore de ce monde et que la vie était presque clémente. Là, elle avait appris à lire à écrire, parler correctement et bien se conduire- bien que cela, elle l'avait mal assimilé- puis à être polie et tant d'autres choses. Maintenant, dire qu'elle était érudite reviendrait à proférer un énorme mensonge mais elle n'était pas stupide non plus ! Et c'est pas parce qu'une personne avait été à l'Académie qu'elle pouvait prétendre avoir la science infuse ! D'ailleurs, elle était certaine que les gens qui en sortait ne savaient pas faire de maison ! Enfin bon... Elle n'allait pas s'offusquer pour les paroles d'un savant, il savait ce qu'il disait et elle n'avait pas à remettre en question sa parole bien qu'elle devait avouer avoir été un peu vexée, pour le coup. D'ailleurs, en parlant d'éducation, sa salamandre devrait calmer ses ardeurs ! la fourbe de petite bête venait de cracher une pierre volcanique sur le pieds de Léonard. D'ailleurs, phénomène étrange, la pierre passa au travers. Elle n'alla pas chercher plus loin, puisque l'alchimiste reprenait la parole, toujours mécontent.

-Si vous cherchez un poil, les végétales et les minérales ne vous donneront que plus de mal. Essayez d'arracher un cheveu à l'une d'elles, ce n'est pas franchement facile. Votre question, donc stupide, n'a pas lieu d'être. Il vous en fait une animale. De préférence pas à plumes ni à écailles. Une physe poilue, quoi. Encore que, si vous trouvez une physe baobab cela fonctionnera je pense, mais pas de feuilles, non, interdit, que chique, niet, nunca, pas question.

Oh la la mais quel pointilleux. Il ne serait pas un peu soupe au lait, cet alchimiste, par hasard ? Bon d'un coté c'était logique mais la question était pertinente, à son humble avis... Quant à ses pas questions, pas la peine de se répéter, hein, une fois ça suffit. Il pointait de son doigt une illustration de physe. Mais une fois de plus, Niènor ne se donna pas la peine d'y jeter un œil. Elle avait déjà vu des physes et très sûrement qu'après cette quête, elle ne voudrait plus jamais en recroisé ! Lorsqu'elle regarda son coéquipier, celui-ci semblait très... vexé. L'alchimiste venait de déconstruire en un rien de temps la logique du jeune homme. au plus grand déplaisir de celui ci. Le point positif ? C'est que Léonard semblait plus que motivé, maintenant ! Même si il paraissait distrait.

-Il serait assez malvenu de vous confier une tâche sans vous donner de quoi l'accomplir.

Ce n'est pas qu'elle était contre un peu d'aide mais... Pourquoi est ce qu'elle avait la désagréable impression que l'alchimiste les prenaient pour des incapables et des imbéciles ? Eh bien ça promettait d'être joyeux !

-Il est déjà malvenu de nous gonfler avec ton air supérieur…

Niènor ne put s'empêcher de sourire suite à l'arrogance dont faisait preuve Léonard. Et puis, il fallait dire, aussi, qu'elle était assez d'accord avec lui pour l'air supérieur du l'alchimiste. Lorsque le jeune homme se rendit compte qu'il avait prononcé les paroles à voix hautes, il s'empressa de toussoter. Se qui fit encore plus sourire Niènor. Non, elle n'était pas sadique, mais elle trouvait cette situation amusante.

-Alors je vais vous offrir mes petites inventions. Ça,c'est un filet à fantômes. Je voulais l'appeler Attrapemi mais certains qui étaient allés sur Terre se sont moqués de moi, enfin, il vous permettra de capturer ces petites boules piquantes très énervantes

Euh... Oui... Qu'on la pardonne si elle ne se montrait pas très convaincue mais "filet" était un terme que la féline ne jugea pas juste pour cette... Chose. Un fouet ? Un lasso ? Un lasso-fouet avec un filet au bout ? Oh et puis zut, après la maniement de l'alchimiste c'était à présent une canne à pêche. Eh bien, si les gens sortaient de l'Académie dans cet état là, elle ne regrettait pas de ne pas y être allée !

-Ensuite, je vous présente mon Casse-Noix géant. Je
m'en suis servi un jour pour déraciner un arbre. C'est diablement
efficace, même s'il nous a fallu plus de cinq hommes de chaque côté pour réussir à faire craquer le tronc. Enfin, pour la pince de Hobgobeur deux ça devrait être suffisant.


Un quoi ? Hogbobeur ? Hobgobeur ? Mais qu'est ce que c'était encore que cette bête là ? Ça ne devait pas être très grand puisque il leur donnaient un objet qui ne lui paraissait pas plus efficace que le précédent... Quoi que, vu la grandeur du casse noix renforcé en cristaux... Mais quand même, là, elle n'avait plus de doute, il était vraiment taré.

-Et enfin il y a ça, mon petit bijou. Vous avez tout intérêt à y faire attention.

Oh ça devait être bien puissant si ils devaient y faire autant attention ! Elle se demanda qu'est ce c'était, intriguée. Mais la déception envahit Niènor lorsqu'il ne sortit qu'une ridicule fiole vert pomme. Allons bon, qu'est ce que c'était, cette fois ? Une potion magique qui vous transformait en herbe ou qui faisait pousser des pommiers, au cas ou ils auraient un petit creux ? Non mais trêves de plaisanteries, elle écouta l'explication de l'alchimiste un brin allumé


-Ma potion change-forme ! Ce truc vous tronque de la
moitié de votre corps et le remplace au hasard, j'ai jamais compris comment ça fonctionnait. Si vous voulez changer le haut, buvez-là debout, le bas du corps il faut boire avec la tête à l'envers. Chaque fois que vous rebuvez, vous changez de nouveau de forme. Enfin, vous comprenez je pense. Ça vous sera sans doute utile pour égaler un physe à la course, ou au moins pour leur piquer leurs petits poils. Enfin. Je vous mets deux fioles, j'en ai encore ici. Mais évitez de les perdre,
vu?

Hey ! Et pourquoi c'était elle qui devait porter tous les trucs les plus encombrant ? Comme si elle n'était pas assez délicate pour transporter ses stupides fioles... Bon enfin voilà une chouette perspective que la potion leur offraient, il fallait tout de même l'avouer ! Pouvoir égaler les physes dans leurs courses ! Enfin... Maintenant, il ne fallait pas tomber sur le corps d'un petit animal... Et puis aussi, il fallait déjà réussir à avaler sa potion tête à l'envers. Comment allaient-ils s'y prendre ? Se pendre par la pieds à un arbre n'était pas une mauvaise idée, mais l'idée de retomber lourdement au sol ne lui plaisait pas. La solution ne devait pourtant pas être compliquée mais elle craignait de le demander à l'alchimiste de peur que celui ci ne se relance dans un interminable discours. De plus, Léonard semblait déjà irrité par l'alchimiste, elle n'allait pas en rajouter une couche. D'ailleurs, son coéquipier lui sourit, ne apparemment plus regarder le savant. Il l'avait tant énerver que ça ? Enfin bon, elle lui rendit son sourire, gentiment, enchantée à l'idée de pouvoir enfin débuter la quête.

-Et bien je crois que tout est bon. Vous avez quelques dernières questions avant de partir ?

Pour sa part, elle craignait trop les représailles de l'alchimiste pour poser ne serait-ce que la plus infime petite question. Après le discours sur les physes, elle n'avait guère envie de subir la théorie sur " le meilleur moyen de boire une potion la tête à l'envers" mais son compagnon lui avait une question...

-Oui, peut être une… Dans votre annonce vous parlez de financement du voyage, ça se rapporte à quelque chose de précis où l’on est libre de choisir notre itinéraire ?

Enfer et damnation ! Le fou ! Il venait de s'aventurer sur un terrain miner, le pauvre... Elle lui adressa d'ailleurs un regard de sympathie. Si ce n'était pas du courage, elle ne s'appelait plus Niènor Aslinn !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Lun 18 Avr - 19:10


    Peter pinça les lèvres, et garda un long moment le silence, avec une moue assez significative sur le visage. Exactement celle qu'avait autrefois son maître lorsqu'il disait une bêtise plus grosse que lui. Le regard ironique, il glissa du garçon à la jeune fille, et fit comme s'il n'avait rien entendu, fouillant dans ses affaires pour trouver deux sacs de voyage qu'il avait fait préparer la veille. Chaussette les avait personnellement remplis de vivres et de couchage, d'eau. Ce qui faisait qu'ils étaient plein à ras-bord de nourriture lyophilisée, une de ses inventions merveilleuses, et qu'ils permettaient de la sorte de manger en ne transportant que des choses légères.

    "C'est tout ce dont vous aurez besoin. Il y a un sac de couchage pour chacun d'entre vous. Vous êtes ailés?"

    Comme pour confirmer sa demande, Chaussette passa entre eux, tenant à bouts de bras un seau rempli de quelques fragments de pierre de pouvoir. Peter lui jeta un regard interrogatif et haussa plus haut encore les sourcils en voyant la Salamandre avaler les morceaux comme du pop-corn. Il secoua la tête, pour s'empêcher d'halluciner et se tourna vers les aventuriers.

    "Si ce n'est pas le cas, je vous conseille d'aller d'abord chercher des fantômes à la sortie de la ville et de les confier à un biolide aérien. Généralement ils me connaissent, je leur donne des cours de chimie. Pour la pince, confiez-la à Nadjir, un pêcheur un peu grognon. En fait, il est totalement allumé, mais il me la ramènera. Et pour le poil... et bien, vous me le ramènerez en main propre, comme ça je pourrai vous botter le train ou vous donner votre récompense, c'est selon. Bon, maintenant que cela est dit."

    Peter arracha des griffes de la petite salamandre le seau de pierres. Elle lui répondit en sifflant. Tout en se dirigeant vers la porte, il essaya lui aussi de croquer dans une pierre et poussa un cri tel que la bête sursauta et se cacha derrière Léonard, plantant ses griffes au passages. L'alchimiste cracha un morceau du butin de son animal de compagnie par terre et ouvrit la porte avec une révérence.

    "Je vous souhaite bon vent..."


[HS : La suite de vos aventures se déroule ici ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Lun 18 Avr - 19:19

Niènor : 276 lignes soient 69 points d'expérience de gagnés.
Niènor monte au niveau 2 et débloque un slot de capacité !
Prochain slot dans 41 points.

Léonard : 323 lignes soient 81 points d'expérience.
Prochain niveau dans 3 points.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quête : L'Alchimiste fou    Aujourd'hui à 10:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Quête : L'Alchimiste fou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CATALOGUE d'Elessarion l'alchimiste
» A la recherche de l'alchimiste Todd Curaï (destin)
» Quête : Alchimiste
» Errok Barbe-Brûlée - Runiste, ingénieur et alchimiste
» [Officiel]Guide pratique du petit alchimiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Az-Mary :: Administration :: Ancienne version :: Anciens Rp :: Anciens événements ou quêtes.-
Sauter vers: