Partagez | 
 

 Quête : L'alchimiste fou [2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Quête : L'alchimiste fou [2]   Lun 18 Avr - 19:09

Après vous avoir donné ses dernières recommandations l'alchimiste vous a mis dehors. Votre première mission est simple car elle est proche : attraper un fantôme des ronces. Enfin, simple, c'est une façon de parler. Ces bestioles se baladent de l'autre côté des remparts en bande. Ils chantent, ils dansent, roulent et attaquent en rythme. Il est presque impossible de les approcher, sauf si vous tombez dans l'un de leurs pièges. A la sortie de la ville, un petit poste de transport aérien est tenu par trois biolides en costume traditionnel. Pris de pitié par votre mission, ils ont accepté de ramener les boules piquantes à l'alchimiste gratuitement.

Bonne chance !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Mar 19 Avr - 16:48

La quête commençait vraiment. Il venait de descendre les marches de la Tour d’Ivoire et s’éloignait de plus en plus du cœur de Sainteville, leur première cible était à la sortie de celle-ci et les deux aventuriers avaient hâte de passer à l’action. Ils ne manquaient vraisemblablement de rien niveau équipement, et les vivres fournis par l’alchimiste étaient plutôt important, là-dessus, il n’allait pas être obligé de chasser nuit et jours pour leur survie. Mais la vraie chasse, elle, venait de commencer, et il n’allait pas falloir y aller avec des pincettes. Equipés au mieux, les deux jeunes gens marchaient droit vers leur première destination, un nid de Fantôme de ronces, il fallait qu’ils arrivent à en attraper au moins deux pour l’alchimiste et ça ne serait sûrement pas simple vu la hargne de ses petites bestioles et leur instinct de groupe… Pour en extirper rien qu’un et s’enfuir assez vite pour que tout le reste ne se mette pas à vous réduire en purée, il fallait le faire… Passer un peu de temps sur une stratégie ne serait donc pas incommode pour nos deux amis.

Léonard fixa un instant Niènor. Ils s’étaient répartis les outils de l’alchimiste et lui avait hérité des deux fioles de potion change-forme, qu’il s’était empressé de fourré au fond de son sac dans une boîte en fer forgée après les avoir auparavant enroulé dans un morceau de tissu afin qu’il ne reçoivent pas le moindre choc, la boîte était parfaitement comblée, si bien que les deux précieuses potions magiques ne bougeraient pas d’un millimètre jusqu’à qu’ils en aient besoin. Il avait aussi fixé la pince dans son dos, lui donnant une allure assez particulière de chasseur de crustacé, mais nous n’en dirons pas plus. Restait pour Niènor l’espace de cannefiletofouet de ce cher alchimiste. Autant dire que ça allait être à elle de faire tout le boulot pour cette première partie de qu//Sbaff// Maieuh… Je l’aiderai quand même un peu, te fâches pas Lux !

"Il serait peut être temps d’en apprendre un peu plus l’un sur l’autre si l’on veut pouvoir unir nos forces dans cette mission. " Marquant un temps d’arrêt, le chrysalide ferma les yeux pour se concentrer, c’était bien plus dur quand il n’était pas en plein combat, quand il ne voyait pas un danger imminent et qu’il n’y avait pas d’autre alternative. Le corps du jeune homme perdit lentement ses couleurs, devenant de plus en plus translucide avant de finir transparent. Clair, l’eau qui le composait semblait totalement pure, cristalline… Les reflets du soleil dansaient en lui. "Je suis un métamorphe élémentaire, l’eau est mon élément et ma plus précieuse alliée. Je ne suis affecté par aucune attaque physique, ou en tout cas je n’ai encore trouvé personne capable de me blesser… " Le jeune repris aussitôt sa forme normale, ce n’était pas simple de se déplacer dans cette forme et pas vraiment discret pour
rejoindre les remparts de Sainteville. Mais il n’avait pas encore fini sa tirade. "C’est une capacité, pour le moment très passive. C’est pour ça que je me suis entraîné pour… " Repliant le poignet, l’aventurier tira entre son index et son majeur une lame de couteau de lancer qu’il expédia d’un geste vif dans le centre d’une enseigne aux allures de cible. "…pouvoir me défendre un minimum. Et toi,… " Il hésita un instant, s’il fallait qu’ils soient partenaires, il pouvait bien tenter le tutoiement. "Niènor, raconte moi tout ! " Il lui offrit son plus beau sourire. Et oui, ça lui arrivait de sourire et de paraître heureux.

Qu’allaient-ils donc bien pouvoir faire pour le moment, sûrement pas question de foncer directement sur le territoire des fantômes de ronce, il allait qu’ils élaborent un plan, et même si tout foirait en cours de route et qu’ils étaient amenés à devoir improviser, il leur fallait un plan de départ, histoire de trouver la confiance et le courage nécessaire à cette quête, les fantômes n’étaient pas des êtres commodes, encore moins quand ils étaient couverts de piquants et qu’ils se jouaient brutalement de vous…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Mer 27 Avr - 17:50

Quel brute cet alchimiste ! Ils se proposaient gentiment pour sa quête de fou furieux et voilà qu'il les jetaient dehors, le malotru ! Niènor s'en souviendra la prochaine qu'elle s'inscrirait pour une quête qu'un alchimiste à qui il manque une case propose. Parole de félin ! A présent, ils avaient pris le chemin qui les conduiraient à la sortie de la ville blanche, comme Niènor appelait Kalei. Ils s'éloignaient tranquillement de la tour d'ivoire et ça, c'était une bonne chose ! Le signal du départ de la quête venait d'être donné et elle jubilait à l'idée de vivre une nouvelle aventure même si leurs tâche première n'était pas vraiment fantastique-attraper des fantômes des ronces et se faire piquer de partout... Au moins étaient-ils bien approvisionnés et bien équipés ! Enfin, si ils arrivaient à comprendre comment fonctionnaient les instruments que leurs avait donné l'alchimiste, bien sûr. Mais elle avait hâte et cela se voyait à sa mine ravie !

Cela dis, elle était pensive. Comment allaient-ils faire pour réussir à attraper ses boules piquantes ? Et avoir ce poil de physe ? Quant à l'hobgobeur, elle ne savait même ce que c'était ! Il fallait qu'ils réfléchissent à une stratégie avant toute chose. Après cela, les choses iraient bien plus vites ! Ou elle l'espérait tout du moins. Elle regarda le drôle de filet attrape fantômes des ronces- vous devrez avouez que c'est mieux que attrapemi, hein- et se demanda si ce machin allait vraiment les aider... Elle regarda Léonard et aussitôt un sourire fendit son visage. Cette pince lui donnait vraiment une allure très spécial et elle devait avouer que ça la faisait rire. Non ! Ce n'était pas de la moquerie hein, elle l'aimait bien son coéquipier mais voir un grand gaillard avec une pince si ridicule sur son dos... Et puis bon, si il ne la lui avait pas prise, ce serait elle qui devrait la trimbaler alors merci beaucoup Léonard ! Lorsqu'il prit la parole, la tirant de ses pensées, elle le regarda, attentive.

-Il serait peut être temps d’en apprendre un peu plus l’un sur l’autre si l’on veut pouvoir unir nos forces dans cette mission.

Alors qu'il disait cela, le jeune homme avait fermer les yeux comme si il se concentrait intensément. Mais que faisait-il ? Et c'était elle ou il commençait à devenir... Très pâle ? Ah non, ce n'était pas elle, il devenait translucide à présent ! Elle écarquilla les yeux, étonnée. Il était devenu de l'eau aussi pure et cristalline que de l'eau de source. Les reflets du soleil se jouait de son corps comme il se jouait de l'eau de la rivière à côté de chez elle...

-Je suis un métamorphe élémentaire, l’eau est mon élément et ma plus précieuse alliée. Je ne suis affecté par aucune attaque physique, ou en tout cas je n’ai encore trouvé personne capable de me blesser…

Incapable d'être blesser ? Quelle chance... Alors qu'il disait cela, il redevenait solide et continuait sur sa lancée :

-C’est une capacité, pour le moment très passive. C’est pour ça que je me suis entraîné pour…

Alors qu'il courbait son poignet, Niènor vit surgir une lame entre l'index et le majeurs de Léonard. Aussitôt, le métamorphe le lança d'un geste qui lui sembla plein de dextérité. Elle suivit la trajectoire de la lame qui lui semblait parfaite. Le couteau toucha le milieu de sa cible dans un bruit sourd pour ses oreilles à l'ouïe fine. Eh bien, ce serait l'aubergiste qui allait être content en découvrant le couteau dans son enseigne !

-…pouvoir me défendre un minimum. Et toi,…

Il marqua un temps d'hésitations comme si il ne savait pas trop si pouvait la tutoyer ou non. A cette idée sourit, amusée.

-Niènor, raconte moi tout !

Il lui lança un sourire éclatant auquel elle répondit avec joie, sa mélancolie s'effaçant l'espace d'un instant. Tout lui raconter ? Elle n'aimait pas se confier, mais si elle devait juste lui dire de quoi elle pouvait être capable, alors ça irait !

- Eh bien... Je suis également une métamorphe. Si l'eau est ton alliée, pour ma part, ce sont les félins ! Je ne peux me transformer qu'en chat, ce n'est donc pas très offensif également. Mais je manie le cimeterre. Je peux également savoir si une plante peut guérir ou non, voilà pourquoi je porte tant de bourses à ma ceinture. Contrairement à toi, on peut me blesser mais je ne sens que moyennement la douleur et je guéris plus vite que la plupart des gens ! Pour finir, mon ouïe est fine !

Elle lui sourit à nouveau. Elle espérait ne rien avoir oublier ! Niènor s'étira et reprit la marche, décidée à ce que rien n'entame sa bonne humeur du jour. Elle se tourna vers léonard, elle venait de penser à quelque chose à lui demander !

-Mh... Je ne sais pas pour toi, mais j'ai réfléchi à des stratégies. Tu as quelques idées ?

Pourvu qu'il en aille ! Parce qu'elle ne pensait pas que ses stratégies pourraient aller... Niènor ne doutait pas d'elle mais très franchement, elle ne savait pas vraiment si ses idées étaient bonnes. Mais elle était certaine qu'ensemble, Léonard et elle pourrait trouver une stratégie sans faille ! Ils les auraient, ces fichus fantômes des ronces, foi de féline !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Ven 29 Avr - 3:02

Il ne pouvait pas se séparer de ce drôle de sourire en coin, un quelque chose l’excitait, l’aventure était en train de s’insinuer en lui, il y prenait goût… Même si parfois elle obligeait à côtoyer des limités mentaux du genre de Raven et Richard ou des grosses psychopathes au service du régime du genre de cette chère Lady Aymeric à qui on passe le bonjour avec toute notre hypocrisie à peine dissimulée, elle faisait vivre des sensations incomparables, ce n’était même pas descriptible. Encore moins quand on avait gâché une bonne partie de sa vie, cloîtré au fond de l’océan… Ah franchement, on aurait presque dit un petit gamin qui découvrait pour la première fois le monde, qui s’émerveillait du plus petit détail, de la plus étroite des ruelles, du moindre baiser…
Ce sourire ne voulait plus le quitter, il était figé sur son visage. Ses yeux se promenaient à droite et à gauche pour voir si quelque chose de nouveau pouvait surgir. Il attendait la réponse de Niènor, elle avait l’air très concentré, fermant les yeux comme pour chercher une réponse aux tréfonds de son esprit. Elle avait eu l’air plutôt surprise par la manifestation de son pouvoir et ça se comprenait tout à fait, après tout ce n’était pas tous les jours qu’on avait l’occasion de se balader auprès d’un tas de flotte portant carquoisac (oui c’est un joli mot), arc et pince géante en bandoulière. Les yeux écarquillés de surprise n’étaient donc pas le moins du monde hors de propos. Et puis il fallait avouer que ses discours n’étaient pas toujours des plus passionnants, c’est pour cette raison que dès qu’un élément inattendu surgissait d’un coup, il pouvait se passer deux trois trucs étranges au niveau des réactions alliées… À voir si une stratégie offensive visant à endormir les ennemis sous un flot de paroles avant de les faire mourir d’une crise cardiaque par ce fameux élément incongru, pouvait être envisageable… Mouais, pas convaincu.

Un peu plus loin derrière, on entendit une voix d’homme vociférer une petite nuée d’insultes envers celui qui avait troué sa belle pancarte toute neuve. Hum… On verrait peut être au retour s’il serait possible de lui donner deux ou trois pièces afin qu’il puisse s’en racheter une encore plus neuve. En attendant, il faudrait bien qu’il fasse avec, ce vieux bougre, dans le pire des cas, il pouvait toujours se mettre en tutu au milieu de la rue et improviser un numéro de claquettes, menaçant quiconque de les suivre jusque dans leur quartier afin de leur apporter honte et humiliation auprès de leur proche et connaissance, s’il ne venait pas de suite manger dans son auberge ! (Mwahaha plan machiavélique ! (Pourquoi j’ai failli écrire plante ?))


" Eh bien... Je suis également une métamorphe…"

C’est drôle comme le hasard fait parfois bien les choses. Tout deux étaient donc capable de transformer leur corps, devenant ainsi qu’à
moitié humain. Lui était d’eau, et elle ? Affiliée à un élément ? Elle n’avait pas une tête à jouer avec les lois de la nature. À vrai dire, elle avait bien plus une tête de Necrolide. Ouais, c’était plutôt ça… Alors quoi donc ? Il faudrait attendre la suite de sa réponse pour en apprendre un peu plus. En tout cas, s’ils avaient tout les deux l’habitude de modifier leur apparence, il ne serait pas bien dur de s’accommoder aux effets de la potion de l’alchimiste, le seul point compliqué serait de la boire tête en bas sans se ramasser lamentablement, une fois un corps d’étalon obtenu… Plus facile à dire qu’à faire.

" Si l'eau est ton alliée, pour ma part, ce sont les félins ! Je ne peux me transformer qu'en chat, ce n'est donc pas très offensif également. "

Oh sympathique tout ça. C’était donc une métamorphe « féline » si l’on pouvait le dire ainsi, avec une plus grande expérience, elle pourrait régner sans problème sur la forêt de Naïa. Mais là n’était pas encore l’histoire, il n’était que deux pauvres aventuriers n’ayant pas encore un exceptionnel niveau, il faudrait bien faire avec, ce n’était guère comme s’ils avaient le choix. Elle n’était donc pas non plus très offensive avec ses pouvoirs, ça leur faisait encore un point commun, à croire qu’ils s’étaient plutôt bien trouvés. Cette idée ne pu que faire élargir encore un peu plus le sourire du jeune homme, s’il continuait, il allait finir par faire éclater ses joues, telles des bombes à eaux.

" Mais je manie le cimeterre. Je peux également savoir si une plante peut guérir ou non, voilà pourquoi je porte tant de bourses à ma ceinture. Contrairement à toi, on peut me blesser mais je ne sens que moyennement la douleur et je guéris plus vite que la plupart des gens ! Pour finir, mon ouïe est fine ! "

Et bien. Ça faisait un bon petit panel de capacité fort utile pour une quête comme la leur, ils allaient avoir un bon bout de chemin à faire, si elle connaissait les plantes et la nature, ça ne pouvait que leur profiter. Et puis avec une ouïe fine, il n’était que plus simple de traquer. Et c’est bien ce que tous les deux faisaient, la chasse était lancé, et ils se donneraient à fond. Autant l’un que l’autre.

La demoiselle lui rendit son sourire avant de s’étirer un peu et de reprendre la marche d’un air guilleret. La bonne humeur régnait dans ce petit duo et elle n’avait pas vraiment l’air pressé de s’en aller plus loin. Niènor se tourna une seconde fois vers son partenaire, une question lui taraudant visiblement l’esprit.

" Mh... Je ne sais pas pour toi, mais j'ai réfléchi à des stratégies. Tu as quelques idées ? "

Très bonne question. Mais elle en serait encore meilleur si il avait pu lui apporter une réponse construite, un plan imparable et une solution rapide pour finir cette maudite quête en dix secondes chrono. Seulement le pays des contes de fées où tout le monde il est heureux, tout le monde il est gnangnan comme un certain couple dont je ne ferai que sous-entendre que la fille (et oui, Abel n’a pas encore assumé son attirance pour Richard) est le double raté d’un morceau de chewing-gum rose et qu’il va malheureusement prendre le pas sur lui, et les solutions rapides ne se pondaient pas aussi simplement. Hum. Léonard n’hésita pas vraiment, il n’avait pas de plan précis en tête, il vaudrait mieux qu’il débatte un peu sur le chemin.

" J’ai pas de stratégie toute prête en tête. Je ne suis pas un expert de la faune Az-maryenne, et puis l’arme que nous a donné l’alchimiste me déconcerte un peu je dois le dire… Il faudrait déjà qu’on arrive à la maîtriser et qu’on étudie un peu mieux le mode de fonctionnement de ces Fantômes de ronces. Si on veut être efficace, il faudrait qu’on arrive à les dissocier, tenter d’en capturer deux ou trois quand tout le reste de la colonie nous roue de coup, ce n’est pas vraiment facile… Et toi tu penses à quelque chose de précis ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Ven 29 Avr - 5:08

Intuition féline ou simple coïncidence ? Je ne pense pas ! Le pauvre aubergiste qui avait vu son panneau se faire sauvagement attaquer par le couteau de Léonard criait à qui voulait l'entendre des insultes dignes d'un charretier ! Mais quel langue de vipère celui là ! Pas la peine d'en faire un drame mon bon monsieur, avec le temps, il y en aura d'autres, des couteaux qui iront se loger dans l'enseigne ! Et puis, si il s'en était payer une toute neuve, ça voulait bien dire qu'il avait de l'argent, non ? Niènor tourna tout de même la tête dans sa direction, juste pour voir quel genre de personnage pouvait hurler autant fort que ça. Et lorsque Niènor vit le spectacle du bonhomme qui gesticulait comiquement devant sa pancarte trouée, elle ne put s'empêcher d'éclater de son rire cristallin et doux ou la joie carillonnait. Heureusement que le ridicule ne tue pas, l'aubergiste en serait mort sinon ! Remarquez... Elle avec son attrape fantômes des ronces... Léonard avec sa pince géante... Bon d'accord, ne pas se moquez d'autrui quand on tient un machin canne-à-pêche-fouet-lasso.

Elle tenta d'effacer cet excès de bonne humeur mes les jurons du bonhomme ne l'aidait pas dans sa recherche du calme. Oh et puis tant pi, depuis ce matin, elle arborait un très léger sourire, alors au moins le laisser vivre un peu au lieu de le noyer sous des larmes comme elle le faisait trop souvent. Haut les cœurs ! La quête avait commencer, la chasse-son domaine de prédilection- allait débuter sous peu et elle allait découvrir un nouvel endroit, elle en était convaincue ! Convictions renforcée par le fait qu'elle ne connaisse absolument pas le nom de hobgobeur. Elle jeta un coup d'œil à Léonard qui lui aussi semblait radieux. Il faisait même concurrence au soleil ! Cela faisait plaisir d'avoir un coéquipier qui respirait la joie de vivre. Elle espérait que ça allait durer jusqu'au bout de la quête ! Comment ça, c'est beau l'espoir ? Cela dis, il semblait en pleine réflexion, ce qui ne dura pas longtemps, puisqu'il prit la parole peu de temps après qu'elle lui aille demander si il avait une idée pour un plan.

-J’ai pas de stratégie toute prête en tête. Je ne suis pas un expert de la faune Az-maryenne, et puis l’arme que nous a donné l’alchimiste me déconcerte un peu je dois le dire… Il faudrait déjà qu’on arrive à la maîtriser et qu’on étudie un peu mieux le mode de fonctionnement de ces Fantômes de ronces. Si on veut être efficace, il faudrait qu’on arrive à les dissocier, tenter d’en capturer deux ou trois quand tout le reste de la colonie nous roue de coup, ce n’est pas vraiment facile… Et toi tu penses à quelque chose de précis ?

Étudier un peu mieux le fonctionnement des Fantômes des ronces, voilà une chose à laquelle elle n'avait pas penser ! Et pourtant, c'était logique... Elle observait également ses proies lorsqu'elle chassait et optait bien souvent pour celle qui lui semblait la plus chétive pour ne pas avoir de difficulté à tuer la bête. C'était une évidence. Mais comment réfléchissait-elle aujourd'hui ? Bon elle savait déjà que les fantômes des ronces vivaient en bandes organisées avec une hiérarchie simple. Mais les observer ne pourrait que leur être bénéfique ! Quand à l'idée de les dissocier, c'était le principe même du diviser pour mieux régner. Elle avait éventuellement quelques idées, mais floues... Mieux valait ça que rien, néanmoins !

- Une arme ? L'attrapemi que nous a donné l'alchimiste ? Je ne sais pas pour toi, mais je sens venir que ça va nous causer des ennuies, son attrape Fantôme. Mais avec un peu d'entraînement, on le maîtrisera ! Quant à séparé les fantômes, c'est une bonne idée. Ils ont une organisation hiérarchique des plus simples. Le chef, les normaux et celui qui se prends tout à la figure. Peut-être que sous la menace, on arriverait à les faire se liguer les uns contres les autres. Ou l'un de nous deux se dévoue pour distraire la colonie tandis que l'autre essaye de capturer les Fantômes. Dans tout les cas, l'observation est de mise, c'est certain ! Si on veut pouvoir réussir à déterminer qui est le chef et regarder le comportement de ces fantômes de ronces !

Voilà, c'était tout ce qu'elle avait trouver à lui dire. Elle espérait qu'ensemble, il trouverait une meilleure solution. Niènor lui sourit gentiment, contente d'arpenter le chemin de l'aventure. Surtout que cette quête promettait d'être mouvementée et remplie de découverte. Entre l'hobgobeur qu'elle avait hâte de voir et les instruments étranges de l'alchimiste ! Et aussi, ça lui permettrait de faire une nouvelle connaissance puisque la quête allait très certainement duré en longueur, vu le chemin qu'ils auraient à parcourir, ce qui n'était pas plus mal d'un côté. Elle aimait marcher et regarder le paysage, faire attention à ce qui l'entourait. Cela lui changeait de sa forêt et de la verdure qui l'entourait. Elle se tourna une nouvelle fois vers Léonard et lui lança avec un sourire :

- Si une autre idée te viens en tête n'hésite pas à m'en faire part !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Ven 29 Avr - 15:38

Non loin de la position des aventuriers, au nord, soufflait un vent tiède lourd et d'humus. Une de ces zones où Hansel et Gretel auraient bien continué d'attendre leur père un bon moment avec ou sans sorcière jusque ce que leurs os aient finit de blanchir. Stan, noble bûcheron de son état s'essuya le front entre deux troncs abattus. Il était rare pour ne pas dire unique que sa femme lui conseille un endroit où travailler, ou même un quelconque intérêt à son job. Pourtant c'était bien ce qui s'était passé ce matin, après que celle ci revenait encore d'un petit déjeuner avec le facteur. Drôle de type d’ailleurs. Enfin vous l'aurez compris, pas besoin d'un dessin pour vous dire que notre pauvre Stan était un tantinet naïf; néanmoins, il était toujours prêts à s'investir d'avantage pour entretenir son mariage, c'est pourquoi il prouvera à Madame que la gente masculine ne dispose pas toujours de cette surdité légendaire (mystérieusement attribué à l'entretien d'une sorte de champignon poilu). Affairé à son travail, le bûcheron n’étendit pas l'ombre qui se glissait parmi les feuilles mortes. Bizarrement, peu de gens du secteur étaient prêt à lui indiquer le chemin de ce bois pourtant riche. Mais il est vrai que l’atmosphère y était lourde, comme si les arbres pompaient une partie de votre oxygène en attendant que vous rejoignez l'un des nombreux tas de compost aux alentours.

"Waïha !"

Stan sursauta et tourna la tête. Rien, juste l'ombre des arbres et des feuilles mortes à pertes de vue. Nouveau coup de hache.

"Bibibïya !"

Stan manqua de laisser tomber sa hache avant de la ressaisir à pleine mains dans un élan de bon sens. Sa femme n'avait pas parlé de ça. Tiens ça lui rappelait qu'elle avait encore rendez aujourd’hui chez le facteur, pour une affaire d'adresse, quelque chose du genre...
Ses pensés se stoppèrent net quand il entendit un sifflement remplir les bois. Au bout de quelque secondes un autre, puis encore un résonna de nul part. Quelqu'un jouait de la flûte dans les bois. Le bûcheron put sentir ses poils se dresser sur sa peau mais pas la branche de ronce qui s'enroula autour de ses chevilles.
Toute la vie de Stan passa devant ses yeux en même temps que le paysage se retournait. De son premier jeux de silex au déménagement des voisins pour cause d'une série d'incendies dans le quartier. De son premier baiser à ses envies de meurtres passagères. La scène qui s'en suivit tint plus autant d'une séance de torture que d'une scène comique prévue pour un despote pas trop dérangé.
Quelque secondes plus tard, Stan échoua nu et couvert de griffures devant le duo de voyageurs, hurlant et pleurant comme au premier jour de sa vie, avec les capacités de coureurs de fond en plus.

"N'Y ALLEZ PAAAAS ! C'EST HORRIBLE ! C'EST PAS HUMAIN WAAAAAHHH !"

Visiblement autant humilié que traumatisé, l'homme reprit sa route, dévalant la pente en costume d'Adam et implorant sa génitrice. Il avait visiblement croisé le chemin des fantômes des ronces...
Un "DIA DIA" victorieux résonna jusqu'au sentier tandis qu'une petite fanfare se faisait entendre sur un ton triomphale et militaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Ven 29 Avr - 23:02

Plus ils marchaient et plus il se rapprochait du potentiel nid de fantôme de ronces… L’action n’allait pas tarder à arriver, mais avant il fallait qu’ils aient au moins un plan qui tienne la route histoire de ne pas faire que de l’improvisation, car, même si ça marchait la plupart du temps, il ne serait pas désavantageux qu’ils ne se mettent pas mutuellement des bâtons dans les roues, après tout ces affreuses bestioles étaient déjà bien assez chiantes pour qu’en plus il faille se trouver des nouveaux ennemis. Donc bon, pour le moment il allait falloir patienter un peu pour ce qu’il en était de l’action, et plancher un peu sur une stratégie parfaite de la mort qui tue qui permettrait d’éradiquer ses bestioles à piques en un temps record.
… C’était bien plus simple à dire qu’à faire. Léonard se creusait l’esprit, essayant de joindre bout à bout tous les éléments dont il avait connaissance. Niènor avait l’air de faire de même, après tout, il lui avait demandé son avis, elle pouvait au moins faire le ridicule effort de lui pondre un plan parfait qui prévoyait que les Fantômes de Ronces viennent gentiment se loger dans leur filet, sans qu’il n’y ai besoin de se salir les mains. C’est beau de rêver parfois. Les deux jeunes gens commencèrent à apercevoir la sortie de la ville alors que Niènor trouvait enfin de quoi répondre à son partenaire de quête. Elle était encore plus excitée que lui et la bonne humeur se lisait dans le moindre de ses battements de paupières. "

" Une arme ? L'attrapemi que nous a donné l'alchimiste ? Je ne sais pas pour toi, mais je sens venir que ça va nous causer des ennuies, son attrape Fantôme. Mais avec un peu d'entraînement, on le maîtrisera ! "

Effectivement, là elle marquait un sacré point. Bien que l’alchimiste leur ai procuré des armes censés les aider dans leur quête, chacun avait un petit défaut qui risquait de pas mal les gêner. Si on commençait par l’attrapemi, il faudrait déjà parler de son étrange forme, ne ressemblant à rien de vraiment connu, cette arme était un mélange d’un bon nombre d’accessoires qui avait dû passer, malheureusement, entre les mains du bonhomme au moment de sa création. Comprendre comment s’en servir ne serait déjà pas simple, alors ne parlons même pas de la difficulté qu’ils auront à s’en servir. Un entraînement s’imposait d’office, il fallait qu’ils consacrent, autant l’un que l’autre, au minimum une bonne heure à ce drôle d’ustensile.

" Quant à séparé les fantômes, c'est une bonne idée. Ils ont une organisation hiérarchique des plus simples. Le chef, les normaux et celui qui se prends tout à la figure. Peut-être que sous la menace, on arriverait à les faire se liguer les uns contres les autres. "

Oh, oh, oh ! Diviser pour mieux régner. C’était classique mais toujours aussi efficace. Les Fantômes de ronces étaient vraiment des créatures primitives qui se réunissaient par tribus afin de ne pas se faire bouffer par les voisins. Et il était également vrai que la hiérarchie était toute aussi simple. Si certaines de ces bouboules n’étaient pas kamikazes, il y avait des chances qu’ils arrivent à s’en faire des alliés en usant de belles paroles. Hum ? Fallait-il encore trouver comment convaincre ces entités magiques de se rebeller. Mais continuons donc d’écouter ce que notre amie féline a encore à nous dire….

" Ou l'un de nous deux se dévoue pour distraire la colonie tandis que l'autre essaye de capturer les Fantômes. Dans tout les cas, l'observation est de mise, c'est certain ! Si on veut pouvoir réussir à déterminer qui est le chef et regarder le comportement de ces fantômes de ronces ! "

Oui, là-dessus elle avait complètement raison, il faudrait absolument privilégier l’observation de ces vilaines bestioles, afin d’étudier leur comportement, leur hiérarchie et leur méthode d’opération… Mais pour ça, fallait-il encore savoir où se trouvaient ces créatures du diable. La plupart du temps, c’était eux qui tendaient un piège aux hommes, alors maintenant qu’il fallait que les rôles soient inversés, ça se compliquait un petit peu.
Niènor était encore au fond de ses pensées, utilisant tout ses neurones pour trouver une encore meilleure solution, mais Léonard lui s’était déconnecté de toutes réflexions en rapport avec la quête. Des cris étouffés, des ricanements sadiques, un boucan assourdissant dans les feuillages, qu’est-ce qu’il pouvait bien se passer dans ces bosquets ? Qu’est-ce qui se passait bon dieu.

"Si une autre idée te viens en tête n'hésite pas à m'en faire part ! "

À peine la demoiselle eut-elle fini sa phrase qu’un corps s’écroula à leur pied. Il poussait d’atroces cris de souffrance et de terreur, semblant fuir une force encore invisible. Autres détails notables, cet homme était nu et couvert de griffures, on aurait presque pu dire qu’il s’était baigné dans une mer de ronces… Et pourtant les buissons qui se trouvaient à côté des deux aventuriers ne semblaient pas épineux… Hum… Que pouvait-il bien se passer sur ce fichu sentier. Se relevant, l’homme à l’allure de bûcheron prit le chemin de Léonard et Niènor en sens inverse, totalement désorienté et traumatisé, il leur hurla un avertissement.

"N'Y ALLEZ PAAAAS ! C'EST HORRIBLE ! C'EST PAS HUMAIN WAAAAAHH !"

Léonard était troublé par cette soudaine apparition, il se figea en plein milieu de la route et ne pensait pas qu’il devait en être autre chose pour Niènor. Ces traces de griffures, il n’y avait que les Fantômes de ronces pour en faire des pareilles. Et cet homme avait une certaine carrure en plus. Il devait s’être fait piéger, à coup sûr. Il fallait être prudent, ne pas tomber dans un piège. Un homme costaud, qui devait sûrement avoir une hache sur lui s’il était bien bûcheron avait été réduit en miette par le groupe de terreur… Il valait mieux qu’ils ne fassent pas d’erreur.

Des petits rires montaient, arrivant jusqu’aux oreilles des aventuriers. Leur cible n’était plus très loin. Avec habileté, Léonard attrapa son arc, et le banda presque aussitôt. Ne sachant pas vraiment si l’ennemi allait surgir et à quel moment il le ferait, il se contenta d’épier le moindre son et de pointer sa flèche, dès qu’une cible potentielle se présentait.

"Je crois bien qu’on ne va pas pouvoir s’entraîner intensivement à maîtrisé l’attrapemi… "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Dim 1 Mai - 2:24

Lorsqu'un homme atterrissait en face de vous, gémissant-bon d'accord, hurlant- et tout tremblant, couverts de griffures et nu comme au jour de sa naissance, vous vous demandez deux choses. La première : Sa femme le bat ?! Et la deuxième : Mais c'est quoi ce foutoirs ? Voilà donc les premières réflexions de Niènor. Très vite, elle tourna également la tête pour guetter un éventuelle danger- autre qu'une femme au foyer qui battait son mari, cela s’entend. Et pourtant, ou qu'elle tourne le regard, elle ne voyait rien... Était-ce elle qui se faisait des idées ou pire ! Elle devenait folle ? La féline savait bien qu'il était rare qu'elle soit de si bonne humeur... Et pourtant, l'homme avait arrêté autant elle que Léonard qui semblait tout à fait perdu si ce n'était complétement perplexe. Elle fronça les sourcils en se demandant ce qui pouvait bien mettre un homme de bonne carrure dans cet état. Surtout qu'elle venait d'apercevoir au côté de l'invité mystère une hache comme celles qu'utilisaient les bucherons. Bon d'accord, un courageux bucheron mis en défaite par des fantômes des ronces... Voilà qui était assez comique tout en étant plutôt effrayant. Cela ne voulait-il pas dire que le groupe à qui il aurait affaire serait coriace ? La question ne se posa plus lorsque l'homme se releva, leur adressa un avertissement et fuit aussi vite que si le malin était à ses trousses en hurlant et couinant aussi pitoyablement que possible, tout à fait traumatisé... Le pauvre !

-N'Y ALLEZ PAAAAS ! C'EST HORRIBLE ! C'EST PAS HUMAIN WAAAAAHH !

Mh... Le pauvre allait sursauté dès qu'il verrait des ronces, à présent ! Mais quoi qu'en dise le traumatisé, Léonard et Niènor devraient quand même aller accomplir leur mission avec courage pour arriver à leur fin ! C'est juste que maintenant, ils se méfieront plus des petites bêtes pleines de piquants qu’auparavant... Ne pas prendre à la légère des fantômes des ronces. Mais au moins une bonne nouvelle, ils approchaient du nids de ses étranges fantômes ! Enfin, bonne nouvelle ou mauvaise, ça elle ne le savait pas encore. Pas encore parce que juste au moment ou la féline se posait la question, voilà qu'une fanfare retentit à leurs oreilles avec de vicieux petits rires fort désagréable et des " Dia Dia" tout à fait ridicule qui fit sourire involontairement Niènor.

Elle se retourna alors vers son coéquipier pour lui poser une question et fit de grands yeux lorsqu'elle vit l'arc qu'il bandait avec vigueur, concentré sur une cible invisible qu'il ne repairait qu'au son. Eh bien, lui au moins était sérieux ! Un peu pressé, mais sérieux. Et il restait tout à son affaire, en se tournant dès qu'une éventuelle cible s'offrait à lui. Avec la démonstration qu'il lui avait faite tout à l'heure, elle ne doutait pas que l'homme n'aurait aucun mal à atteindre sa cible. A vrai dire, son calme l’impressionnait. Surtout lorsqu'il prit la parole sans même se déconcentrer comme si c'était la tâche la plus facile au monde que de visé.

-Je crois bien qu’on ne va pas pouvoir s’entraîner intensivement à maîtrisé l’attrapemi…

Et il croyait à juste titre mais la patiente était de mise. La précipitation était souvent la pire ennemie d'un chasseur et elle l'avait appris à ses dépends, plus jeune, lorsqu'elle chassait et que sa faim était tel qu'elle la poussait à sauter sur le moindre petit animal qui aurait pu lui servir de déjeuner sans même tenter de dissimuler sa présence. Elle le savait à présent, la précipitation faisait faire des erreurs. C'est pourquoi elle posa une main sur le bras de Léonard avec douceur pour ne pas le déranger et lui chuchota :

- Rien ne sert de se précipiter non plus. J'ai appris, en chassant, que cela n'entraine que la défaite.

Mais alors qu'elle disait cela, une idée la frappa. Les fantômes n'allaient-ils pas être endormis face à leur victoire contre le bûcheron d'avant ? Peut-être seront-ils assez idiots pour penser que Niènor, avec son apparence si douce et fragile serait une proie facile et qu'ils se précipiteront, eux aussi, sans se méfier ! C'était peut-être là une excellente occasion de passer à l'action, mais il fallait voir avec Léonard, car lui aussi avait son mot à dire dans cette histoire !

-Cela dis... Attaquer maintenant ne serait pas plus mal ! Les fantômes seront tellement heureux de leur victoire sur ce pauvre homme qui nous a prévenus avant qu'ils ne se méfieront pas de nous lorsque nous voudrons les attraper. Je me propose pour tomber dans leur piège, après tout, tu vises bien mieux que moi et j'ai l'air d'être une fille inoffensive, crocs mis à part. Qu'en penses-tu ?

Leur action-ou inaction- dépendait à présent de Léonard. Mais dans les deux cas, elle était certaine que sa réponse serait réfléchie. Ou elle l’espérait tout du moins ! Niènor avait beau être une chasseresse émérite, il n'empêche qu'elle n'avait jamais chasser de fantômes de ronces... Et puis en même temps, il fallait être un peu masochiste pour se lancer à leurs poursuites. Non pas qu'elle l'était ! Seulement, elle ressentait moins la douleur... Et comme elle ne savait absolument pas viser... Elle enleva sa main du bras de Léonard. Elle était un peu étourdie à cause de sa réflexion mais elle restait vigilante. Si le moindre danger arrivait, elle réagirait au quart de tour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Mar 3 Mai - 20:09

? À gauche ? Que fallait-il faire ? D’où provenaient tous ses bruits ?
L’apprenti chasseur était quelque peu décontenancé. Bien qu’il excelle à l’arc et au lancer d’armes de jets, il n’avait jamais vraiment eu d’expérience de la sorte. La plupart du temps, il en usait contre des ennemis, contre des hommes plus ou moins en mouvement, avec l’avantage de l’effet de surprise. Là, il était complètement décontenancé, c’était lui la proie tout en devant garder son rôle de chasseur. Le terrain n’était pas non plus idéal, le bruit semblait venir d’en face tout en se propageant de tous les côtés, d’où allait vraiment surgir ses créatures fantomatiques ? Rah ! C’était bien trop compliqué de rester concentré sur une cible invisible, il fallait sans cesse se tourner et se retourner sans bien comprendre pourquoi… De toute façon, tant que rien ne sortirait, il ne devait pas gaspiller ses flèches. Il y avait au moins la présence rassurante d’un allié à ses côtés. Niènor, bien qu’en apparence frêle jeune femme, avait des atouts en réserve et il se sentait beaucoup moins seul, ses arrières étaient assurés tandis que lui assurait ceux de la métamorphe féline.

Il pointa une fois de plus son arc vers une nouvelle direction, une veine commençant à se rendre visible sur son front. Il était bien trop tendu. Et ça la jeune féline le fit très bien comprendre en posant sa main sur le bras tendu vers l’avant de Léonard. Ce n’était pas un acte brutal, elle l’avait fait avec la plus grande délicatesse et la plus grande douceur possible. Elle n’avait pas voulu le déranger dans son action, mais lui faisait bien comprendre que se précipiter sans plan, foncer dans le tas, abattre le premier être vivant à avoir l’audace de bouger ne servirait à rien d’autre que de les mettre en danger. Encore une fois sa mauvaise expérience de la vie le rendait inférieur… Il fallait qu’il pense un peu plus à travailler en équipe, qu’il consulte sa partenaire… Qu’ils créaient un lien qui leur permettrait de se serrer les coudes du début à la fin de cette quête…

" Rien ne sert de se précipiter non plus. J'ai appris, en chassant, que cela n'entraine que la défaite. "

Détendant son arc, le jeune Océanos tourna la tête vers sa coéquipière, elle n’avait raison sur toute la ligne. Et s’ils ne voulaient pas s’octroyer cette « défaite », il faudrait qu’ils puissent compter l’un sur l’autre et qu’ils préparent un bon plan.
C’est ce que le cerveau de Niènor sembla faire d’un seul coup, son visage s’éclaira, une idée, une illumination peut être, mais en tout cas, elle avait quelque chose qui se tramait derrière la tête. Il attendit de voir ce qu’elle allait lui proposer, ne perdant pas de vue le décor d’où pouvait surgir à n’importe quel moment ces créatures végétales… Elles avaient pris par surprise le bûcheron, et il s’en était retrouvé nu, à crier comme un dément sur une route qui le mènerait à sa ville ou il subirait une assez conséquente humiliation publique… Il ne faudrait vraiment pas que ça puisse leur arriver à eux, pas que la nudité gène forcément notre jeune homme, mais c’était tout de même bien chiant de devoir racheter des vêtements dans un état pareil…

" Attaquer maintenant ne serait pas plus mal ! Les fantômes seront tellement heureux de leur victoire sur ce pauvre homme qui nous a prévenus avant qu'ils ne se méfieront pas de nous lorsque nous voudrons les attraper. Je me propose pour tomber dans leur piège, après tout, tu vises bien mieux que moi et j'ai l'air d'être une fille inoffensive, crocs mis à part. Qu'en penses-tu ? "

C’est vrai que ce n’était pas une mauvaise idée… Mais elle ne lui avait même pas effleuré l’esprit. Après tout la stratégie de l’appât lui avait toujours un peu posé problème… Surtout quand il savait qu’il était le seul à ne pouvoir recevoir aucun dommage physique… Et pourtant, c’était toujours les autres qui s’imposaient comme des sacrifices… Pourquoi franchement, pourquoi ?
Il hésita pendant un petit moment… Ne sachant pas vraiment ce qu’il fallait décider de faire… Il avait pour lui son arc, ses dagues et ce fameux filet à fantômes avec lequel il ne s’était pas encore entraîner… Quelle arme lui serait vraiment utile en fin de compte si Niènor se lançait dans le combat au corps à corps ?...
Le bras apaisant de Niènor s’ôta du bras du jeune homme, et avec lui, toutes les questions exceptée une…

"Je suis partant… Mais qu’est-ce que tu me conseilles comme arme, en tant que chasseresse expérimentée ?... J’hésite franchement."

[En sachant qu’il faut ramener les Ziboubouis à piques de préférence en vie et que te garder également en vie, n'est pas non plus une mauvaise idée.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Mar 3 Mai - 20:38

"HIP HIP HIP ! DIYAHAAA ! "

Les petites pestes exultaient visiblement de joie. Les ricanements et les cris se rapprochant, on pouvait voir l'ensemble des buissons bouger au fur et à mesure d'une fanfare invisible. La forêt semblait se remplir de
la fête qui approchait jusqu'à ce que...

"Hoooooooooo ?"

Une interrogation aussi primitive que stupide stoppa l'ensemble du groupe. Les oiseaux ne reprirent pas leurs chants, mais restait un léger bruissement des buissons approchant, donnant l'impression que la forêt entière s'approchait prudemment de Léonie (♥) et Niénor.

"Dibi da diwa ?"
"Dala i ndada !"

Nouveau silence pendant que les pierres du duo réagirent d'une petite lumière, comme sous l'approche d'une autre assez puissante.

"Hooooo ! Bilangawa oochita !"
"Rhooo"

Quelque chose se détacha du buisson avec une démarche bougonne. Ce qui ressemblait à une motte de terre avec une démarche de poulet mal formé révéla quelque piquant et un grand regard perçant mais sauvage.

"Zikwa kvoo voulé voo ? "

Le fantôme des ronces arborait une petite couronne végétale et plusieurs décorations débordaient de toute part sur son corps rond. La bestiole sembla s'impatiente, faisant trembler les bibelots dans un boucan miniature, y compris une minuscule pierre autour de ce qui aurait pu être son cou si sa géométrie le permettait.

"Jiré pète ! Voo voulé kuwa ?"

La créature sembla demander les intentions des aventuriers alors que le reste de la tribu restait dans les buissons, silencieuse et épiant le moindre mouvement.

"Zètesur uneu propriaitay pryvet voosautre, mès zavé jauli kaillass kibrill. Savoodiré de veunir mangeay unboo avaik noo ?"

L'invitation se fit pressente quand un bruit dans les buissons indiqua que les congénères étaient prêt à bondir. L'impression que la forêt s'était déplacée vers le duo n'en était pas une. Des buissons qui n'étaient pas là précédemment entouraient La Féline et l'Aqueux. En même temps, s'ouvrait devant eux une haie d’honneur, c'est le cas de le dire, de buissons tremblotant d'excitation.

Le petit chaman restait la seule créature visible, celle ci ouvrant la marche vers le cœur des bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Jeu 5 Mai - 2:19

Alors qu'elle observait Léonard, elle put voir passer sur son visage diverses émotions ; La réflexion, une émotion dont elle n'aurait su donner le nom, la déception ou la tristesse, peut-être, la frustration mêlée d'une pointe de colère, l'hésitation mais ce qui dominait tout cela était l'interrogation. Le cerveau de son coéquipier semblait tourner à mille à l'heure, vagabondant dans d'intenses réflexions. Elle ne cherchait pas à décrypter les méandres de ses pensées, mais la féline avait toujours pensé qu'observer son prochain était un excellent moyen de mieux le connaitre ou mieux le comprendre. Et pour elle, c’était cela, la base d’une bonne entente. Faire attention à l’autre et se soutenir dans les pires moments. Et surtout, ne pas se gêner l’un l’autre ! Mais pour le moment, tout semblait bien se passer. Un début de quête allez-vous me dire… Sauf que la féline se souvenait d’un début de quête catastrophique avec une je-m’en-foutiste notoire qui n’en faisait qu’à sa tête, n’écoutais pas un traitre mot de se qu’elle disait et ne lui prêtait pas mal un seul regard… Heureusement, par la suite, cela c’était mieux dérouler. Alors Niènor avait tout de même bonne espoir que cette quête se passe bien, vu le début ! Elle sourit tranquillement à Léonard juste avant qu’il ne réponde à sa question.

-Je suis partant… Mais qu’est-ce que tu me conseilles comme arme, en tant que chasseresse expérimentée ?... J’hésite franchement

Niveau conviction, peut faire mieux ! Niveau question pertinente, excellence. Elle n’y avait pas pensé mais… Comment attraper ces fichus fantômes sans les tuer- et sans se faire tuer, par la même occasion ? Utiliser des flèches lui semblait être la meilleure idée pour blesser sans tuer. Car le cimeterre qui pendait à sa hanche, camouflé par sa cape était un sabre plutôt… Barbare ! Il tranchait bien, avec précision mais pour ces petites boules piquantes, il était inutilisable car trop grand. Et comme Léonard avait une vue perçante- un peu plus, elle en aurait été jalouse !- tirer une flèche et blessé un fantôme ne serait pas trop compliqué pour lui. Enfin, elle espérait ! Car elle s’était essayée une fois au tir à l’arc, bien plus pratique pour chasser que son sabre, et avait lamentablement échoué… Pas une flèche n’avait touché la cible et elle avait fais le désespoir de son maitre d’arme qui avait fini par abandonné l’idée de lui apprendre le tir à l’arc. Donc… L’arc était une bonne idée. Sauf qu’elle ouvrit la bouche et la referma sans émettre un son. Ses oreilles venaient de capté un bruit…

Elle entendait des bruissements de feuilles. Trop fort pour que se soit le simple fait du vent et trop léger pour que se soit celui d’un homme. Elle s’arrêta et sa main vola à nouveau vers le bras de Léonard, légère et toujours aussi douce. La féline referma ses doigts sur le bras de son coéquipier en faisant attention de ne pas les serrer, les sens en alerte, lui conseillant de s’arrêter à son tour. Elle regarda son coéquipier et lui demanda doucement pour ne pas être repérée :

-Tu entends ? Je crois bien que nous avons des ennuis…

Ses bruits- et ses exclamations qu’elle entendait à présent- étaient ceux des fantômes des ronces ! Plus aucun doute après le "HIP HIP HIP ! DIYAHAAA ! " qu’un fantôme jubilatif avait poussé… Que faire dans ce cas ? Rebroussé chemin ou au contraire, continuer ? Plusieurs choix s’offrait à elle mais elle ne pouvait pas agir sans Léonard, elle n’était pas seule mais en équipe. La féline réfléchissait à toute vitesse ou tout du moins essayait pour trouver une solution qui les sortirait éventuellement de ce traquenard. Elle restait tout de même impassible, à l’écoute du moindre son qui viendrait à ses oreilles et dans un calme approximatif. La panique et la peur faisait perdre tout bon sens, le seul avantage qu’il y avait à en tirer était l’adrénaline. Mais la peur s’installait vite en cercle vicieux. Plus on avait peur, moins on réfléchissait correctement, moins on réfléchissait correctement, plus en avait peur et ainsi de suite. Le sang froid était obligatoire pour elle. Mais un simple "Hoooooooooo?" lui fit perdre le seul espoir de s’en sortir sans avoir à croiser les fantômes des ronces. Ils étaient repérés… Même les oiseaux semblaient avoir compris ce qui attendait les deux équipiers, leurs chants s’étaient arrêtés après l’exclamation du fantôme tandis qu’autour d’eux, la forêt-sa forêt !- se faisait menaçante. Il ne manquait plus que cela ! Bien qu’un semblant de débat avait débuté du côté des fantômes des ronces, Niènor n’avait pas grand espoir. Impression renforcée par la légère lumière que sa pierre produisit, incrustée dans son collier et en partie camouflée par les pétales de la rose qui décorait son ruban. Elle réfléchissait toujours cela dis à une quelconque solution mais elle ne voyait pas quel issu ils pourraient empruntés. Tiens ? Un fantôme des ronces s’écarta du buisson dans lequel il était camouflé. Elle n’aurait jamais remarqué qu’il était là s’il ne s’était pas dégagé de son buisson ! Cela dis, il avait une démarche plutôt… Spécial. Il avait un regard sauvage et perçant et lorsqu’il se déplaçait, il faisait beaucoup de bruit, ayant beaucoup de grigris autour de son cou. D’ailleurs de nombreuses autres décorations décoraient son corps tout ronds et sur sa tête trônait une couronne… Eh bien… Ce n’était décidément par de chance pour eux ! Le petit fantôme s’exprima alors :

-Zikwa kvoo voulé voo ?

Hein ? Attendez, c’était quoi ce langage incompréhensible ? Niènor fronça les sourcils en essayant de comprendre, tout à fait dubitative devant l’étrange personnage qui leur faisait face. Elle n’avait compris qu’un approximatif : k’vous voulez vous. Qu’elle fini par décrypter par « Que voulez vous ? » Elle n’eut même pas le temps de penser à répondre que la désagréable créature repris la parole :

-Jiré pète ! Voo voulé kuwa ?

La petite boule de ronce qui leur faisait face semblait bien impatiente qu’on lui répondre mais fallait-il encore comprendre ce qu’il disait et cela relevait presque de l’exploit ! La, elle n’avait plus rien compris à ce que baragouinait le fantôme. Mais l’observation lui montra qu’il leur demandait leurs intentions ou quelque chose du genre… Il reprit encore une fois la parole, son langage ne s’améliorant pas :

-Zètesur uneu propriaitay pryvet voosautre, mès zavé jauli kaillass kibrill. Savoodiré de veunir mangeay unboo avaik noo ?

Propriété privée… Ça vous dirait de venir manger avec nous ? Voilà tous ce qu’elle avait une fois de plus réussi à capter- les fantômes avaient dû prendre des cours particuliers de français avec certains jeunes de la banlieue, ce n’était pas possible autrement… Et puis aussi, dans quel piège s’étaient ils lancés tout seuls- comme des grands ? Ils étaient vraiment dans de sales draps. Comment allaient-ils s’en sortirent ? Elle regarda autour d’elle et fut surprise de découvrir que la demande n’était pas vraiment une demande mais plutôt une exigence… Ils étaient encerclés de toutes parts, n’ayant plus aucun échappatoire. Plus aucune autre solution que de suivre le fantôme des ronces ou d’attaquer... Elle n’aimait pas se sentir acculé et grogna lorsque les buissons émirent un son trop familier à son gout- le même qu’elle faisait lorsqu’elle se préparait à sauter à la gorge de sa proie. Elle ne savait quoi faire ! La féline se rapprocha alors de Léonard, agacée par la situation et un peu inquiète également. Ses vêtements allaient souffrirent… Elle glissa alors à Léonard assez bas pour que lui seul l’entende :

-Qu’est ce qu’on fait maintenant ? On est encerclé de toutes parts… Mais si on suit le chaman, ça risque d’être nous, le repas… On pourrait les intimider mais on prendrait le risque d’empirer la situation ainsi… Je m’excuse, j’aurai dû être plus vigilante.

Une fois de plus, elle regarda autour d’elle et se maudit d’avoir été aussi déconcentrée. Et puis, elle avait sous-estimé ses sales petites bestioles au langage codé et tout à fait agaçant ! Mais il fallait qu’il trouve une solution pour se sortir de ce mauvais pas ou au moins, qu’il se mette d’accord sur la technique à adopter si les équipiers ne voulaient pas finir en charpie… Cependant, elle ne voyait pas comment ils pourraient s’en sortir sans y laisser inévitablement quelques plumes. Mais se serait un mal pour un bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Dim 29 Mai - 22:06

La question qu’il venait de poser le taraudait encore, est-ce qu’il allait enfin pouvoir se décider à faire quelque chose de lui-même, bon sang… Niènor avait l’air plutôt intéressée, et ses méninges battaient à pleins régimes. Leur proie se rapprochait de plus en plus, mais ils ne savaient vraiment pas d’où elle viendrait, ni même ses effectifs et ses capacités. Autant dire qu’ils se battaient contre un ennemi invisible. ET c’était dans ces conditions qu’il faudrait faire le plus grand nombre de choix possibles, autant dire qu’il faudrait qu’ils soient bons.
Le danger se rapprochait de plus, en plus. Mais bon, il fallait d’abord qu’ils préparent un semblant de plan, histoire ne pas être surpris, il fallait qu’ils envisagent toutes les possibilités, et qu’ils se concertent pour avoir du répondant, pour être synchrone et que l’un ne fasse pas échouer les actions de l’autre ! Voilà comment il fallait qu’ils réfléchissent, en équipe. Lui comme Niènor se plongèrent dans un intense pour et contre intérieur, passant en revue les défauts et les qualités de chacune des armes qui étaient à leur disposition. De toute façon, il ne fallait pas blesser mortellement les bestioles, on éviterait donc d’employer des armes barbares du genre de la pince géante qui devaient se révéler Supermégaefficace contre des nabots du style des fantômes de ronces.
Le visage de Niènor s’illumina d’un seul coup. Elle avait peut être trouvé LA solution miracle à leur problème ! Seulement, elle fut coupée dans son élan par quelque chose… Vu son expression, elle avait l’air d’avoir capté quelque chose d’anormal, visiblement un bruit. N’ayant pas la possession de sens aussi aiguisé qu’une métamorphe féline, Léonard se contenta d’attendre plus d’indication de la part de sa partenaire, se mordant légèrement la lèvre. Se pourrait-il qu’ils soient déjà repérés ? Ça serait vraiment trop bête, alors qu’ils étaient sur le point d’élaborer le plan parfait pour prendre de cours la famille Razbosquet !

Lui n’entendait pour le moment que le souffle du vent. Cependant Niènor, elle était vraiment concentrée, elle devait, à l’aide de ses sens aiguisés, tenter de reconnaître l’espèce animale (ou végétale ou minérale) à laquelle ils avaient affaire. Elle abaissa une nouvele fois sa main sur le bras tendu de Léonard, lui faisant signe de rester calme, tout en maintenant le peu de sens dont la nature l’avait doté, en alerte. Puis, doucement, elle lui demanda :

"Tu entends ? Je crois bien que nous avons des ennuis…"

"HIP HIP HIP ! DIYAHAAA ! "

Ah effectivement, là c’était tout de suite plus clair, on ne pouvait pas leur enlever le fait qu’ils étaient petits et donc en mesure de se camoufler facilement, mais niveau discrétion… Il y avait franchement des choses à revoir. Elles avaient l’air remplies de joie, on pouvait se douter que la victoire écrasante qu’elles avaient imposée au bûcheron n’y était pas pour rien. Des ricanements, des cris, une vraie fanfare se rapprochait d’eux… Une certaine panique monta en lui, que pouvaient-ils faire face à une telle masse d’adversaire, qu’est-ce que pensait Niènor à cet instant, allaient-ils réussir à s’en sortir, à quel moment les bestioles les repéreraient, si ce n’était pas déjà fait…
Cette panique empêchait toute réflexion de la part du jeune homme, il essayait de retrouver son calme, mais à chaque fois, une nouvelle interrogation venait tout chambouler… Bordel. Combien étaient-ils exactement ces saloperies ? Une centaine ? Peut être même plus…

"Hoooooooooo ?"

Et merde… Quand tu entends ça, tu sais que tu es plutôt dans la merde et que tu as plutôt intérêt à te tailler vite fait pour ne pas te faire découper en rondelles. Sauf que dans leur cas, ils étaient là pour ramener au minimum deux de ces jolies bestioles à moitié végétales. La fanfare cessa, le groupe s’était arrêté à leur niveau ou en tout cas s’en rapprochait à pas lents.
Un débat sembla s’engager au cœur même des buissons, qu’est-ce que des créatures pareilles pouvaient bien matière à dire ? Après tout, n’avait-elle pas qu’un seul but dans la vie : faire chier le monde, Pourquoi se posaient-ils des questions plutôt que d’attaquer directement deux proies (presque) sans défense, sur un terrain bien dégagé ?
Le fait que sa pierre se mit à briller quelques secondes plus tard lui en appris un peu plus. Une autre pierre, puissante, était en train de se rapprocher. Si un des Fantômes avaient la possibilité de se servir d’une des pierres, tous en connaissaient fatalement le pouvoir. Et en ressentant les leurs, ils s’étaient mis à douter sur ce qu’ils devaient faire… Peut être qu’en fin de compte, lui et Niènor n’étaient pas si désavantagés que ça. Le temps en dirait sûrement plus.
Soudain, l’un des fantômes sorti d’un bosquet comme si c’était la chose plus normale qu’il puisse faire. Ces bestioles étaient vraiment d’étranges créatures, pas vraiment grand, aussi élégant qu’un bébé canard trisomique qui aurait chuté dans un pot de yaourt à la banane verte, ressemblant à un sapin de noël fait par une bande de sans-abris tant les ornements qu’il arborait n’était pas assortis… Bref, on se demandait comment faisait ces créatures pour ne pas se suicider en se voyant dans un miroir le matin.

"Zikwa kvoo voulé voo ? "

Euh… What the fuck ? La créature s’était mise à parler dans un langage dérivé du leur. Une espèce d’oralisation de cette méthode soit disant révolutionnaire inventé par deux jeunes membres de l’académie. Ce langage Essémess, comme ils l’appelaient avait pour but de déformer complètement la langue Az-maryenne soi-disant pour la simplifier et surtout permettre aux jeunes de condenser encore un peu plus leurs cours sur des antisèches… Alors de là à savoir si ces deux gamins s’étaient inspirés des fantômes de ronces ou si c’étaient ces derniers qui avaient cru qu’il s’agissait du langage humain et l’avait appris comme tel… Enfin bon, cet espèce de chaman leur avait visiblement demandé ce qu’ils désiraient en étant ici, nul doute que s’ils lui répondaient franchement qu’ils étaient là pour capturer deux membres de sa tribu, il l’aurait mal pris. Autant se taire et faire, tout comme Niènor, mine d’avoir rien compris…

"Jiré pète ! Voo voulé kuwa ?"

Alors qu’il s’énervait, le chaman miniature fit bougé ses ornementations en signe de menace, révélant aux yeux de Léonard qu’il était en possession d’une pierre de pouvoir. La maîtrisait-il ? Si c’était le cas, il y aurait un affrontement d’un tout autre nouveau, il faudrait que lui comme sa partenaire découvre le pouvoir de ce magicien miniature qui commençait sérieusement à s’impatienter. Niènor à ses côtés n’était pas vraiment rassuré, elle sentait peut être un traquenard à plein nez mais ne pouvait lui signaler de peur que celui-ci ne leur tombe dessus trop vite… Que penser ?

"Zètesur uneu propriaitay pryvet voosautre, mès zavé jauli kaillass kibrill. Savoodiré de veunir mangeay unboo avaik noo ?"

Propriété privé mon cul ouais ! C’est pas parce que des ronces te poussent à la place du bulbe et que t’es aussi moche qu’un champignon vénéneux que t’es forcément obligé d’apparenté toute clairière ou forêt à ton chez toi mon vieux ! Vas gentiment te faire voir s’il te plaît ! Il avait également l’air intéressé par leur pierre respective, quand je vous disais qu’il était louche ce mini-chaman (Comment ça c’était évident ?...). Et puis cette invitation à dîner laissait pressentir que c’était eux qui allaient terminer dans la casserole. Mais dans un même temps, les sbires de la créature s’étaient rapprochés à travers leurs buissons, les encerclant à présent de toutes parts. Seul une espèce de haie d’honneur leur laissait un passage que le minuscule magicien s’empressa de prendre le premier… Visiblement il n’avait pas vraiment le choix d’accepter ou non l’invitation. Ah ! Ces fantômes de ronces, toujours aussi surprenant ! Ils connaissent aussi l’emploi des questions rhétoriques !
Il glissa un regard vers Niènor, elle avait l’air perdue, inquiète ne sachant pas trop quoi faire… En gros, ils étaient tous les deux dans le même état de réflexion intensive sur le « et si on fait ça, qu’est-ce qui va se passer ? », mais bon, il ne fallait pas s’éterniser non plus.

"Qu’est ce qu’on fait maintenant ? On est encerclé de toutes parts… Mais si on suit le chaman, ça risque d’être nous, le repas… On pourrait les intimider mais on prendrait le risque d’empirer la situation ainsi… Je m’excuse, j’aurai dû être plus vigilante. "

Il prit une dernière fois le temps de peser le pour et le contre, se hâtant pour que les fantômes ne se lancent pas de suite dans un assaut. Ils devaient de toutes façon faire un choix et la bagarre serait inévitable de toutes les façons.

"Bien malgré moi, je pense qu’on devrait le suivre… Il m’a l’air d’être l’une des personnes importantes et si on le froisse tout de suite, on risque d’avoir des ennuis… Je pense qu’on en apprendra plus sur la façon de les mettre K.O. en les suivant, on pourrait même tenter de retourner la situation à notre avantage, alors que là on est franchement acculé… Et puis, je dois dire que la pierre autour de son cou m’intrigue… Et puis, si ça tourne au vinaigre, on se retrouvera un peu près dans la même situation que maintenant, à nous de rester vigilant."

Il fixa les yeux de Niènor, comme attendant un acquiescement de sa part, avant de se tourner dans la direction de la haie d’honneur, prenant le pas du chaman.

[On pourra dire que j'ai pris mon temps >>"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Jeu 2 Juin - 20:45

Le petit shaman laissa voir un minuscule baton, tout juste à sa taille et au moins aussi décoré et bruyant que lui de par son lot de breloques indigènes. Il tapa le sol de la pointe de sa canne avec soulagement quand le duo se décida à prendre une initiative, le bucheron lui même n'avait pas eut le choix et pourtant s'était très vite décidé devant la situation. Il faut dire que le bougre n'avait pas eut beaucoup de temps pour se décider à décamper cul nul.

"Traynay pwa lè zamphan, hon noo zatan poor dynay !"

A cette simple phrase, un flot de buissons et de petites silhouettes s’engagèrent sur le chemin tout tracé, l'autre moitié se blottissant derrière Léonard et Niènor et les obligeant à avancer. Plusieurs mètres plus loin, dans les bois, une pente douce descendait jusqu'à un petit talus. Dans le fossé, on pouvait voir l'embouchure d'une petite caverne.
Après une longue marche dans l'obscurité, un point de lumière guida le groupe entre les stalactites. D'abord éblouit par la sortie du tunnel, vous découvrez une oasis luxuriante et isolé du monde, plusieurs pieds sous terre dans un écrin rocheux. Le ciel était à peine visible, pourtant, les rayons amplifiés par les parois en faisait un lieu particulièrement lumineux.

"Grouhyé vou onn ouzatan !"


Le petit groupe commença à trépigner visiblement à l'idée de rentrez enfin chez eux. Un fumet épais et poisseux s'élevait dans les airs depuis le milieu du petit village où un grand chaudron bouillonnait.

"Cé leur dla grahy ! Anfain !"

Des buissons ambulants, une bonne vingtaines de fantôme sautèrent avant de se ruer comme une seule boule vers la pitance collective. Chacun emporta sa gamelle de bois fumante jusque dans sa tente de feuilles et le silence revint. Deux petits sbires vinrent avec des bols sur leurs têtes, accompagnés par le leader brinquebalant.

"Mengay ! Voo man diret day noovel !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Sam 4 Juin - 17:38

Bien malgré moi, je pense qu’on devrait le suivre… Il m’a l’air d’être l’une des personnes importantes et si on le froisse tout de suite, on risque d’avoir des ennuis… Je pense qu’on en apprendra plus sur la façon de les mettre K.O. en les suivant, on pourrait même tenter de retourner la situation à notre avantage, alors que là on est franchement acculé… Et puis, je dois dire que la pierre autour de son cou m’intrigue… Et puis, si ça tourne au vinaigre, on se retrouvera un peu près dans la même situation que maintenant, à nous de rester vigilant.

Le suivre, hein ? Un choix qui ne l’enthousiasmait pas, mais après tout, ils n’avaient pas vraiment le monopole de la décision, les fantômes semblant déjà avoir choisi à leurs places. Et comme l’avait fait remarquer Léonard, ils étaient acculés. Alors autant ne pas frustrer le mini chaman tout de suite pour ne pas avoir d’ennuis dans l’immédiat et pouvoir observer le comportement des fantômes et ainsi prévoir une contre attaque ou essayer tout de même, quitte à se jeter dans la gueule du loup en se laissant guider par les spectres. Elle releva le regard, les yeux de Léonard rivé aux siens et sourit légèrement à son coéquipier en signe d’approbation avant de le suivre, calant son pas à ceux des fantômes. Mais elle ne fit pas long à se retourner pour fusiller les spectres du regard en faisant une grimace qui dévoilait ses longues canines tout en grognant. Elle n’aimait vraiment pas se sentir prise au piège ainsi ! Sentir les petits monstres si proches d’elle ne la rassurait pas et elle appliqua ce que Léonard avait proposé, à savoir, rester vigilante. Elle fut pourtant surprise lorsque le petit chaman frappa le sol de son mini bâton plein de grigri cliquetant qui faisaient tout autant de bruit que lui- s’est dingue, il lui semblait que plus c’était petit, plus ça faisait de bruit !- arborant une mine soulagée, annonçant ainsi le début du chemin.

-Traynay pwa lè zamphan, hon noo zatan poor dynay !

Mais quel pressé de la vie ! Prendre son temps n’était sûrement pas dans ses attributions au vu du manque de patience flagrant de la petite boule violette ! Mais au moins, il savait se faire obéir puisque les fantômes des ronces s’étaient mis en mouvement tout d’un bloc, obligeant également la féline et l’aqueux à avancer. Et puis aussi… Concernant le diner… Ils ne croyaient pas franchement l’espace d’une seconde qu’elle allait gouter leur nourriture, si ? Disons que mourir intoxiquée ne faisait pas vraiment parti de ses projets d’avenir ! Elle s’amusa alors à s’imaginer l’horreur sans nom que pouvait cuisiner ces petites boules de ronces mauves. Aujourd’hui, en entrée, salade de limace aux pattes de poulets trop cuites, ratatouilles d’asticots et vers en plat principal et pour finir, salade d’herbe séchées et fruits de belladone ! Tentant, mh ? Rien que de l’imaginer, Niènor se décomposa, dégoutée. Non, vraiment, hors de question de gouter ce que ces affreux monstres violets avaient cuisiné ! Et lorsqu’elle releva le regard, elle se rendit alors compte qu’ils allaient pénétrer dans l’antre des spectres. Mauvaise idée. Le retour en arrière serrait quasi impossible… Mais la situation n’avait pas changé, le choix, ils ne l’avaient pas… Ainsi donc, la féline fut plongé dans une obscurité tel qu’elle n’y voyait plus grand-chose. Et elle préféra regarder ou elle mettait les pieds, ne voulant pas s’étaler encore une fois lamentablement. Une fois par jour était suffisant ! Pendant ce qui sembla duré une petit éternité, ils continuèrent de marcher dans une sorte de grotte jusqu’au loin, une source de lumière apparut. Ah ! La délivrance ! Enfin ! Elle leva devant son visage une main, éblouit par le flot de lumière qui s’échappait de l’embouchure et plissa les yeux. Le spectacle qu’elle y découvrit lui fit pétiller les yeux, émerveillée et enjouée. Devant eux se dressait une magnifique oasis à la végétation dense et luxuriante. La lumière du soleil se réverbérait sur les parois rocheuses, rendant l’endroit très lumineux. Quant au ciel, il était très haut au dessus de leur tête. L’endroit était superbe et avait un charme qui lui était propre, Niènor s’y sentit à l’aise et se détendit tout en restant sur ses gardes.

-Grouhyé vou onn ouzatan !


Derrière elle, les fantômes étaient impatients, trop contents de retrouver leurs petits chez eux. Mais en même temps, si leurs maisons leurs manquaient, ils n’avaient qu’à rester paisiblement dans leur oasis au lieu de venir à la surface et d’embêter tout le monde… Ce n’en serait pas plus mal ! Quoi qu’elle pouvait les comprendre… L’odeur que dégageait le chaudron était infecte et si c’était tout le temps comme ça… Pouah ! Franchement, quel idée de faire un truc qui puait autant ! Elle fit un effort pour dissimuler sa grimace qui lui plissait le nez.

-Cé leur dla grahy ! Anfain !


Bon sang mais quel bande d’acharnés ! Elle recula un peu devant la sauvagerie dont les fantômes des ronces firent preuve et comprit pourquoi le pauvre bûcheron avait fui. Tous les spectres s’étaient précipités sur le chaudron comme d’un bloc, réclamant leur dû. C’était si bon que ça ? Vu l’odeur, elle en doutait quand même… Une fois servi, les fantômes des ronces s’en allèrent chacun de leurs côtés, une gamelle en bois dans les mains et le silence régna en maître sur les lieux. Puis, deux fantômes portant des gamelles au dessus de leur tête et le chaman s’approchèrent. Non mais… Elle n’allait pas manger ça…

-Mengay ! Voo man diret day noovel !


C’était au dessus des ses forces… Elle était bien trop méfiante envers les spectres pour pouvoir manger ce qu’ils avaient préparé ! Allez savoir ce qu’il avait mis dedans… Elle regarda Léonard, dépitée, se demandant s’il allait accepter de manger ou non. Elle ne savait décidément pas que faire ! Mais elle ne mit pas long à se décider. Si Léonard prenait le risque de manger et tombait malade, elle préférait pouvoir assurer les arrières de son coéquipier !

- Veuillez m’excusez, honorable chaman des fantômes des ronces, je ne veux en aucun cas vous manquer de respect mais je ne mange que ce que je chasse. Ainsi, je suis certaine de la provenance de ma nourriture. J’ai un estomac fragile et je tombe trop vite malade mais je suis certaine que votre cuisine est excellente !

Elle les gratifia du plus charmant sourire dont elle pouvait faire preuve et avait parlé sur un ton aussi doux que le velours, paraissant soudainement aussi inoffensive qu’un agneau. Elle espérait que, de par son refus, elle n’aille pas vexer le chaman ce qui serait fort désagréable- pour elle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Lun 13 Juin - 18:12

Ce qu’il venait de dire à sa partenaire, n’avait pas l’air de l’enthousiasmer. D’ailleurs il ne l’était pas non plus, n’ayant jamais vraiment eu l’habitude de se jeter dans la gueule du loup, quelque soit l’apparence de ce dernier, il se retrouvait face à sa propre conscience. Mais le choix s’était imposé, il n’avait pas d’autre solutions cette fois, s’ils avaient refusés l’offre du chaman, ils se seraient retrouvés encerclés, attaqués de toute part par des ennemis invisibles, intangibles, dont ils ne connaissaient même pas l’apparence, le nombre et la force, autrement dire, ils s’étaient tout simplement fait piéger et le seul moyen d’essayer de reprendre l’avantage consistait à coopérer tout en restant sur leur garde, prêt à déceler le moindre danger et à le combattre. Se mordillant la lèvre inférieur, Léonard admira le sourire léger que lui offrit Niènor pour lui signifier qu’elle était partante pour sauter avec lui dans cette abyme inconnue, pour lui signifier qu’elle lui faisait confiance et qu’elle approuvait son idée…
Tous deux se mirent alors à suivre les étranges créatures que leur offrait Az-mary, Niènor occasionnant une petite grimace à son départ histoire de faire sortir toute idée de coup fourré de la tête des fantômes qui les suivaient. Léonard sourit pour lui-même, avec Niènor, il y avait très peu de chance que leurs hôtes puissent préparer quelque chose derrière leur dos, les sens de la demoiselle étant bien trop aiguisés pour se laisser faire aussi facilement. Lui de toute façon n’avait pas grand-chose à craindre de ce point de vue là, sa pierre lui permettant de ne pas être affecté par tout ce qui avait attrait aux attaques surprises, à moins qu’elle soit de nature magique, et encore…
S’il y en avait bien un, pour contraster, qui ne se faisait pas le moins du monde discret, et encore moins distant, c’était bien le chaman, avec tout son amas de grigris qui, en s’entrechoquant, provoquait un sacré boucan, et qui se permettait de plus de ramener sa fraise pour un tout et pour un rien :

"Traynay pwa lè zamphan, hon noo zatan poor dynay ! "

Outch ! C’est qu’ils se faisaient engueuler en plus de ça… Les plats que leurs cuisiniers étaient en train de préparer devaient franchement être succulents pour qu’ils soient tous à ce point pressés. Qu’est-ce que des bestioles ornées de ronces pouvaient bien manger d’ailleurs ? Etaient-ils carnivores, herbivores, omnivores ? Ou bien autre chose encore ? Ils avaient certes la réputation d’affreux farceurs, mais on parlait très peu de leur mode de vie, et rien que pour le fait de pouvoir peut être accéder à ce privilège, le jeune homme se dit qu’au final, la décision qu’ils venaient de prendre n’était pas si mal que ça au final. Léonard goûterait avec plaisir ce qu’on lui proposerait, aucune animosité ne se lisait dans les traits des fantômes, et puis de toute façon, connaissant déjà un peu celle qui l’accompagnait, elle serait méfiante de long en large et trouverait sûrement une excuse pour ne pas toucher à ce qu’on lui donnait, il avait donc une assurance pour tenter la chose. Il fallait bien qu’il se l’avoue, sa curiosité et son penchant pour l’inconnu l’emportaient souvent sur la raison, et il se pourrait bien que sa bêtise donne un mauvais dénouement à cette quête, mais bon, s’en était ainsi. De toute façon, si le chaman en avait après sa pierre, celle-ci se fraierait un passage dans le corps de son possesseur si elle ressentait le danger venir de trop près, et si il en avait après eux deux… Bah, il trouverait bien une solution à ce moment là.

Par contre, une mauvaise chose se profilait à l’horizon. Alors qu’ils entamaient la descente d’une pente douce, Léonard vit se dessiner les contours d’une caverne, c’est là que la petite troupe allait plonger. Une fuite serait bien plus compliquée dans des conditions pareilles, entrer là-dedans c’était presque significatif de ne jamais en sortir… Mais c’était déjà bien trop tard, à présent qu’ils en étaient arrivés jusque là, ils n’allaient pas faire demi-tour d’une façon aussi lâche que celle-là. Il fallait qu’ils aillent jusqu’au bout de cette quête, et la première étape serait de réussir à se sortir vivant de cette caverne avec deux fantômes deux ronces K.O. sous les bras. L’obscurité s’empara d’un seul coup des deux métamorphes qui durent se repérer essentiellement grâce à leur toucher, les pieds jouant un rôle essentiel dans cette cavalcade au milieu de nos amis les stalactites et les stalagmites. Il valait mieux ne pas se casser la gueule, sous peine de se faire encore une fois engueuler par le mini-chaman, qui malgré sa petite taille, était pourvu d’un très fort caractère.
À plusieurs reprises, le jeune homme se retint de s’écraser lamentablement sur Niènor en prenant appui sur ce qui semblait être les parois de la grotte, mais ce qu’il soupçonnaient être en fait des fantômes trop pressés d’aller dîner pour se contenter de rester derrière leurs deux invités. D’un coup, un fin rayon de lumière filtra à travers l’édifice rocheux, rayon de lumière qui signifiait que les fantômes de ronces ne vivaient pas au centre de la terre, mais bel et bien dans une clairière à l’abri des regards, dans un environnement secret dont eux seuls étaient les privilégiés… Léonard cligna des yeux, espérant qu’il ne s’agisse pas d’une hallucination ou une autre illusion provoquée par la fatigue ou on ne sait trop quoi d’autre, mais c’était bien réel, devant lui, un amas de végétation souterraine laissait filtrer une lumière puissante et rayonnante qui se reflétait dans une eau claire et pure… Un véritable paradis sous terre en somme. Et ces créatures malines s’en étaient emparées, construisant leurs habitations et leur village tout entier en harmonie avec ce jardin d’Eden. Lui, comme sa partenaire se sentir aussitôt très bien, le lieu dégageait quelque chose qui faisait qu’on ne pouvait que se sentir à l’aise, quelque soit les circonstances, qu’on soit invités ou menacer par des lances aiguisées, tout le monde, en entrant dans cet endroit paradisiaque devait se trouver comme chez lui.

"Grouhyé vou onn ouzatan ! "

Chef, oui Chef ! Presque à l’unisson des fantômes qui les précédaient, Léonard se fit impatient de savoir ce qui les attendaient, il tâcha néanmoins de se contenir pour éviter de recevoir un coup de la part de sa partenaire qui, pensait-il, n’aurait pas apprécier de se rendre compte que la seule perspective de goûter à quelque chose de nouveau rende son coéquipier complètement gamin et insouciant. Les créatures semblaient aussi impatientes de pouvoir rentrer dans leur nid douillet, après tout, même si elles n’étaient que d’affreuses bestioles farceuses, elles avaient elles aussi un métabolisme qui les contraignaient à devoir dormir dès lors qu’elles faisaient trop d’effort, et on pouvait dire que si elles s’amusaient à gambader tout le long de la journée dans les alentours de Sainteville de Kaleï, rien que pour faire des farces aux passants aléatoires, elles ne devaient pas forcément être des plusen forme. Une bonne chose qui leur permettrait peut être d’arriver à leur fin plus facilement que prévu en fin de compte.
Il fallait avouer que l’odeur que dégageait le chaudron était assez particulière dans son genre, qu’on pourrait la qualifier d’infect, de putride, et qu’elle devait faire plus que chatouiller les narines d’une personne aux sens surdéveloppés, mais franchement, quand on passe plusieurs années de sa vie dans le coma, à se nourrir des odeurs balayés par le fond des mers, et là j’entends celle des différents cadavres d’humains, de poissons ou d’autres créatures incongrus, les déjection de plus ou moins tout le monde, parce que c’est bien connu que la mer est le plus grand Water Closet du monde, les bonnes odeurs d’algues et d’humidité (Là on peut pas dire que ça manque…) et tout le reste du beau monde qu’on ne citera pas ; et ben on a tendance à ne plus faire le difficile.

"Cé leur dla grahy ! Anfain ! "

D’un même mouvement, tous se jetèrent hors de leur buisson respectif, comme possédé par l’envie de retourner dans leur petite hutte de feuilles pour y manger paisiblement. Chacun se saisit de sa gamelle, se rendant docilement vers la grande marmite avant de s’y servir allègrement et de retourner dans sa tanière pour y manger tranquillement avec famille et amis. Histoire de parler de la journée, des meilleures frayeurs qu’ils avaient causées et tout le reste du patatra. Une envie de les suivre, d’adopter rien que l’espace d’un instant leur comportement, d’ailleurs peut être même essayé d’échanger quelques mots avec quelques uns d’entre eux prit Léonard, mais la perspective de se retrouver avec une bosse sur la tête, cadeau de sa partenaire exaspérée, le calma. Ils devaient agir ensemble, et lui ne devait pas se laisser entraîner si facilement par ses instincts de curiosité. Deux petits fantômes, accompagnés du chaman leur apportèrent deux grands bols de l’étrange mixture fantômederoncienne. Visiblement, ils voulaient accueillir leurs hôtes comme il se devait.

"Mengay ! Voo man diret day noovel ! "

Le jeune homme tenta de comprendre de quoi était composée la bouillie, mais il ne perçu rien qui lui était familier. Il allait donc foncer droit dans l’inconnu. Plus par convention que par méfiance, il s’appliqua à tenter de repérer des odeurs, des teintes ou n’importe quoi qui puisse être caractéristiques des poisons et autres somnifères de sa connaissance, mais rien ne lui vint, même quand le bol fut entre ses mains même. Il tenta de regarder ce qui transparaissait sur le visage de Niènor qui était, d’après ses dires, experte (ou presque) dans tout ce qui touchait l’herboristerie. Ce qui se lisait sur son visage était plutôt dégoût que crainte, elle ne devait pas vouloir se l’avouer mais visiblement elle répugnait à toucher la nourriture qu’elle n’avait pas elle-même attrapée… Le jeune homme s’amusa intérieurement, essayant de deviner quelle excuse la demoiselle allait-elle trouver pour sortir de ce pétrin.

" Veuillez m’excusez, honorable chaman des fantômes des ronces, je ne veux en aucun cas vous manquer de respect mais je ne mange que ce que je chasse. Ainsi, je suis certaine de la provenance de ma nourriture. J’ai un estomac fragile et je tombe trop vite malade mais je suis certaine que votre cuisine est excellente ! "

Oh la maligne ! Paye ton estomac fragile et ton air angélique ! Maintenant, il ne restait plus qu’à savoir si les charmant sourire et le ton doux comme velours étaient super efficace contre les fantômes chaman de ronces. Léonard se garda bien de faire une remarque et étouffa son rire, il ne voulait surtout pas que le petit magicien prenne mal ce que venait de lui dire Niènor car dans le cas contraire, ils n’auraient plus qu’à se jeter sur les deux gardes qui l’accompagnait et à tenter de courir très très vite en direction de Sainteville… Pouah la merde. Bon, c’était encore à lui de radoucir l’ambiance, non mais je vous jure !

"Pour ma part, je me ferai un plaisir de goûter à votre nourriture cher Chaman. "

Accompagnant ses dires, le jeune homme se saisit avec respect de ce que lui tendait le petit fantôme de ronce. Il avait une certaine envie de s’asseoir là, en plein milieu, tout prêt de l’eau qui coulait, mais il n’était pas certain que ça se fasse étant donné que les autres avaient regagnés leur tente avec leur bol. Attendant de plus importantes informations de la part du chaman, il tenta de commencer un semblant de conversation.

"Alors comme ça, vous vous intéressez aux pierres ? "

Dans ses paroles, n’importe quel terrien aurait pu croire qu’il parlait d’une passion pour le basalte, le gabbro, la péridotite et toutes les autres cailloux qui sont entassés sur notre bonne vieille Terre, mais en Az-mary le ton ne prêtait pas à la confusion, le jeune homme parlait bel et bien des pierres de pouvoirs, celle qui faisait de ce monde un Univers magique et enchanteur…
Il goûta alors au contenu du bol... Il avait déjà mieux manger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Mer 15 Juin - 23:23

Un silence s'imposa après la réponse de Niènor. Le sanctuaire calcaire et isolé imposait déjà un calme loin des oiseau des bois, seulement brisé par la chute de la cascade toute proche. Mais quelque chose laissait présager que si ces même volatiles était présents, ils auraient rapidement imposé l'ambiance d'une salle d'attente pour psychiatre. En même temps, les deux petits sbires frissonnèrent sous les paroles de l'invitée, esquissant quelques pas en arrières. Le chaman, au milieu de la discussion, leva lentement deux petits yeux pleins de malice.

"Huho..."
"Huho..."

La pierre au "cou" du chef scintilla, se reflétant des ses yeux anormalement grand à l'échelle humaine, anormalement vif du point de vue d'un membre de sa race.

"Buvay, voo man diray dai noovail !"

Mais la colère frémissante dans sa voix lui fit perdre son sang-froid. La petite boule nerveuse bondit sur Niènor, tentant de lui lacérer le visage quand elle n'arrivait pas à lui faire boire la mixture de force.

"Houlala !"
"Houla houlala !"

Les deux autres cédèrent à la panique, poussant leurs expressions bizarres et secouant leurs minuscules mains vers le ciel en courant.

"Houla houlala !"
"Houlala !"

Les sbires se coururent après dans un cercle ridicule avant que le reste du village ne remarqua le boucan. Un fantôme des ronces imita le duo, puis deux, puis trois. Au bout de quelques secondes, se fut une véritable nuée de boule piquante qui tournoyait au sol dans un cacophonie simplette.

"Mengeay ! Mais Mengeay !"

Pendant ce temps, quelque secondes après avoir ingurgité le brouet Léonard pouvait commencer à sentir un opaque sommeil monter en lui, engourdissant peu à peu ses sens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Mer 22 Juin - 22:10

Le silence après sa réponse passa pour normal. Avant de passer pour tout à fait gênant... Les paroles de Léonard qui pourtant faisait des efforts pour se montrer convivial, lui, ne semblait n'avoir aucun intérêt pour les fantômes des ronces... Eh bien, voilà des ennuis en perspective, mh ? Les deux petits sbires de ce fichus chaman reculèrent, tandis que celui ci leva un regard qui ne laissait rien présagé de bon !

-Mais je...

Tentative désespérée pour essayer d’arranger un minimum la situation, après tout, qui ne tente rien n’as rien !

-Huho...
-Huho...

Bon d’accord…Tentative échouée et ce n'était pas faute d'avoir essayé ! Et puis, voilà le chaman qui s'y mettait aussi en faisant briller sa pierre... Il lui proposa à boire, mais sa proposition fut très vite oubliée, emportée par la colère qui régnait auparavant dans son timbre de voix. Auparavant parce que se jeter à la figure de la féline ce n’était pas vraiment un signe de bonne entente. Et puis aussi parce que le chaman enrageait ! Il essayait de lui faire boire quelque chose, mais si le simple fait de ne pas manger avait pu autant les perturbé, c'était forcément qu'ils avaient empoisonné la nourriture ! Lui proposer donc à boire n’était pas un simple signe de bon accueil mais cela voulait dire que tout était empoisonné… Dans un élan brusque, Niènor s’élança vers son coéquipier et jeta son pied à la rencontre du bol qu’il tenait dans l’espoir qu’il se renverse et qu’il n’y touche plus. Mais entreprendre une telle tentative en continuant de lutter avec le chaman n’était pas des plus agréables… Surtout que celui-ci lui lacérait le visage, tellement enragé qu’il en devenait incontrôlable ! Ce petit jeu énerva très vite la féline qui feula de rage. Mais un plan s’élaborait déjà dans sa tête… A voir l’agitation qui régnait chez les petits êtres de ronces, c’était le chaman qui les contrôlait tous… N’était-ce pas une tactique de guerre ? Viser d’abord les supérieurs pour semer la confusion totale dans les troupes ? Eh bien, une belle occasion de mettre k.o le fantôme s’offrait à elle ! Un nouveau coup du chaman la tira des ses pensées. Dans un nouveau feulement, elle dégaina son sabre, tentant de faire lâcher prise au fantôme en plaquant une main sur son visage, le seul endroit dépourvu de piquants, et l’éloignant d’elle. Se faisant, il fallait agir vite, très vite ! D’un geste aussi vivace qu’efficace, elle envoya le plat de sa lame sur le fantôme. Assez violemment pour l’assommer tout en gardant une certaine retenue pour ne pas trop l’endommagé… Ce n’était sûrement pas un sale petit fantôme chaman des ronces qui allait avoir raison d’une féline ! Ne sachant pas ce qui allait se passer ensuite, elle garda sa lame à la main, prête à bondir pour défendre son coéquipier. Bien que les sbires du chaman courraient en tout sens, aussi perdus les uns que les autres, ça ne les empêchaient pas de rester dangereux.

Elle jeta alors un coup d’œil à Léonard qui semblait s’endormir sur place. Bon sang, mais qu’avait mit ces boules de piquants dans la nourriture ? De la mélisse et de la passiflore lui semblait être les deux plantes les plus probables pour provoquer ce genre de réaction puisqu’elles étaient connues pour provoquer une très forte fatigue à haute dose. On les utilisait parfois pour endormir une personne. Mais peut-être bien que ça pouvait être autre chose… Mais pour aider son coéquipier, elle n’avait pas à hésiter ! Et tant pi si ce n’était franchement pas bon ! Elle attrapa donc sa petite fiole de lait et l’ouvrit, saisi une de ses bourses qui contenait de la poudre de Guarana, en prit une sacrée pincée et la mit dans le lait avant de saisir une autre bourse emplit d’argouisier, de prendre deux pincées et une nouvelle fois, de les versés dans le lait. Une fois son mélange finit, elle referma sa fiole de lait, la secoua et courut vers l’aqueux en criant son nom.

-Léonard ! Il faut que tu boives ça ! Ce ne sera peut-être pas très bon mais j’espère néanmoins que ça t’aidera à te réveillé ! Il faut qu’on déguerpisse d’ici, et vite, ce serait bien mieux !


Elle secoua un peu l’endormi dans l’espoir de le faire réagir et si ça ne suffisait pas, le pincer ira peut-être mieux ! Au pire des cas, elle devrait le porter… Quant à sa décoction, elle espérait sincèrement que ça irait… Elle eut soudainement une autre idée lumineuse ! Dans cette discorde totale, les fantômes courraient en tous sens… Ce ne serait pas dur d’en capturer un voir deux et de les fourrer dans son sac à dos ! Quitte à abandonner sur le terrain quelques affaires… Elle décida donc de renverser son sac, le vidant complètement au passage, récupérant juste ce qui leur serait vital (malheureusement, l’attrape-mi en faisait parti…) et se jeta sur un fantôme, l’enfermant dans son sac. Puis, elle retourna vers Léonard, raffermissant sa prise sur son sac à dos. Elle regarda derrière elle, vaguement inquiète. Qu’allait-il se passer à présent ? Elle secoua à nouveau son coéquipier, lui attrapant la main et le tirant vers la sortie.

-Ne trainons pas, il faut vraiment y aller ! Léonard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonard Océanos
chrysalide


Messages : 27
Date d'inscription : 23/12/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Saphir Bleu (Affinité aquatique)
Niveau: 2

MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Mar 5 Juil - 0:39

Le goût de ce plat n’était pas vraiment exquis, mais il n’était pas vraiment difficile. Le silence pourtant se prolongea, un étrange malaise se créa, le chaman fixant de ses petits yeux Niènor qui venait de refuser, non sans délicatesse, le repas qu’il venait de lui proposé avec une plus ou moins grande insistance. Soit les fantômes étaient avides de compliments quant à leur nourriture, soit il y avait quelque chose de pas très bon qui se tramait là-dessous, moi je vous le dis. Cherchant d’abord à savoir ce qu’allait donner la suite des événements, le jeune homme n’ingurgita pas de suite l’étrange mixture, c’était d’une part plus sûr que de tout recracher au pieds de la boules d’épines, au risque de le vexer s’il n’y avait rien de spécial qui se préparait, et d’autre part, si un poison ou une drogue venait à s’être miraculeusement caché dans son bol, il prendrait plus de temps à agir et Niènor aurait, éventuellement, plus de chance de l’aider avec ses connaissances
d’herboriste, en cas de pépin.
Toujours dans la même position, le Chrysalide contempla la scène, scène étrange dont les deux protagonistes étaient Niènor et le chaman bling-bling. Le silence continua de s’imposer en maître dans ce sanctuaire des ronces, seul la petite cascade arrivait encore à briser la tension qui se faisait de plus en plus grandes entre les deux parties, c’en devenait vraiment gênant, un regard machinal vers sa partenaire lui démontra qu’elle se sentait encore moins à l’aise qu’à leur arrivée, la colère de quelqu’un se faisait de plus en plus ressentir. Le chaman prit un air subitement plus agressif, plus malin et plus vicieux. Qu’était-il en train de préparer celui là ?
Les deux sbires, qui avaient au préalable apporté les bols de nourriture se mirent à reculer, étrangement effrayé par la brusque schizophrénie de leur bossounet adoré. Il y a franchement des trucs qui ne tournent pas ronds chez les créatures non-humaines hein…
Puis, la pierre qu’arborait cette sale bête se mit à briller d’un coup signe d’un très grand énervement. Le regard de Léonard changea également. C’était donc bien une pierre de pouvoir… Son intérêt pour cette première partie de quête s’en retrouva décuplé. Mais…

"Buvay, voo man diray dai noovail ! "

Ah ben là ce n’était même plus de la malice ou de l’énervement, ça relevait carrément de la folie furieuse. La bestiole se jeta sur Niènor,
toutes ronces dehors pour s’en prendre à son effronterie. Malheureusement, Léonard ne pu guère s’amuser à tenter de répliquer avec l’Attrapemi. Un vilain mal de crâne était en train de l’assaillir, le sommeil brouillant petit à petit tous ses sens, il n’arrivait plus à bouger… N’imaginant même pas ce que ça aurait pu donner s’il avait ingérer cette affreuse mixture, il resta là stoïque, essayant vainement de recracher la drogue qu’on lui avait administré… Mais plus rien ne répondait. Morphée était en train de venir l’étreindre… Ses seules pensées allèrent à la pierre inconnue et à sa coéquipière qui devrait lutter seule pendant un moment.
Il sentit que quelque chose lui échappait des mains de force, que quelqu’un était en train de lui arraché des mains ce qu’il avait tenu avant que cette brume de rêve ne lui monte à la tête… Il était à deux doigts de croire à des hallucinations, essayant désespérément de se raccrocher à un semblant de réel en clignant des yeux, luttant contre ce sommeil forcé qu’on lui infligeait. C’était peut être un peu trop tard pour réagir.

Les petites étoiles commencèrent à apparaître de ci de là, flottant autour de son esprit embrumé. Il ne voyait plus la scène, tout ce qui se passait autour de lui, faisait à présent parti d’un autre monde, d’un autre univers… "…Léonard !... " Tout n’était qu’un grand flou, un pays harmonieux ou les petits poneys roses valsent avec les "…tu boives ça…" licornes, où tout le monde il est heureux, où tout le monde il est content, où une Montagne de pierre de pouvoirs se livrent à lui, lui "…réveillé !..."qui vient de percer les secrets du continent inexploré, lui que tout le monde acclame, lui que l’on est en train de hisser au rang de plus grand chasseur de fantômes de ronces du monde entier, lui que Niènor vient réveiller grâce par le pouvoir d’un doux "…ce serait bien mieux ! " bai… QUOI ?!!
Léonard ouvrit les yeux dans un instant de lucidité. Elle n’était quand même pas en train de...
Ouvrant pleinement les yeux, sentant qu’on était en train de tenter de le stimuler via des tentatives de pincement peu productives, il s’aperçu que la demoiselle tenait au dessus de sa bouche une étrange fiole… Il la prit entre ses doigts, recrachant, le peu de la mixture fantômederoncienne qu’il avait mis dans sa bouche et qui avait pourtant suffit à le faire somnoler. Niènor, s’apercevant que son partenaire était encore en vie lâcha la fiole et se lança dans une autre tâche. Le Chrysalide avala la décoction cul sec. Le temps qu’elle répande son effet, il avait déjà regagné en tonus.
Niènor était sur le pied de guerre, les Fantômes de ronces commençaient à affluer et il fallait agir vite et dans la plus fine des façons possibles, après tout, ils avaient quand même affaire à une bande de peluches hérissées, rendues complètement cinglés par le chaman et sa pierre de pouvoir inconnue qui exerçait une étrange fascination sur lui…

Les mouvements vifs de sa partenaire ramenèrent son esprit sur la terre ferme. Pas le temps de penser à cette pierre de pouvoir, il fallait parfois revoir ses priorités dans sa vie, et son désir d’en apprendre plus sur ces mystérieux cristaux et leurs origines passaient après sa vie et la réussite de cette mission, et c’est bien le message que lui passa l’image de Niènor en train de se jeter sur un Fantôme pour l’enfermer dans son sac… L’inquiétude commença à grandir, il fallait se sortir de ce traquenard au plus vite. Dès qu’ils auraient franchi l’embouchure de la grotte, les chances de se retrouver encerclé s’en retrouveraient bien diminuées, et ils auraient moins de soucis à se faire, mais pour le moment, fallait-il encore arriver à assommer ses sales bestioles pour se frayer un chemin jusqu’à la grotte tout en ne perdant pas leur objectif consistant à en attraper quelques uns. Chose faite pour Niènor.
Il attrapa la première ronce qu’il vu dépasser, la tenant à pleine main, il du se concentrer pour faire face à la douleur tout en s’imposant face à sa pierre qui par automatisme, se sentait obligée de protéger d’une blessure physique son possesseur en activant son pouvoir. Quelques gouttes de sang tombèrent au sol tandis que le jeune homme se faisait attraper la main par sa coéquipière légèrement "tendue".

"Ne traînons pas, il faut vraiment y aller ! Léonard ! "

Le fantôme qu’il venait d’agripper, comme celui que Niènor avait capturé dans son sac se débattait, ne faisant qu’accentuer la douleur. Mais il fallait qu’il passe outre, qu’il ne se repose pas toujours sur son foutu pouvoir.
La sortie n’était plus très loin, et les deux jeunes gens courraient aussi vite que leur permettaient les deux sales bestioles dont ils s’étaient encombrés. Il fallait croiser les doigts pour que le reste de la bande s’entretue… Mais bon, les rêves éveillés n'existe pas plus sur Az-Mary qu'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quête : L'alchimiste fou [2]   Aujourd'hui à 10:58

Revenir en haut Aller en bas
 
Quête : L'alchimiste fou [2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CATALOGUE d'Elessarion l'alchimiste
» A la recherche de l'alchimiste Todd Curaï (destin)
» Quête : Alchimiste
» Errok Barbe-Brûlée - Runiste, ingénieur et alchimiste
» [Officiel]Guide pratique du petit alchimiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Az-Mary :: Administration :: Ancienne version :: Anciens Rp :: Anciens événements ou quêtes.-
Sauter vers: