Partagez | 
 

 Un peu de lecture ? [PV Jonathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Dim 24 Avr - 23:16

Une partie de chasse qui s'annonçait fructueuse. Voilà la féline, guettant une proie innocente. Elle était sur le qui-vive prête à démarrer en quelques instants si la situation l'exigeait. Mais avant tout, il fallait attendre le bon moment, se rapprocher, encore et encore sans que la bête ne puisse rien voir ou entendre. Sans qu'elle ne puisse détecter la présence de la prédatrice, tapie dans l'arbre, attendant le moment propice pour se jeter sur sa proie sans défense. Sans qu'elle ne puisse imaginer, ne serait-ce qu'une seconde, qu'une femme l'observait. Sans qu'elle ne puisse concevoir que dans quelques instants, son avenir serait transformé en passé. Car la féline était déjà assez proche de la biche pour la tuer en se jetant sur elle- oh je vous entends venir, en la traitant de barbare ! Son mépris pour la quasi totalité de la race humaine qui l'avait conduite à l'exil et la nature l'avaient menée à développer excessivement son instinct animal. Et elle s'était particulièrement bien améliorée depuis qu'elle avait trouvé sa pierre ! Niènor regarda la biche battre de ses longs cils et jeter un regard méfiant autour d'elle sans se douter que le danger viendrait du haut. La biche allongea sa foulée pour brouter l’herbe qui s’offrait à elle dans la brise nocturne. L’alignement était parfait ! Niènor se mit en position d’attaque, fin prête pour sauter sur la biche et la tuer.

Mais alors qu’elle allait s’élancer, elle vit danser devant ses yeux une luciole. L’impulsion n’eut plus lieu d’être, puisque la nécrolide contempla l’insecte avec une fascination tout à fait… Ridicule. La luciole n’avait rien de particulier, elle voletait simplement en toute légèreté. Point lumineux dans la nuit mais qui lui rappelait tant de souvenirs heureux, des temps lointain ou tout allait pour le mieux… Niènor commença à pleurer, jusqu’à ce qu’une idée la frappe, la gelant sur place. Elle retint avec peine une petite exclamation qui fit fuir la biche, la peur la bloquait. La nécrolide venait de penser à une fatalité pour elle. Et s’il restait, aux archives, quelque chose sur sa famille ou sur ses parents ? Alors qu’elle avait pris soin de ne laisser derrière elle aucune trace de son existence ou de celle de sa défunte famille. Si elle ne pouvait pas effacer les mémoires, elle pouvait en revanche détruire ce qui se rapportait au nom- et à l’histoire- terni des Aslinn. Histoire qu’à ce jour, peu de personnes connaissaient encore. Et c’était bien mieux ainsi ! Elle s’était donnée tant de mal pour enterrer son passé… Niènor ne voulait pas le voir resurgir à cause d’un vulgaire bout de papier !

Elle sauta de sa branche et se redressa. La féline avait pris une décision et pas des moindres ! Niènor allait voler les archives pour les détruire. Plus personne ne pourrait les lire et son passé serait à jamais perdu dans l’oubli. Et elle n’aurait plus à craindre qu’un jour, quelqu’un vienne toquer à sa porte pour lui demander des comptes ou elle ne savait trop quoi d’autre ! Trottinant pour rejoindre sa cabane, elle réfléchissait à l’itinéraire le plus rapide pour atteindre l’académie des technologies magiques, à Kalei, une ville qu’elle détestait tout particulièrement. En deux jours, elle y serait, si elle se dépêchait et partait dès maintenant sans attendre la lumière du jour.

Au loin, se découpait la silhouette de sa cabane. La petite bâtisse se fondait à merveille dans le paysage et si on ne savait pas qu’elle était là, ou si on ne faisait pas attention à son environnement, il était bien facile de ne pas la remarquer. Quelques foulées plus tard, voilà que la féline arrivait devant le seuil de sa maison dont elle ouvrait la porte. Une fois à l’intérieur, elle alla chercher sa cape de voyage ainsi que sa ceinture à laquelle pendaient ses habituelles petites bourses qui contenaient des herbes aux vertus médicinales. Elle enfila rapidement ses bottes et ne voyant pas son chat, décida de le laisser vaquer à ses occupations au lieu de le déranger en l’embarquant avec elle dans un nouveau voyage. Jetant un coup d’œil à son sabre, elle ne jugea pas utile de le prendre avec elle. La féline n’entreprenait qu’un simple voyage, elle ne risquait pas grande chose, en théorie ! Fin prête pour l’aventure, Niènor se retourna vers le meuble de son entrée sur lequel reposait la photo d’un homme, celle d’une femme et également une qui regroupait l’homme, la femme et une enfant. Une belle photo de famille qui serrait toujours le cœur de la féline… A côté des cadres reposait une élégante boîte. Elle la prit dans ses mains avec délicatesse, l’ouvrit et fit tourner une manivelle. Aussitôt, une douce et mélancolique musique carillonna à ses oreilles. Ecoutant les notes tinter, elle releva la tête de ses photos. Il était tant de partir ! D’un pas décidé, elle quitta sa cabane et prit le chemin le plus rapide qui la conduirait à Kalei. Un chemin qu'elle avait fouler tant de fois qu'elle aurait pu le parcourir les yeux fermés. Elle rajusta sa ceinture et s'éloigna de sa cabane d'un pas que son expérience avait rendus rapide.


******


Après trois jours de marches et un arrêt dans un hôtel miteux elle put enfin voir la belle ville blanche de Kalei. Si blanche qu'elle en était éclatante. Heureusement que le soleil n'était pas au rendez-vous aujourd'hui car si il avait été là, la ville serait bien trop éclatante. D'ailleurs, ce blanc partout la révulsait et lorsqu'elle marchait dans la rue, habillée de noirs-la marque de sa chasse nocturne-tous le monde se retournait, comme si elle n'était qu'une bête de foire. Chez elle, il n'y avait que sa peau qui était blanche, mais ce n'était pas une raison pour la dévisager comme le faisaient ces personnes qu'elle ne connaissait pas. Elle se demanda si le blanc de la ville n'était pas fait pour dissimuler la noirceur de l'âme des habitants de Kalei. Parce qu'il fallait le dire, ce blanc irréprochable partout avait un côté louche... Elle venait de se rendre compte qu'elle ralentissait sa marche pour dévisager à son tour les personnes qui l'entourait. Aussitôt, elle allongea ses foulées. Il ne fallait pas qu'elle perdre son objectif de vu !

C’était en milieu d’après midi que Niènor atteignit enfin l’académie des technologies magiques. Voilà une bonne chose de faite ! L’académie n’avait pas beaucoup changé depuis la dernière fois qu’elle l’avait vue et cela lui rappelait de mauvais souvenirs. Non pas que la quête avec la certaine Taraya eut été si affreuse que ça, mais elle avait connu mieux et bien moins ennuyeux ! Mais trêve d’observations, il fallait agir, à présent. Agir avant que quelqu’un ne trouve les archives ou les lisent, auquel cas, elle serait certaine d’avoir des ennuies.

Elle rentra donc dans le bâtiment, se faisant aussi furtive qu’une ombre. La féline ne savait pas si elle avait bien le droit d’être là sans qu’elle aille été invitée… Mais elle ne reculerait devant rien pour voir si il y avait effectivement des archives qui parlaient de sa famille, auquel cas elle les brûlerait ! Elle marchait le long des couloirs, guettant une quelconque indication ou une pièce qui pouvait être ce qu’elle recherchait. Et quand enfin elle découvrit les archives, elle se rembrunit. La pièce était gardée ! Il fallait qu’elle trouve tout de même un moyen d’y entré… Peu lui importait que cela soit interdit, elle passerait au dessus des lois, pour une fois ! Mais aussi… Qui pouvait se méfier d’un chat ? Elle se retransformerait une fois dans les archives. Surtout qu’elle avait trouvé le moyen pour garder ses vêtements. Sa ceinture et sa cape resterait sur place, mais c’était un sacrifice à faire. Puis, une cape et une ceinture, ce n’était pas irremplaçable !

Donc, une fois sa décision prise, elle regarda autour d’elle, vérifiant tout de même si la voie était libre, se déshabilla emmêla ses vêtements- à savoir son bustier et son short- à son collier. Avec son poils longs, ses vêtements passeront inaperçu ! Une fois complètement déshabillée, la jeune femme se concentra. Il lui faudrait environ 1 minute pour achever sa transformation. Elle commença par les os, devenant ronds, atténuant les chocs et adaptés à la vitesse, pouvant longuement s'étirer, lui conférant une souplesse et une grâce toute féline. Tandis que son être se couvrait de poils, sa tête se faisait bien plus ronde, son nez s'aplatissait, sa bouche s'étirait, ses oreilles devenaient pointues et se déplaçaient vers le haut de son crâne. Sa silhouette se rapetissait, s'arrondissait, se faisait bien plus petite, passe partout tout en étant assez grande, pour un chat. Ses muscles se firent plus petits, s'adaptant à ce qu'elle allait devenir. Eh bien, en moins d’une seconde, la voilà transformée en un chat noir aux poils longs !

Elle allait pouvoir passer innocemment devant le nez des gardes sans qu’ils ne se méfient ! La féline déguisée en chat se lécha une patte et la passa derrière son oreilles avant de se lever paresseusement, de se frotter aux jambes des gardes en miaulant puis de filer à toute vitesse dans la salle des archives, en faisant comme si elle avait été effrayée par quelque chose. Une fois bien éloignée de la porte, elle regarda autour d’elle et s’assit. Il ne semblait y avoir personne, une aubaine pour elle car la féline n’aurait su comment réagir si une personne était déjà dans la salle… En inversant le processus de transformation, elle redevint une humaine aux longs cheveux noirs-violets bouclés qui cascadaient jusqu’au fond de son dos, à la peau aussi pâle que la porcelaine et aux yeux étrangement orangés. Elle se rhabilla rapidement et observa la salle en se demandant comment elle ferait pour trouver quelque chose… La pièce était si grande ! La féline s’enquerra même si il ne lui faudrait pas une vie entière pour regarder partout en omettant aucun bouts de papiers… Bon, eh bien, autant se mettre au travail tout de suite ! Elle alla fureter un peu partout en prenant gare de ne pas faire de bruit. Il fallait qu’elle se dépêche, elle n’avait pas tout son temps et craignait l’arrivée d’une personne… Elle n’était pas censée être là, la pièce n’était pas gardée pour rien. La jeune femme savait que si elle se faisait prendre, elle ne pourrait tirer que du négatif de son expérience. Si tout fois, elle serait encore en vie bien sur. Bien qu’elle doutait que sa punition pour avoir pénétré les archives par effraction puisse être aussi grave. Mais on ne sait jamais et mieux vaut prévoir le pire que de prévoir le meilleur…


Dernière édition par Niènor Aslinn le Mar 26 Avr - 22:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Lun 25 Avr - 16:41

C'était là. Ça devait forcément être là. Il n'y avait aucune raison que ça soit ailleurs. Après tout, les archivistes ne sont pas payés à rien faire. En tout cas, le souverain d'Az-Mary leur souhaitait, sans quoi il leur expliquerait en personne la notion de travail. Il était rare de voir le détenteur de l'Opale Noire perdre patience, or depuis plusieurs jours enfermés dans cette immense salle, avec pour seule source de lumière un vitrail poussiéreux...Il devait reconnaître que sa patience était mise à très rude épreuve. L'existence des responsables de ce fourbis ne tenait plus à un fil, ce même fil qui n'avait jamais cédé depuis des années, et qui ne cèderait probablement pas. Ce fil s'appelle la raison. Une raison implacable et froide, tordue et parfois malsaine , mais qui ne fond jamais.

Néanmoins cette même raison éprouvait à cet instant sans doute une de ses plus difficiles tortures : celle qui consistait à ne pas céder alors que la folie serait, en plus d'être toute indiquée, on ne peut plus justifiée. Rechercher un livre interdit, qui ne se trouvait pas dans la section des ouvrages prohibés, mais n'importe où dans les centaines de rayonnages d'écrits poussiéreux, que plus personne ne se donnait la peine d'ouvrir (ou même de jeter un œil). Autant dire que retrouver un seul et unique livre dans cette tour délabrée, livre pouvant être n'importe où parmi ses semblables...

Cependant, Jonathan n'en laissait rien paraître. Il était là, silhouette immobile et sombre au beau milieu des rayons, feuilletant un livre qui aurait put, si le Destin était de bonne humeur, être celui qu'il recherchait depuis maintenant quatre jours sans relâche. Il avait déserté son trône pour un livre ancien, que plus personne n'avait ouvert, ou même touché, depuis l'ère des Dieux Originels. Livre qui, d'ailleurs, ne pouvait être ouvert que par les détenteurs d'une des deux Pierres de Puissance, celle de la Vie ou bien, comme l'était Jonathan, celle de la Mort. Un livre pareil aurait dut être gardé sous clé, du moins loin des rats de bibliothèque qui passaient leur vie ici. Et bien non, il avait été flanqué là, au hasard, au milieu de milliers d'autres.

Le roi rangea négligemment le livre là où il l'avait trouvé, c'est à dire partout sauf à sa véritable place. Il reprit ensuite sa canne avant descendre, songeur, les escaliers qui l'avaient amené au troisième étage de la tour qui renfermait toute l'Histoire, sinon plus, d'Az-Mary. Une fois au bas de l'édifice, il nota des bruits de pas feutrés, qui semblaient attentifs, mais surtout soucieux de ne pas se faire entendre. Entreprise de toute évidence échouée. Le souverain se rapprocha sereinement, en boitant, de l'origine du bruit. Il avançait naturellement, sans aucune méfiance, la garde baissée. Après tout, les ennemis de la nation ne viennent pas aux archives. Du moins, pas ceux qui sont dangereux.

Après seulement quelques secondes de marche, il tomba sur la surprise du jour. Une jeune fille toute de noir vêtue qui farfouillait un rayonnage semblable en tous points avec celui qu'il venait de quitter, et avec tous les autres, d'ailleurs.

"On cherche de quoi se distraire ? Ou bien on est assez grand et on s'en va tout seul ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Lun 25 Avr - 19:17

Elle ne s'était pas trompée... Trouver un document bien précis dans ce fouillis relevait de l'exploit. Autant chercher une aiguille dans une botte de paille ! Niènor pensa aux archivistes qui devaient passé des heures et des heures entières à ranger la salle. Elle les plaignait, les pauvres. Ils avaient du mérite ! Elle posa une main sur une étagère et l'y enleva de suite en secouant sa main, pleine de poussière. La pièce ne devait pas être visitée souvent. Et du coup, les archives ne devaient pas être lues souvent. Mais peu lui importait, elle refusait l'idée même qu'une page de son passé reste présente quelque part en ce monde et qu'elle n'en soit pas la gardienne. Elle était tout de même maitresse de sa destinée !

Elle continuait sa quête, espérant tomber sur quelque chose. Bon, si elle ne trouvait rien, ce n'était pas plus mal, cela signifierait très sûrement qu'il n'y avait jamais eu d'archives sur les Aslinn. Après tout, qui se serait donné la peine d'écrire à leurs propos ? Mais elle ne savait même pas pourquoi les archives existaient... Alors qu'elle réfléchissait une voix glaciale l'interrompit dans ses pensées, la faisant sursauter et se retourner, les yeux aussi ronds que des billes, la surprise peinte sur son délicat visage.

-On cherche de quoi se distraire ? Ou bien on est assez grand et on s'en va tout seul ?

D'accord. Il semblait de fort mauvaise humeur et son ton lui donnait des sueurs froides et une irrésistible envie de prendre ses jambes à son cou. Envie exacerbée par le physique du jeune homme. Il était grand et bien taillé, ses cheveux, remarqua-t-elle étaient beaux et ses habits richement décorés. Elle nota également qu'il devait s'être fait mal à la jambe puisqu'il se déplaçait à l'aide d'une canne. Le jeune homme était très sûrement de la haute, ce qui expliquait sa présence en ces lieux. Mais ça ne l'empêchait pas de paraître effrayant, distant et surtout, très froid. Elle ne se doutait même pas l'espace d'une seconde qu'elle avait en face d'elle, le roi d'Az-Mary ! Elle releva la tête pour observer son visage fin. En voyant les yeux de l'homme, la féline fit la grimace. De un, elle s'était faite prendre. De deux, ces yeux la gelait sur place, effrayant et pourtant attirant. La menace qu'elle y décelait n'arrivait pas à la faire se détourner du regards améthyste aux reflets d'argent. Elle n'avait jamais vu de yeux violets et ceux-ci étaient impressionnants. Et pourtant... Pourtant, elle ne partirait pas ! Pour rien au monde elle ne quitterait cette pièce sans avoir découvert si des archives sur sa famille y résidait. Elle prit donc un ton aussi décidé que possible car l'homme l'intimidait et lui répondit :

-Je ne cherche pas de quoi me distraire mais je ne partirai pas pour autant. Je ne sais pas qui vous êtes mais sachez que je m'en irai seulement lorsque j'aurai trouvé et détruit ce que je recherche !

Elle avait parler avec un ton respectueux car elle ne savait pas qui était cet homme mais elle pouvait deviner qu'il était bien sûrement un aristocrate. Cela dit, rien ne la ferai se détourner de son objectif premier, elle espérait avoir été assez claire sur ce point là ! Cependant, elle craignait l'homme... Son air et son ton n'était que peu engageant et elle croyait bien avoir vu un brin de folie dans son regard amer. Mais l'amertume, c'était ce qui attendait Niènor si elle n'accomplissait pas ce pourquoi elle était là. L'amertume de savoir que son passé était encore bien vivant et que jamais, malgré ses efforts elle ne pourrait l'effacer des mémoires...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Ven 29 Avr - 13:31

Lorsque l'intruse se retourna vers son interlocuteur, celui-ci nota en tout premier lieu le regard pour le moins étrange qu'elle lui adressait. Deux yeux à l'éclat orangé et étrangement félins. Rien de courant. Mais il fallait admettre que le regard collait à merveille avec la personne : Jonathan avait en face de lui un chat dissimulé sous les traits d'un être humain. Mais là n'était pas la question. Le souverain nota également le fait que la gamine tremblait de tout son corps, et qu'un peu de sueur perlait sur sa tempe. Était-il si effrayant que cela ? Ou bien avait-elle seulement peur suite à l'échec de sa dissimulation ? Quoi qu'il en fut, elle rompit le silence pesant qui s'était installé, chose qu'elle fit avec un aplomb surprenant pour une clandestine prise la main dans le sac.

"Je ne cherche pas de quoi me distraire mais je ne partirai pas pour autant. Je ne sais pas qui vous êtes mais sachez que je m'en irai seulement lorsque j'aurai trouvé et détruit ce que je recherche !"

Beaucoup de données en une seule phrase.Au moins cela éviterait-il de perdre du temps en détails. Jonathan retint un sourire en coin. Cette fille était probablement la seule personne qu'il eut rencontré qui ignorait qui il était. D'habitude les gens qu'il croisait s'inclinaient devant lui. Mais elle non : en ignorant qui il était, elle ignorait que, techniquement, il pouvait la mettre à mort d'un simple signe de tête. Mais elle ignorait aussi tout de ce qu'il avait commit durant le passé, toutes les atrocités qu'il avait fait subir à Az-Mary. Il avait en face de lui quelqu'un qui ne voyait rien d'autre qu'un rat de bibliothèque éclopé, un brin menaçant, mais innocent.

"Trouvé et détruit ce que je recherche." Voilà autre chose. En plus de s'être introduite par effraction dans les archives, elle avait en plus l'intention d'y détruire des documents. Chose infaisable. Tout simplement parce que, à l'heure actuelle, Jonathan était dans la même pièce qu'elle et qu'il accordait une importance primordiale à la sauvegarde de l'histoire de son monde. Peu importe ce qu'elle recherchait, elle allait devoir y couper court.

"Je regrette, mais c'est impossible."

Le roi braqua son œil intact sur l'impromptue avant de le rediriger vers le rayon qui leur faisait face. Il déposa sa canne contre celui-ci et saisit au hasard un des parchemins qui en dépassait des dizaines d'ouvrages à sa portée. Il déroula avec soin la relique et en commença la lecture à voix basse.

...ne jamais oublier son passé, sans quoi le futur devra à nouveau y faire face...

Il quitta le manuscrit des yeux pour fixer à nouveau la jeune fille. Sa citation n'aurait pas put mieux tomber. Il venait de lire un passage du discours du premier souverain de leur monde, qui avait été prononcé à l'occasion de l'arrivée de milliers d'êtres humains sur leur nouvelle terre.

"Chacun des documents rassemblés ici à une grande valeur. Ils sont des fragments de notre histoire. Les effacer ou encore les perdre signifierait construire un avenir sans aucune base, sans aucune référence. Sur quoi nous appuierions nous alors afin de poursuivre notre destinée ? Effacer ses propres traces empêche quiconque de nous retrouver, mais cela signifie aussi se perdre, et ne plus retrouver son chemin. Parfois nous voulons oublier notre passé, cependant cela revient à se priver du meilleur enseignement qui soit. De quelles erreurs pouvons nous apprendre sinon celles déjà commises ?"

Il roula soigneusement le parchemin usé qu'il tenait entre les mains, avant de le replacer là où il l'avait trouvé. Cela ne faisait aucun doute qu'il était bel et bien à sa place, du moins le Destin l'y avait-il mit. Il récupéra sa canne d'ébène et désigna du bois l'abdomen de la jeune fille.

"Aussi je vous demanderais de bien vouloir quitter ces archives. Que vous vous y soyiez introduite de façon illégale m'importe peu. En revanche tâcher d'y détruire le moindre document est une faute grave. Entendu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Sam 30 Avr - 2:56

Il n'était pas simple de savoir ce qui traversait l'esprit de l'homme en ce moment. Il ne laissait rien transparaître de ses émotions ou les dissimulaient avec brio. Mais Niènor crut pourtant apercevoir une pointe d'amusement. A part si c'était du mécontentement ou encore du mépris. Elle n'aurait su le dire. Et cela n'aurait rien changé, elle avait dit ce qu'elle avait à dire et ne comptait pas revenir sur ses propos ! Mais en voyant le regard de l'homme si peu engageant et le ton tranchant voir glacial qu'il prit pour parler... Bon peut-être bien qu'elle pouvait envisager une deuxième option, juste au cas où... Ne sait-on jamais !

-Je regrette, mais c'est impossible.


Impossible ? Comment cela impossible ? Rien n'était impossible et elle allait le lui montrer ! Elle était venue ici dans un but bien précis et ce n'était pas pour échouer à ce moment là ! Niènor fronça les sourcils, comme si elle était agacée, son air se durcissant en même temps. Peut-être bien qu'il avait un ton sec mais elle était bien décidée à détruire les archives qu'elle cherchait ! La féline allait ouvrir la bouche lorsque son interlocuteur la fixa à nouveau, froid et distant. Elle s'arrêta aussitôt. Elle ne pouvait se défaire de son regard améthyste qu'elle trouvait captivant sans savoir pourquoi... Mais il redirigea bien vite son regard pour le poser sur les étagères en face d'eux. Il déposa son bâton contre l'étagère et attrapa un rouleau qu'il déroula avec milles précautions - Ce n'était qu'un parchemin, après tout ! - comme si il tenait entre ses mains le plus grand trésor qui aie existé. Il cita alors une phrase à voix basse que Niènor n'eut aucun mal à saisir puisque son ouïe était fine.

...ne jamais oublier son passé, sans quoi le futur devra à nouveau y faire face...

Le passé et le futur... Elle comprenait tout à fait cette phrase, plus que n'importe qui d'autres très sûrement et pourtant... Pourtant, elle n'avait aucun sens pour Niènor. Que comptait-il faire avec cette phrase ? La dissuader ? Eh bien, c'était peine perdue, il n'y arriverait pas ! Il pouvait déployer toutes les phrases, citations ou proverbes qu'il connaissait, rien n'y ferait, ainsi en allait sa décision. Mais le jeune homme n'avait pas dit son dernier mot et enchaina, rivant à nouveau ses yeux à ceux de la femme.

-Chacun des documents rassemblés ici à une grande valeur. Ils sont des fragments de notre histoire. Les effacer ou encore les perdre signifierait construire un avenir sans aucune base, sans aucune référence. Sur quoi nous appuierions nous alors afin de poursuivre notre destinée ? Effacer ses propres traces empêche quiconque de nous retrouver, mais cela signifie aussi se perdre, et ne plus retrouver son chemin. Parfois nous voulons oublier notre passé, cependant cela revient à se priver du meilleur enseignement qui soit. De quelles erreurs pouvons nous apprendre sinon celles déjà commises ?

Des larmes vinrent mouillés ses yeux. Elle ne pouvait pas les retenir, malgré les efforts qu’elle faisait. C’était là le discours d’un homme qui avait commis maintes erreurs dans son passé et qui, le regrettant, cherchait à ne jamais les oublier… Ou tout du moins, c’est l’impression que Niènor eut en l’entendant parler. Sauf que pour elle, ce n’était pas pareil. Son discours serait celui d’une femme au passé brisé et qui cherchait à détruire le moindre de ses souvenirs. Elle n’avait jamais rien fait de mal, elle estimait que son sort était donc tout à fait injuste et comptait bien le lui faire comprendre.

-Aussi je vous demanderais de bien vouloir quitter ces archives. Que vous vous y soyiez introduite de façon illégale m'importe peu. En revanche tâcher d'y détruire le moindre document est une faute grave. Entendu ?

Niènor releva vivement la tête, comme piquée au vif. Il lui demandait d’abandonner, c’était cela ? Mais elle ne l’entendais pas de cette oreille et allait le lui montrer. Elle était tellement concentrée sur ce qu’elle allait dire qu’elle n’avait pas remarqué que l’homme avait reposé son parchemin en le roulant avec autant de délicatesse que possible. En revanche, elle avait bien vu le bâton tendu vers elle comme une menace à peine dissimulée. Mais elle ne rebrousserait pas chemin, à présent ! L’homme pourrait la ruer de coup, la faire saigner autant qu’il voulait, rien n’y ferait ! Elle se battrait pour ce qui avait été brisé en même temps que son passé. Elle venait de le réalisé, d’ailleurs… A cette pensée, une larme perla de son œil, s’écoula le long de sa joue et vint périr en chutant sur le sol. Et puis, que valait la douleur physique face à la douleur mentale ? Au point ou elle en était… Elle s’exclama alors avec toute la conviction dont elle pouvait faire preuve, sa voix tremblant et pleine de sanglot :

-Non ! Non ce n’est pas entendu ! Si espérer vouloir vivre sans que des fantômes aussi noire que votre passé ne viennent vous hanter est commettre une faute grave, alors j’en commettrai une ! La nature nous a dotés d’une mémoire et d’une chose qu’on appelle remords pour qu’on retienne nos erreurs sans les mettre sur papier ! Car c’est en en commettant qu’on retient le mieux ! Et si mon avenir, je voulais le construire sans base ? Repartir de zéro ? Si j’avais envie de disparaître ? Cela ne vous est jamais arrivé de souhaiter que vous perdiez la mémoire pour oublier votre passé ? Moi j’en rêve… Alors ne m’empêchez pas de détruire ce que je cherche car je mourrais pour accomplir ce rêve !

Ce n’était plus des larmes qui s’échappaient d’elle à présent, mais des sanglots qu’elle peinait à retenir. Depuis quand était-elle devenu aussi sentimentale ? Elle n’en savait rien. Mais sa n’importait peu. Elle releva la tête une nouvelle fois et plongea ses yeux, tristes et remplis de désespoir dans ceux de l’homme en face d’elle, froids mais captivant. Qu’allait-il se passé à présent ? Elle ne le savait pas… Une nouvelle larme coula le long de sa joue. La deuxième d’une longue série.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Mer 11 Mai - 13:50

[HRP : Excuses-moi encore d'avoir mit si longtemps à répondre.]

Sitôt Jonathan avait cessé de parler, la jeune fille releva brusquement la tête, comme si les paroles qu'avait prononcées le souverain avaient eut l'effet d'un coup de tonnerre assourdissant. En plus de cela, le roi d'Az-Mary nota quelques petites larmes qui perlaient aux yeux de son interlocutrice. Des larmes, il en avait fait couler des rivières entières. Quelques gouttes suffisaient à lui rappeler son passé atroce et sanguinaire, mais quelques gouttes ne suffisaient pas à le faire trembler. Des torrents n'avaient pas suffit. Visiblement, il n'était pas le seul à posséder un passé regrettable, son interlocutrice avait donné ses aveux en même temps que ses pleurs. Il pointait toujours sa canne dans la direction de la fille lorsque le silence pesant fut brisé en milles morceaux.

"Non ! Non ce n’est pas entendu ! Si espérer vouloir vivre sans que des fantômes aussi noire que votre passé ne viennent vous hanter est commettre une faute grave, alors j’en commettrai une ! La nature nous a dotés d’une mémoire et d’une chose qu’on appelle remords pour qu’on retienne nos erreurs sans les mettre sur papier ! Car c’est en commettant qu’on retient le mieux ! Et si mon avenir, je voulais le construire sans base ? Repartir de zéro ? Si j’avais envie de disparaître ? Cela ne vous est jamais arrivé de souhaiter que vous perdiez la mémoire pour oublier votre passé ? Moi j’en rêve… Alors ne m’empêchez pas de détruire ce que je cherche car je mourrais pour accomplir ce rêve !"

Que voilà de sinistres paroles venant de quelqu'un visiblement si jeune. Mourir pour oublier son passé...Un passé pouvait-il à ce point être douloureux à porter ? Celui de Jonathan était horrible, il est vrai, mais jamais il n'eut pensé à donner sa vie pour se faire oublier. Tout d'abord il ne le voulait pas, il n'en voyait pas la raison : Il obéissait à quelqu'un de plus puissant que lui, quelqu'un à qui il devait la vie sauve, quelqu'un comme un père. Une simple marionnette entres les mains d'un demi-dieu tyrannique, mais on ne blâme pas les jouets pour les fautes que ses maîtres lui ont fait commettre. Car oui, Jonathan s'est toute sa vie considéré comme un jouet. Autrefois il était celui de Zachary, maintenant c'est au Destin de s'amuser avec lui. Il ne s'en plaignait pas, il n'avait pas le choix.

Mais s'il se refusait à tout abandonner c'était aussi parce qu'il ne le pouvait pas : laisser le monde entier sans roi, avec pour seule reine Katia, était de la folie. Katia faisait des progrès chaque jour, mais mener une armée, surveiller le pays, et négocier avec les forces indépendantes n'étaient tout simplement pas dans ses cordes. Se donner la mort serait tout bonnement irresponsable.

Alors oui, Jonathan avait un passé fait d'horreur et de mépris, oui il aurait donné cher pour l'oublier, mais non, détruire ce passé n'était pas possible, ni même envisageable. C'était tout simplement hors de question.

"Votre Histoire, reprit Jonathan, appartient comme celle de chaque être humain à celle d'Az-Mary. J'ai déjà rêvé d'oublier mon passé, soyez en certaine. Cependant jamais je n'ai songé à le détruire, ni même à en priver l'avenir."

Les sanglots profonds avaient à présent remplacés les larmes sur le visage de la fillette. Oui, elle devait porter un passé horrible. Plus horrible que celui de son interlocuteur ? Ou bien celui-ci était-il fou, à tel point que le sang n'avait plus d'emprises sur lui ?

"Aussi je vous demande de quitter cet endroit."

Les traits du monarque se radoucirent, et il baissa sa canne menaçante. Il ne voulait pas pousser la violence de l'échange plus loin. Il avait réveillé trop de douleur pour l'instant, inutile d'en raviver un peu plus.

"Donnez-moi simplement votre nom."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Sam 14 Mai - 1:32

L'homme était impassible, fixe comme une statue de marbre. Aucune émotion ne semblait pouvoir s'afficher sur son visage, aussi figé que si il portait un masque que rien n'aurait pu briser ou ni même ébrécher. Sur son visage, rien ne laissait deviner ce à quoi il pensait. Ses yeux étaient vides de toutes émotions à part... Une indéfinissable amertume hantait ses yeux, ne semblant pas vouloir quitter l'homme que Niènor avait en face d'elle. D'ailleurs, son regard était profond, comme un gouffre dans lequel on chutait sans en voir la fin. Qu'avait-il fait, qu'avait-il vu ? Est-ce que ça la regardait ? La réponse n'avait pas d'alternative. Elle était négative. La vie de cet homme, en face d'elle, n'appartenait qu'à lui. Comme la vie de la féline n'appartenait qu'à elle. Personne ne pourrait la lui enlever. Personne. Elle regardait toujours l'homme de ses yeux orangés qui n'exprimait qu'une tristesse abyssale, mystérieuse. Quant au regard de l'homme, il avait changer. Il était calme, froid et également intransigeant. Sa voix lorsqu'il parla équivalait son regard.

-Votre Histoire appartient comme celle de chaque être humain à celle d'Az-Mary. J'ai déjà rêvé d'oublier mon passé, soyez en certaine. Cependant jamais je n'ai songé à le détruire, ni même à en priver l'avenir

L'homme à ce moment même, aurait pu être l'incarnation de l'inflexibilité. Et pourtant... Il y avait également autre chose dans l'intonation de sa voix. Mais cet autre chose, elle n'aurait su dire ce que cela était. Elle ne pouvait que supposer. Mais une fois de plus, ça ne la regardait pas. La féline était la pour détruire des archives afin d'empêcher des gens de fouiller dans son passé, de remuer le couteau dans une plaie qui était encore trop présente à son gout. Après tout... Les larmes sèchent mais les blessures restent. On n'oublie pas souvent, on fait juste semblant... Mais l'homme ne semblait vraiment pas vouloir la laisser accomplir l'acte qui aurait enfin pu plonger sa vie dans l'oubli.

-Aussi je vous demande de quitter cet endroit.

L'homme ne lui laissait aucune chance. Il ne voulait pas la voir trainer dans les parages. Le passé semblait être une chose tellement précieuse pour lui ! Niènor ne le comprenait pas... La vie, n'était-ce pas le futur ? Alors, pourquoi rester sur le passé, pourquoi sans cesse vouloir retourner en arrière ? Certes, cela pouvait être instructif. Mais le sien n'avait rien à apprendre. Non, absolument rien. Elle ne comprenait pas pourquoi la vie de pauvres gens étaient également prises en compte. Tout cela lui échappait, ça n'avait pas de sens ! Pour elle, cela ressemblait à du commérage. Mais peut-être n'était pas assez intelligente pour le comprendre ? Elle releva le visage vers l'homme, toujours en pleurs. La féline remarqua alors que le jeune homme avait baissé sa canne et que son regard s'était fait plus doux.

-Donnez-moi simplement votre nom.

Son nom ? Cela allait à l'encontre même de sa venue ici, alors, pourquoi lui donner son nom si elle cherchait à se faire oublier ? Peut-être voulait-il fouiller dans les archives pour voir ce qu'il y trouverait à son sujet, ou peut-être était-ce elle qui se faisait des idées. Pourtant, elle préférait jouer la carte de la prudence. Elle donnait rarement son nom. Cependant, elle avait une question à lui poser.

-En quoi mon nom vous intéresse ? Et... Si ce n'est trop vous demander j'aimerai que vous m'expliquiez pourquoi les archives de parfaits inconnus ont une importance primordial, je ne comprends pas.

Peut-être allait-il accédé à sa requête, qui sait ? Tenter le tout pour le tout, voilà ce qu'il fallait faire. Et c'était très sérieusement que Niènor, à travers quelques larmes, lui avait demandé l'explication sur l'importance des archives car elle souhaitait comprendre. Elle voulait savoir pourquoi tous ces recueils avaient une si grande portée sur le monde, comme semblait le dire l'inconnu aux yeux améthyste. Mais elle prenait le risque d'agacé l'homme. Un risque à prendre, si elle voulait comprendre la vérité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Mer 25 Mai - 21:51

Son interlocutrice était déterminée, cela se lisait dans ses yeux. Ces mêmes yeux qui débordaient de chagrin quelques secondes plus tôt. Deux astres orangés qui ne cillaient pas face aux deux lunes glacées du souverain d'Az-Mary. Pourquoi ? N'avait-elle peur de rien ? Ou bien était-ce parce qu'elle ignorait qu'il pouvait la faire arrêter d'un simple hochement de tête ? Quoiqu'il en fut, Jonathan ne vacillerait pas face à elle. Il aurait put mettre fin à la conversation en s'annonçant, mais à quoi bon ? Chasser la seule personne qui s'adressait à lui autrement qu'en s'inclinant (exceptés Katia et l'autre imbécile, Stanford.) ? User de son pouvoir ne mènerait pas la discussion plus avant. Il devait la convaincre, gagner sa confiance. Il avait crut que lui demander son nom serait suffisant pour lui faire comprendre que cet homme imposant et froid en face d'elle, ce rat de bibliothèque, n'était pas un ennemi. Il avait eut tort.

"En quoi mon nom vous intéresse ? Et... Si ce n'est trop vous demander j'aimerai que vous m'expliquiez pourquoi les archives de parfaits inconnus ont une importance primordial, je ne comprends pas."

Cet échange était plein de surprises. Peu de personnes refusaient de donner leur nom, encore moins dans une situation comme celle-ci, ou la sus-mentionnée personne était prise la main dans le sac en pleine fraude. Mais peu importait. Jonathan quitta des yeux la jeune fille et les plongea dans les rayonnages de parchemins et des autres ouvrages centenaires.

"Certaines histoires cachent parfois des secrets. Pas toutes, il est vrai. Néanmoins chacune a sa propre valeur. La vôtre, comme celle d'un parfait inconnu, peut aider notre futur à se bâtir, peut-être même livrer certains secrets du passé. Disons que c'est une précaution que de veiller sur les frasques de chacun. Une assurance que tout ce qu'il y a à savoir sur notre monde est en notre possession."

S'il était aux côtés d'autres souverains, Jonathan serait à ranger parmi les souples. Rares sont ceux qui, une fois le pouvoir absolu entre leurs mains, tolèrent qu'on leur tiennent tête. Le roi d'Az-Mary pourtant tâchait de convaincre une enfant de quitter un endroit où elle risquait la prison, peut-être pire. Bien sûr, la seule véritable menace dans cette situation, n'était autre que lui-même. Néanmoins il arrive aux gardes de faire de l'excès de zèle, aussi la bêtise peut parfois être dangereuse. Mais elle avait refusé sa compassion, sa souplesse. Elle ignorait qui il était, peut-être sa seule erreur.

"Votre nom, quand à lui, vous avez raison n'est pas intéressant."

Trop tard. Jonathan n'arrivait pas à faire preuve de compassion. Si il essayait, il abandonnait au premier échec. Et la seule chose à faire après cela, selon lui, était de rattraper le temps perdu. Il s'était donné le temps d'expliquer en quoi elle faisait une faute grave en restant ici, mais elle avait refusé de suivre ses conseils. Il aurait put s'agir d'ordres. Ça aurait sans doute mieux ainsi : il n'aurait pas perdu son temps si précieux, et elle n'aurait pas eût à subir ce qui allait se produire.

Jonathan éfleura du bout de l'index la bague qu'il portait à la main gauche, plus particulièrement l'opale sertie à son sommet. Aussitôt une lueur bleutée s'en échappa. Cela ne le concernait plus, mais les lois du Pays qu'il avait juré de diriger, aux côtés de sa sœur. Sitôt la lumière évaporée, deux gardes en armes arrivèrent au pas de course auprès de leur roi. Ils étaient au garde à vous, et tenaient de leur main libre une hallebarde aux armoiries de la Nation. On ne voyait pas leur visage, dissimulé sous un heaume menaçant.

"A vos ordres, Majesté !"

Jonathan fixa droit dans les yeux son ex-interlocutrice.

"Ceci ne me regarde plus, mais directement les lois que j'ai moi-même rédigées. Comme tout citoyen je dois les appliquer à la lettre, aussi messieurs, arrêtez cette jeune fille."

Les hommes en armure obéirent sans un mot.

"Vous me devez trouver bien cruel. Sans doute le suis-je, or je dois respecter mes propres décrets, au même titre que n'importe qui sur ce monde. Je vous arrête pour tentative de destruction de document à même de fonder notre avenir. Vous serez libres dans quelques heures."

Les gardiens saisirent chacun un des bras de la pauvre victime. Victime d'un Roi incapable de saisir l'émotion humaine, victime d'un tyran soumit à son destin, victime d'un Homme qui est né monstre. Le roi fit un geste du menton, indiquant la tâche des deux soldats, tandis qu'il faisait demi-tour pour atteindre la seconde sortie, celle qui menait dans l'observatoire de l'Académie. Il était probable que le peuple, et sa sœur en tête, allaient hurler au scandale, mais tous l'avaient choisit comme roi, afin qu'il sauvegarde les Premières Lois et en fonde de nouvelles pour protéger les originelles.

"Nos lois sont impitoyables, mais indispensables."

Ce furent les même mots qu'avait prononcé Titan en personne, lorsqu'il avait condamné à mort une famille entière pour avoir tenté de quitter Az-Mary.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Jeu 26 Mai - 22:38

Elle avait eu tord. Peut-être bien mais qu’importe après tout. Elle avait compris son erreur lorsque l’homme en face d’elle avait pris un air surpris avant de se refermer complètement. Elle avait joué et avait perdu. La prudence parfois est mauvaise conseillère. Et au vu de la réaction de l’homme, la situation était inédite. Après tout, il n’avait pas la carrure de quelqu’un qui se laisse marcher sur les pieds, ni même celle de quelqu’un à qui on tient tête. C’était néanmoins ce qu’elle avait fait en s’obstinant à comprendre une vérité. Alors, peut-être qu’il avait été surpris par son entêtement, mais à présent, il en était agacé. Il lui expliqua pourtant pourquoi ces reliques étaient si importantes à ces yeux en détournant son regard de la féline pour le poser sur les archives.

-Certaines histoires cachent parfois des secrets. Pas toutes, il est vrai. Néanmoins chacune a sa propre valeur. La vôtre, comme celle d'un parfait inconnu, peut aider notre futur à se bâtir, peut-être même livrer certains secrets du passé. Disons que c'est une précaution que de veiller sur les frasques de chacun. Une assurance que tout ce qu'il y a à savoir sur notre monde est en notre possession.

Le savoir, c’est le pouvoir. Voilà la seule chose qu’elle put en conclure. Etrangement, cette situation l’irritait. Pourquoi, oui pourquoi, les civils n’avaient-ils pas droit, eux aussi, à comprendre et apprendre, à savoir ! Comme le disait cet homme, n’étaient ce pas également ces gens tapis dans l’ombre qui construisaient le futur ? Alors, qu’on lui explique, pourquoi ces même gens ne pouvaient lire les archives ? Cela passait au dessus de son entendement. Mais après tout, elle n’était pas une érudite, elle ne savait que ce qu’elle avait pris d’elle-même et ce qu’on lui avait enseigné plus jeune. Elle n’était pas qualifiée pour juger de ce qui était bon ou non. Même si elle aurait juré que cette situation là était injuste.

-Votre nom, quand à lui, vous
avez raison n'est pas intéressant.

Une phrase qui semblait être sortie d’un coup, sans retenue. Niènor pourtant, ne se senti aucunement blessée par ce manque de considération flagrant. Au contraire, c’était ce qu’elle voulait. Alors, elle n’allait pas se plaindre. Fait étrange, cette simple phrase eut l’effet de la calmer. Rester dans l’ombre, effacée, voilà ce qu’elle souhaitait… Elle essuya ses larmes qui n’avaient que trop coulés et regarda l’homme en face d’elle, occupé a effleuré sa bague sertie d’une opale. Celle-ci produisit alors une luminescence bleutée et la féline comprit- trop tard !- que cette pierre était sa pierre de pouvoir… Ainsi donc, elle l’avait agacé à ce point ? Mais elle acceptait le tribu qu’elle devrait payer, elle s’était insinuée dans les archives en toute connaissance de cause. Sauf qu’à la place de la douleur qu’elle attendait, ce fut deux gardes qui arrivèrent. En position de salut militaire, munis d’une pique à l’emblème reconnaissable entre milles, les deux gardes avaient le visage couvert d’un casque qui se voulait effrayant.

-A vos ordres, Majesté !

Majesté ? MAJESTE ?! Cet homme en face d’elle… C’était le roi d’Az-Mary ? Ce même homme qu’elle avait cru être en réalité un simple rat de bibliothèque ? Non ce n’était pas possible… Il devait y avoir erreur sur la personne. Il devait y avoir une erreur. Elle ne voyait pas cet homme, là en face d’elle, comme un monarque. Quoi que, tout bien réfléchi, cela expliquait son manteau marron réservé à la noblesse… Ainsi, ce n’était vraiment pas une plaisanterie ? Et bien, elle avait bravé le roi et… Si cela avait été à refaire, elle le referait ! Sans aucun doute ! Une fois de plus, le regarde du monarque se riva à celle de la jeune femme.

-Ceci ne me regarde plus, mais
directement les lois que j'ai moi-même rédigées. Comme tout citoyen je dois les appliquer à la lettre, aussi messieurs, arrêtez cette jeune fille.

Les lois ? Niènor ne connaissait pas les lois… Elle ne s’était jamais faite arrêtée parce qu’elle avait toujours été juste et droite. Et cette expérience l’inquiétait un peu… Elle allait être mise en prison et croupir dans une cellule pour le restant de ses jours pour simplement avoir voulu vivre libre ? Voilà un cher tribu… Mais puisque c’était comme cela, elle acceptait le phénomène et ne protesta nullement lorsque les gardes firent ce que leur roi leurs ordonnaient. La féline avait commis une erreur, elle en acceptait les conséquences.

-Vous me devez trouver bien cruel. Sans doute le suis-je, or je dois respecter mes propres décrets, au même titre que n'importe qui sur ce monde. Je vous arrête pour tentative de destruction de document à même de fonder notre avenir. Vous serez libres dans quelques heures.

Cruel n’était pas le mot. Excessif, peut-être mais pas cruel. Et puis au moins, ce n’était que pour quelques heures et non pas pour la vie entière comme elle l’avait craint que la féline se retrouverait enfermée derrière des barreaux. A vrai dire, elle l’avait même bien cherché, puisque le roi avait été d’une patience d’or avec elle et que rare sont ceux qui aurait réagi comme lui. Alors non, il n’était pas cruel mais juste… Elle ne réagit même pas lorsque les deux gardes à ses côtés la saisirent par les bras.

-Nos lois sont impitoyables, mais indispensables.

Impitoyables, c’est le mot. Enfin, elle pensait que cela était plutôt de l’exagération à ce prix là… mais elle préféra ne rien dire, ce n’était pas à elle de juger de quoi que se soit ! Néanmoins… Avant de se faire emporter elle pouvait bien dire au roi le nom qu’elle avait refusé de lui donner avant. Après tout, elle n’était qu’une pauvre fille et lui, un roi. Il n’allait pas s’amuser à fouiller dans toutes les archives pour retrouver quelques documents sans importances- si bien sur, il y en avait. Elle releva donc la tête et fixa le roi de son regard ambré.

-Vous n’êtes pas cruel mais juste quoi qu’un peu excessif… Enfin cela n’est que mon humble avis, je n’ai aucun droit d’en juger. Peut-être même y êtes vous obligé, qui sait ?

Et cette phrase signerait son arrêt de mort ? Quoi qu’il en soit il avait fallu qu’elle le dise. C’était même sorti sans qu’elle ne le veuille. Avant même qu’elle ne réfléchisse à ses propos, sa langue avait fourché et voilà ce qu’il en résultait. Elle grimaça, se rendant compte de ce qu’elle venait de dire. Même si elle n’avait nullement tenu de propos insultant, le roi pouvait peut-être mal le prendre. Elle passa dessus, après tout, il lui arrivera ce qui devait lui arriver même si son regard exprimait son repentir et son regret d’avoir commis une telle gaffe. Son sort était jeté. Elle était en partie la cause de ses problèmes et se savait dans le tord. Elle n’avait rien à rajouter à part une phrase. Une seule et par la suite, elle se tairait et se serait fini.

-Au fait, puisque je n’ai rien d’intéressant… Mon nom est Niènor Aslinn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Mer 1 Juin - 15:12

Excessif. Ce mot résonnait sans cesse dans son esprit, comme une atrocité proférée en guise de punition. En un sens, c'était vrai : il avait été excessivement patient envers une criminelle de bas étage, désireuse de détruire une parcelle de l'Histoire qui avait été si dure à construire, écrite tantôt dans le sang, tantôt dans l'encre le plus noir. Il n'avait même pas regardé la délinquante, il n'avait entendu que ses paroles lasses, et ce mot, encore et toujours : excessif. L'excès est le lot des tyrans. Jonathan était dur, et, preuve en était, plus que patient. L'injustice appartenait à son passé, son présent en était exempt, son avenir devait y échapper. Il en allait de l'intégrité du monde qu'il avait juré de protéger.

Ainsi donc l'impromptue se nommait Niénor Aslinn. Il avait l'intention, quelques minutes plus tôt, de faire preuve de clémence, et ainsi de mettre les archives la concernant hors de la portée du premier venu. Mais les dernières paroles de la criminelle de bas étage l'en avait dissuadé. Il n'est jamais bon pour un roi de faire preuve de plus d'égard que nécessaire. Pour peu qu'un des partis commette une erreur, il implique au souverain de réparer son erreur et par conséquent, de faire preuve "d'excès", ou d'appliquer les lois, le vrai nom de la chose. Lois sévères mais dans l'intérêt de tous. Lorsqu'il était plus jeunes, elles se contentaient d'opprimer. Depuis qu'il était monté sur le trône avec sa sœur, elles sauvegardaient la paix et tâchaient d'assurer un avenir lointain.

L'affaire était close, cependant il était probable que Jonathan en entende parler. Peu importait, le jugement des autres lui était indifférent : il avait sa propre conception de la régence, et grâces au dieux, elle était exacte. Il n'avait pas à souffrir les conseils et les commentaires. La seule chose qu'il craignait n'était pas de ce monde, alors pourquoi devrait-il supporter les réflexions sur un sujet qui, de toute évidence, échappait au commun des mortels ? Il n'avait pas la prétention de tout connaître, mais il fallait reconnaître qu'il était loin d'être stupide : après tout il avait été éduqué pour appliquer le pouvoir, et régner, avec plus ou moins de droiture, sur un monde tout entier.

Lorsqu'il franchit la porte de l'observatoire, il fixa un long moment la pièce vide. C'était l'un de rares endroits où son titre n'avait plus d'importance. Il côtoyait en ce lieu aussi bien les étudiants en astronomie que ceux avides d'espace. Jonathan se dirigea vers une des lunettes astronomiques, et commença ses observations. Si tout se passait bien, il ne serait pas interrompu avant plusieurs heures, la soirée étant déjà bien avancée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Ven 24 Juin - 0:42

RP TERMINE
Niènor
Vous avez écris 333 lignes de roleplay ce qui vous offre 83 points d'expérience
Vous êtes au niveau 3 et possédez 6 slots d'expérience.
Votre rp de 1 page vous octroie un supplément de 10 points de Capacité.
Vous possédez donc 0 slots de Capacité et avez à présent 60 points de capacité.

Jonathan
Vous avez écris 204 lignes de roleplay ce qui vous offre 51 points d'expérience
Vous êtes au niveau 5 et possédez 10 slots d'expérience.
Votre rp de 1 page vous octroie un supplément de 10 points de Capacité.
Vous possédez donc 0 slots de Capacité et avez à présent 85 points de capacité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu de lecture ? [PV Jonathan]   Aujourd'hui à 10:58

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu de lecture ? [PV Jonathan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 8061 participants recoivent leur certificat de lecture et d’écriture en créole
» Kit pour Jonathan(RIP, Kero's kingdom)
» présentation jonathan
» [Lecture première] De la Philosophie de l'Alchimie
» La fin d'une lecture calme [ Sue ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Az-Mary :: Administration :: Ancienne version :: Anciens Rp-
Sauter vers: