Partagez | 
 

 Un oeil sur le monde [PV Jonathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katia Phoenix
biolide


Messages : 108
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 27

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Amethyste [vie]
Niveau: 5

MessageSujet: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Mer 1 Juin - 14:41

Mon Cher Lionel,

Vous savez comme il est de ma priorité d'informer et de faire perdurer le savoir au sein de nos terres. Je suis partie, la semaine dernière, sous la Mer de Glace où j'ai rencontré une créature qui, je le pense, pourrait vous intéresser. J'en ai fait le dessin, primaire, et il semble que ce soit un Arcil Inférieur de très grande taille auquel j'aie eu affaire. Je n'ai pu, malheureusement, ramener d'échantillon, mais cette créature avait perdu des yeux, ceux, semblerait-il, qui ont servi à sertir le cou des dieux en d'autres temps.
Je vous envoie mes écrits et espère qu'ils pourront être de notoriété publique au plus tôt. Je reste au Dôme pendant quelques jours encore, pour des recherches d'ordre juridique. En tant que Doyen, je pourrais avoir besoin de votre aide, je vous recontacterai alors.

Je vous remercie de votre loyauté,
Katia Phoenix, Souveraine d'Az-Mary.



    Katia relut une dernière fois la lettre qu'elle avait adressée au Doyen de l'Académie et pinça les lèvres, détachant ses cheveux blonds dans un bref soupir. Elle avait travaillé sans relâche pour retranscrire le maximum de détails sur la créature qu'elle avait pu rencontrer, et faire un rapport digne de ce nom pour les Archives. Son chambellan lui avait reproché maintes fois de s'être elle-même déplacée pour une mission aussi dangereuse que celle d'écraser des révolutionnaires. D'autant que, en arrivant sur place, ses gardes avaient trouvé entre autres choses de la lave de la même constitution que les exhumés, les corps carbonisés de quelques dizaines d'individus identifiés comme étant infirmes ou trop jeunes pour se battre, et quelques guerriers de cristal à l'instinct vengeur particulièrement féroce pour des créatures errantes- ce qui voulait dire qu'elles ne l'étaient pas depuis très longtemps. Autrement dit, il était clair que les attaquants de ce camp avaient fait preuve d'une barbarie et d'une démesure digne du pire des anciens monarques, et qu'elle avait tout intérêt à ce que cela ne se sache pas.

    Circonstances atténuantes, ils étaient deux contre deux cents. De plus, ces révolutionnaires avaient déjà tué et pillé aux alentours, mais ils auraient voulu qu'on les juge plutôt que de les tuer. Katia, qui s'était jusqu'alors battue pour que la peine de mort en Az-Mary ne soit plus, avait cessé depuis. Les rares révolutionnaires restants seraient interrogés dans le mois, puis jugés. Par la main de son frère, qui n'avait jusqu'alors pas pris part au conflit. Autant dire que Katia lui souhaitait de tout coeur de ne pas flancher. Bien que ce ne fût réellement pas son genre. Il était droit, il était juste, il était raisonnable. Tout son contraire et elle à la fois, car il avait été élevé pour régner, elle pour vivre simplement.

    "Vous donnerez ceci à un garde de l'Académie, qu'il le fasse parvenir au plus vite au Doyen.
    - Je suis navrée votre Majesté mais les gardes sont présentement occupés à escorter une prisonnière hors des plaines.
    - Je vous demande pardon ?"

    Katia se leva jusqu'à la fenêtre où elle aperçut un convoi sous petite surveillance, pour les délits mineurs, escorté par deux gardes. Les autres discutant tout autours en attendant de pouvoir rentrer sitôt leur heure de surveillance terminée.

    "Qu'a-t-elle fait pour que les... sept ? Sept gardes pour un si petit convoi ? Mais et l'Académie ? Ils s'en fichent?
    - Non Majesté, c'est son Altesse le Roi qui a fait emprisonner cette jeune fille, elle a passé la nuit ici et sera envoyée au plus vite entre les murs de la Prison pour une durée de quelques jours seulement.
    - Quelques jours? On aurait pu l'enfermer ici-même !
    - C'est à dire qu'elle a tenté de détruire des documents des archives..."

    Katia leva la main en direction du Professeur d'Académie pour lui faire signe de se taire et s'avança à travers la pièce, légèrement énervée.

    "Je vais aller en discuter directement avec le Roi. Vous chargerez les gardes de ne pas la mêler au quartier des délits majeurs, même si la destruction d'archives est très grave, elle n'a rien à faire au milieu de conspirateurs et tueurs à la tête froide."

    Agrafant son manteau autours de ses épaules, Katia claqua la porte de la section Zoologie et monta les longs escaliers en colimaçon jusqu'à atteindre le dôme, ouvert, où s'enfuyaient deux énormes Téléscopes, que les Mariens appelaient sobrement "Lunettes Astronomiques". De là, elle chercha en plissant les yeux son frère, qui devait être dans le coin, et sursauta presque en le voyant, tout au bout d'une lunette, penché l’œil dans les étoiles, avec cet air calme et studieux qu'elle lui connaissait.

    Attendrie, elle s'approcha, aussi discrète que possible, et croisa les bras sur sa poitrine avec un air narquois.

    "Allez, tu regarde ce qu'il se passe en haut alors qu'il y a du spectacle en bas ?"




Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Mer 1 Juin - 15:41

Jonathan avait passé la nuit au bout de ce que sa sœur nommait un télescope. Cette incroyable invention avait permit aux Az-Mariens de découvrir que leur monde ne se limitait pas au ciel bleu que l'on apercevait depuis la surface de la terre, mais bien au-delà. Les plus audacieux prétendaient même qu'il n'avait pas de fin, et que malgré tous les efforts des scientifiques les plus qualifiés, on ne pourrait saisir qu'un millième, peut-être moins de l'univers. Cette pensée fascinait Jonathan depuis la première fois qu'il avait plongé l'œil, à travers cette même machine, dans les étoiles, lorsqu'il avait à peine dix ans. Ces lunettes étaient des merveilles de précision : à priori simples, elles étaient en fait bien plus développées que celles qu'on trouvait sur l'autre monde d'après Katia. Même s'il ne s'agissait que d'un cône de métal dans lequel était enfermées des centaines de lentilles, la structure était en fait un alliage de métaux particuliers qui ne rouillait pas et ne tremblait jamais, afin que les lentilles, par ailleurs en cristal et taillées avec une précision terrifiante, ne dévient pas de leur axe. Mais surtout, une Émeraude Feuille était incrustée à la base de l'outil gigantesque. Cette pierre rarissime accordait, à qui maîtrisait la Magie, un don de vision accru, permettant de scruter le ciel encore plus profondément.

Une merveille à la fois de technologie et de magie.

Les observations du monarque n'avaient rien révélées de crucial, néanmoins l'obscurité infinie, parsemée d'étoiles scintillantes ou de planètes aux reflets irisés, le captivait comme rien n'aurait jamais put le faire sur Az-Mary, exceptée la Magie ancienne, celle remontant aux Premiers Dieux. Il était en train de contempler la Constellation de la Dame Ciel lorsqu'une voix fruitée l'interrompit. Il n'avait entendu personne approcher, c'était là selon lui le seul défaut de l'astronomie : elle l'absorbait tant qu'il perdait pied sur le sol qui l'avait vu naître.

"Allez, tu regarde ce qu'il se passe en haut alors qu'il y a du spectacle en bas ?"

Katia. Évidemment. Il se redressa et vit en effet sa jeune sœur, qui, fidèle à elle même, ne négligeait pas son apparence, même pour étudier. Elle avait mit plus longtemps que ce qu'il pensait à venir.

"Félicitations, tu as réussit à me surprendre : je ne pensais pas que tu mettrais si longtemps."

Il fixa un long moment celle qui partageait avec lui le trône. Il savait ce qu'elle allait lui dire, et ce depuis qu'il avait prit la décision d'envoyer la dénommée Niénor derrière les barreaux.

"Le spectacle est moins pénible à regarder là-haut qu'ici bas. Les étoiles ne commettent jamais de fautes, et ne tentent pas de se détruire entre elles. L'espace est innocent et fondé sur un ordre immuable. Rien n'est aussi fiable sur notre monde, pas même la Magie, pas plus que le soit-disant équilibre naturel."

Il s'éloigna du télescope pour aller s'asseoir sur l'un des nombreux canapés qui meublait la pièce circulaire, installé là pour permettre aux avides de connaissance de prendre une pose, ou bien de vérifier confortablement leurs observations. Cette pièce respirait la soif de connaissance et le respect envers les forces immuables, un havre de paix pour qui aspirait au silence et au repos.

"Je t'écoute. Je présume que tu as des tas de remontrances à me faire, aussi je suis tout à fais dispos à les entendre.Mais avant, rappelles toi une chose, très chère sœur, je n'obéis qu'aux lois que toi et moi avons rédigées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katia Phoenix
biolide


Messages : 108
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 27

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Amethyste [vie]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Mer 1 Juin - 16:07


    La reine afficha un doux sourire sur son visage, écoutant son frère parler et lui dire, comme tant de personnes, ce qu'elle était supposée dire. Avec un haussement d'épaule qui résumait "ne décide pas à la place des autres", elle avança son œil dans le Téléscope et se courba très légèrement pour plonger son regard dans les constellations lointaines et au-delà encore. Elle savait que Jonathan, qui toute sa vie avait baigné dans la magie, était difficilement pris au dépourvu, ou même difficilement étonné, ou fasciné par quoi que ce soit. Elle qui n'avait jamais rien vécu de tel se contentait de la Magie, qu'elle découvrait un peu plus chaque jour, connaissant déjà de sa vie sur Terre les rudiments de la mécanique, de la physique et de l'astronomie, même si du temps où elle étudiait aucune de ces matières n'était sa tasse de thé.

    "Cette fille a tenté de détruire quelque chose que nous protégeons, même si je désapprouve son emprisonnement, elle servira d'exemple pour tous ceux qui pensent qu'étant loin des yeux du château ils sont invulnérables. Par contre..."

    Elle recula son œil du Téléscope et frotta légèrement l’arête de son nez, marquée imperceptiblement par le cercle de métal. Ses doigts, ornés pour la journée de son améthyste à l'annuaire droit, comme le trophée du plus prétentieux des mafiosi, allèrent attacher ses cheveux ébouriffés par sa cape de voyage. La pluie ne tarderait pas à tomber sur les plaines, car l'air était humide et assez frais.

    "Il faut que je te parle de cette affaire qui a eu lieu sous la mer de glace, c'est à propos de Zacchary." Elle tourna le visage derrière elle et vit un gratte-papier soudain très aspiré par son travail sur la premières planète vue sur Az-Mary. Le nez froncé, elle s'approcha de Jonathan et s'assit à ses côtés, lissant sa belle robe de convenances.

    "Ca ne va pas te plaire du tout, je tiens à te prévenir. Alors dis-le-moi tout de suite, si tu préfères que je te laisse à tes étoiles."

    Le ventre légèrement noué par l'anxiété, Katia plissa les lèvres et jeta un regard par la fenêtre. Le convoi de la prisonnière n'était plus là, et les gardes à leur poste. Elle entendit, en tendant l'oreille, l'un d'entre eux monter bruyamment les escaliers, dans son armure lourde. Il ne devait en être qu'aux premières marches, car le son étouffé de ses pas métalliques se confondaient avec les bruits de la porte d'où sortit, les saluant en s’aplatissant presque, le gratte-papier de quelques minutes plus tôt. Katia fronça les sourcils, et attrapa une mèche de Jonathan qu'elle ôta de devant ses yeux, effleurant sa cicatrice.

    "A ce propos, je t'ai fait un autre baume, ça devrait aider ton bassin à te faire un peu moins souffrir... à moins que tu m'autorises à te soigner pour de bon ?"




Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Mer 1 Juin - 18:01

Il connaissait ce sourire. Celui qu'elle affichait quand elle avait l'impression qu'on la prenait pour une idiote de la plus basse espèce. Jonathan cependant ne releva pas : le peu d'échanges qu'ils avaient étaient tous ponctués de ces codes discrets mais révélateurs, et prenaient souvent fin aussi vite qu'ils avaient commencé. Évidemment qu'elle désaprouvait, selon elle la prison n'était réservée qu'aux assassins et aux conspirateurs. Elle ignorait toujours qu'il existait des crimes bien plus dramatiques que la mort d'un être humain. Bien sûr on ne pouvait punir le vandalisme perpétré hier de la même façon qu'un meurtre, néanmoins les conséquences de ce genre de faute étaient parfois plus graves encore qu'un deuil. Selon Katia, rien n'était plus précieux qu'une Vie, sans doute était-ce pour ça, après tout, que l'Améthyste lui obéissait. La seule fois où Jonathan avait essayé de la toucher, elle avait semblé prendre feu, des flammes qui disparurent sitôt la Pierre reposée. La Mort ne pouvait pas s'approcher de la Vie, pas plus que la Vie ne pouvait effleurer la Mort. Si le souverain n'avait aucune chance de toucher à l'Améthyste, c'était parce qu'il considérait la Vie comme dérisoire, une étape éphémère avant la Mort, éternelle.

"Il faut que je te parle de cette affaire qui a eu lieu sous la mer de glace, c'est à propos de Zacchary"

On en revenait toujours au même problème : Zacchary. Celui qui n'avait jamais été vraiment vaincu. Celui qui, avec son souvenir seul, parvenait encore à corrompre. Et avec les fanatiques laissés derrière lui, il restait toujours une menace constante pour la Couronne et son peuple. L'escapade de sa cadette s'était déroulée seulement une semaine auparavant, et Jonathan ignorait toujours qu'est-ce qu'elle avait put bien y voir, y trouver. Et encore, il n'était au courant que parce que le chambellan avait brisé la promesse de garder le secret, serment fait à la princesse elle-même. En tout cas, la visite sous la Mer de Glace semblait lourde de révélations, si l'on en croyait le visage crispé de l'exploratrice en herbe. Le souverain d'Az-Mary savait seulement qu'un petit massacre s'y était déroulé, mais rien de plus.

"Ça ne va pas te plaire du tout, je tiens à te prévenir. Alors dis-le-moi tout de suite, si tu préfères que je te laisse à tes étoiles.
-J'ai hâte de savoir ce qu'à donné ta petite ballade."

Il prenait toujours ce ton ironique lorsqu'il abordait un sujet qui touchait de près ou de loin à Stanford. Il n'aimait pas que sa sœur fréquente le barbare enflammé, mais il évitait de soulever la question trop souvent en présence de Katia : elle restait farouche lorsque l'on parlait de son dégénéré favori. Jonathan croisa donc les jambes et posa son coude sur le canapé, avant de poser le menton sur son poignet. Par là il faisait comprendre qu'il s'attendait à tout, et que le sujet ne l'intéresserait véritablement que lorsque l'on aborderait le véritable problème, au lieu de tourner autour.

Katia signala tout de même, avant d'entamer le débat, peut-être aussi pour en repousser le début, qu'elle était de nouveau disposée à soigner Jonathan. Il la coupa d'un ton sec.

"Cette blessure n'est due qu'à ma propre faiblesse, tu n'as pas à t'en soucier. Alors, qu'as-tu trouvée sous la Mer de Glace ?"

Sa voix avait stoppée net Katia dans son élan de bienfaisance. Il convenait de parler vite et bien, lorsque l'on discutait d'un sujet tel que Zacchary, et plus globalement dans le cadre de la défense de la nation. Des questions secondaires telles que l'état de santé du monarque n'avaient rien à y faire.



Dernière édition par Jonathan Phoenix le Ven 24 Juin - 10:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katia Phoenix
biolide


Messages : 108
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 27

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Amethyste [vie]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Mer 1 Juin - 21:34


    Le ton de Jonathan n'était pas particulièrement joyeux. A vrai dire, le coin de la lèvre de Katia se souleva en un réflexe de remarque acerbe, qu'elle retint de justesse en le voyant la toiser avec ce regard si froid qu'il ne réservait qu'à ses plus misérables ennemis. Nonchalamment assis, dans une position qui, elle en était sûre, aurait fait hurler de honte leur mère, il attendait. Elle s'assit donc, et après un silence sortit les quelques dessins de l'Arcil qu'elle avait pu faire, de mémoire, sur la bête monstrueuse. Son regard partit légèrement dans le vide. Signe qu'elle tentait de se souvenir de tous les détails de son horrible escapade. Jonathan voulait des faits. Alors elle allait lui exposer les faits.

    "Nous étions au départ allés sous cette mer pour emprisonner et juger les révolutionnaires qui sévissaient aux alentours d'Eyrupson. Ils étaient responsables de plusieurs enlèvements, et nos hommes n'en revenaient jamais. En réalité un certain.. Dallas les embrigadait. Notre première erreur. Pour nous faire reculer ils ont laissé à l'abandon dans un faux village fortifié les femmes faibles, les infirmes et les enfants. En arrivant, j'ai défoncé la porte. Et déclenché un processus d'explosions, qui ont exécuté ces malheureux. Mais c'était là la toute première étape de notre calvaire."

    Katia se leva, posa son manteau et rajusta sa coiffure, laissant tomber deux mèches blondes autours de son visage, avec un air de guerrière scandinave. Elle appuya les bras sur ses hanches et se dandina avec un air exagérément salace, le même que celui que Richard prenait quand il allait lancer une remarque désagréable.

    "Bien joué princesse, mais on a de la visite qu'il a dit. Ou quelque chose comme ça, et là, on en a vu sortir de partout. Tous des manipulateurs de pierres, très forts pour certains. Richard s'est protégé, nous a protégés, et je suis passée à l'attaque. En vol, j'ai tourné, et tourné !" Elle tourna pour de vrai, claquant ses souliers le long du parquet de l'observatoire, imitant les gestes de luciole qu'elle faisait. "Et la lumière à fusé, dans tous les coins, elle a ricoché, et en a mis certains hors d'état de nuire. Mais la bête grondait déjà. Je ne l'ai d'abord pas entendue, parce qu'on s'est fait littéralement submergés !"

    Son regard violine excité par le récit, elle brandit un bras devant elle, plia les genoux et hurla. "KATIA ! Fait attention ! et moi je lui ai crié BOUGE-TOI LE DERCHE ET SORT-NOUS DE LA ! Ou quelque chose du genre. Et j'ai pris des sorts de partout, droit dans la figure. Une vague immense m'est passée au dessus de la tête, puis un éclair m'a tétanisée, j'ai été baladée, balancée, projetée, meurtrie, et Richard qui ne se décidait pas à faire tomber le pic rocheux où ils se tenaient. Alors je me suis levée, j'ai commencé à me soigner, de façon rudimentaire. La jambe, la hanche, et puis j'ai su comment les détruire tous. J'ai activé mon boost, pleine puissance, comme ça." Elle mit les mains sur son cœur, ferma les yeux et laissa un temps de silence, puis les écarta. "Et il m'est revenu comme un électrochoc, BAOUM !" Elle s'écroula sur le sol, froissant sa robe avant de se relever. "Les guerriers étaient partout, mutant à moitié, dévorant leurs alliés, et partant se cacher. Je croyais que c'était fini, mais le leader des révolutionnaires nous attrapa, Richard et moi, et nous hurla de nous rendre. Alors, on l'a poussé à bout, et il a hurlé qu'on n'avait pas le droit, et que le trône devait être à lui parce qu'il était le descendant direct de Zacchary- tu parles, je crois qu'on en aurait entendu parler- mais là, LA !"

    Katia, dépeignée, posa les deux mains sur le siège de Jonathan et prit un air de sorcière vaudou, roulant des épaules.

    "Translucide de plusieurs milliers d'années, dont le cri était plus rauque qu'un fumeur de cent trente ans, et plus acide qu'un de tes romans. Huit pattes qui cliquetaient comme le plus fin des verres, et qui avançaient droit sur nous. Ce fut Dallas qu'elle vite en premier, et il disparut dans un bruit dégoûtant, alors j'ai crié, et Richard a crié, et on a tous crié en voyant ce truc. C'était E-N-O-R-M-E ! Plus gros qu'un Trockmorton de l'ancien temple de Naïa ! Et horrible, absolument horrible ! Elle m'a toisée, un moment, et j'ai compté ses yeux. Il manquait des pierres. Et il en restait encore quelques unes. Quand elle s'est approchée de moi, mon améthyste s'est mise à me faire bizarre. Une sensation brûlante et frénétique. Un emplacement pour son œil a brillé, j'en suis sûre. C'était un arcil, un vrai. Et même l'Arcil qui a offert ses pierres aux Dieux, et dont l’œil est là, sur mon doigt, et à ton oreille, ou à ton doigt, ou où tu veux. Enfin, c'était L'Original. Et il est juste en dessous de l'emplacement où on a congelé notre cher Monarque. Et Dallas le savait, il a réuni des partisans pour ça."

    Katia, à genoux et assise sur ses talons, lissa sa robe et soupira, le regard bas. "Malgré les morts et les guerriers qu'on a créé je crois qu'on a échappé à très grave. Mais Dallas était trop bête pour être le commanditaire. Quelqu'un sait qu'Il n'est pas mort, qu'il attend là-bas que quelqu'un trouve comment décongeler de la glace divine, et quelqu'un veut qu'Il sorte, envers et contre tout. Il est prêt à tuer, et avance les victimes pour nous dissuader de le faire, ça j'en suis sûre, alors ce Quelqu'un doit être contré, au plus vite."

    Le souffle court, les joues rouges, Katia resta la bouche entrouverte, pour reprendre sa respiration calmement, tentant d'effacer la suite de son dialogue avec Richard, et tout ce que Jonathan ne voudrait sans doute pas entendre venant d'elle, et contenant les mots "feu" "Richard" "brute" et "aimer". Non, vraiment pas.

    "Au-delà de quelques créatures sauvages qui se baladent là-bas, je crois qu'on peut craindre toute une vie sous la Mer de Glace."




Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Jeu 2 Juin - 13:28

Jonathan saisit les croquis que sa sœur lui tendait, avant d'y jeter un œil distrait. Les dessins et autres gribouillages ne l'intéressait que vaguement. Les seuls documents qu'il acceptait d'étudier dans ce genre de "conseil de guerre" étaient les cartes et les plans. A cet instant, il n'avait sous les yeux que la représentation d'une araignée. Assez fidèle, il devait l'admettre, de la représentation qu'il se faisait de l'Arcil, le monstre qui avait offert les toutes premières Pierre de Pouvoir aux dieux anciens, les mêmes qui à cet instant brillaient sur le Roi et la Reine d'Az-Mary. Katia pouvait se vanter de savoir dessiner.

Le récit qui s'ensuivit fut assez chaotique, si l'on prenait en compte l'excitation de la narratrice, et son désir évident d'illustrer les faits par de grands gestes désordonnés qui auraient fait que Mina Narovitch, célèbre danseuse des Premiers Temps, se serait retournée dans sa tombe...si seulement on avait retrouvé son cadavre. Néanmoins, le monarque tâcha de saisir la moindre information parmi les anecdotes "croustillantes" de sa sœur. Chose difficile pour un observateur inexpérimenté, la saisie des faits étant brouillée par les détails inutiles et la chorégraphie improvisée. Mais pour Jonathan, qui avait l'habitude d'observer celle qui partageait le trône avec lui dans ses histoires emportées, l'expérience était devenue simple comme un livre ouvert. Et ce malgré la quantité de faits, parmi lesquels on trouvait une armée de révolutionnaires fanatiques, une tentative d'usurpation, un génocide involontaire, et un feu d'artifices de sortilèges visiblement redoutables. Rien que Jonathan ignorait. Ce furent les dernières paroles qui ravivèrent son attention : les dessins n'étaient pas de simple élucubrations de l'esprit de sa cadette, il s'agissait de portraits, sans doute fait de mémoire.

Néanmoins, la découverte de l'Arcil Originel était plus que préoccupante. La créature avait été nommée, sans doute après mûre réflexion, le Titan de Cristal, et pour les plus téméraires, il était connu sous le nom de l'Invincible. Ce monstre était encore plus puissant que les Dieux eux-mêmes, de plus ils tiraient une partie de leurs pouvoir du Don qu'il leur avait fait, tout comme les premiers souverains du monde. De nombreuses théories courraient sur ce nom qui faisait trembler les mages les plus terrifiants, l'une d'elles était qu'il s'agissait d'une machine, créée par un être si puissant qu'il avait été détruit par sa propre force, un être originaire ni d'Az-Mary ni de la Terre. Une machine animée par une magie terrifiante, si étrange qu'elle agissait d'elle-même. La créature, tant elle inspirait la crainte, avait même écopée d'une expression à son nom : Par tous les yeux de l'Arcil. Un adage qu'on employait rarement à la légère, le plus souvent pour témoigner d'une crainte horrifiante, ou encore d'un étonnement sans précédent. Le dicton suffisait généralement à jeter un froid dans la plupart des échanges houleux.

"Si j'ai bien comprit, vous avez rencontré l'Original ? Et vous y avez survécut ?"

Le prince se releva de son fauteuil, forçant ainsi Katia à quitter sa position grotesque. Pour la première fois depuis des années, il sentait une crainte en lui. Indicible, infime. Un frisson de peur de la part de Jonathan n'avait rien de bon : il était sensé être le Maître de la chose la plus effrayante qui soit, la Mort elle-même. Mais il savait qu'il existait une chose plus effrayante encore, et cette chose était encore en vie, et se baladait sous la Mer de Glace, ce même territoire que Katia et Stanford s'étaient mit en tête d'explorer. Le monarque se retourna, et gifla sa sœur, non pas de toutes ses forces, mais assez pour que le choc soit puissant.

"Inconsciente."

Il la regardait avec fureur. Il n'avait pas ressenti la colère depuis sa première rencontre avec elle, il y a plusieurs années. Il se fichait royalement qu'elle ait été attaquée par des fous furieux, mais l'Arcil était réveillé, et son courroux après tant d'années de sommeil ne pouvait qu'être atroce. En réveillant l'Arcil, sans doute à cause du déferlement de magie provoqué, ils avaient également fait dégénérer la glace, faisant ainsi des statues éternelles des Soldats de Cristal, ceux dont l'âme est enfermée dans le verre et qui réclament vengeance.

"Tu es allée sous la Mer de Glace avec cet imbécile de Stanford. Sa compagnie ne vaut pas mieux qu'un barbare assoiffé de sang. Une mission telle que celle-ci requiert de la discrétion, pas une folie meurtrière. Il ne s'agit pas d'une simple quête où tout détruire sur son passage résout les problèmes. Tu t'es mise en danger à un point que tu ne peux imaginer, imbécile. Si l'Arcil n'avait pas reconnut la Pierre que tu portes, il t'aurais détruite. Pas tuée, mais détruite, ton âme y comprit. L'Arcil n'épargne que ceux qui jadis obtinrent de lui les Pierres de Pouvoir Majeures, celles que toi et moi portons. Tous ceux qui se présentent à lui seront à jamais noyés dans la souffrance. Saisis-tu seulement le centième de ce que tu as fait ? Si jamais l'Originel venait à remonter à la surface, il se mettrait à parcourir le monde dans l'espoir de récupérer son dû, car toutes les Pierres lui appartiennent, toutes lui ont été volées. Seules les nôtres sont légitimes. Tu as échappée au torrent d'agonie qui te menaçait, l'abruti qui t'accompagnait aussi."

Il ne haussait pas la voix, seulement son timbre était tremblant. Il avait peur. La peur de Jonathan était mauvais signe, lui qui avait la réputation de s'en moquer ouvertement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katia Phoenix
biolide


Messages : 108
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 27

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Amethyste [vie]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Jeu 2 Juin - 18:23


    Katia papillonna du regard lorsque la main froide du Monarque s'abattit sur son visage, et plissa les lèvres presque immédiatement pour s'empêcher de lui botter les fesses, lançant des éclairs de ses yeux couleur améthyste. Quoi, elles une inconsciente? Et lui alors, qui se dandinait toute la journée par vanité au bout de sa canne, comme si s'asseoir sur son propre petit égo allait le faire grandir. Il avait des responsabilités très graves, mais agissait à bien réfléchir comme le plus idiot et égocentrique des enfants de la Noblesse qu'elle avait pu rencontrer. Le regard de la reine se teinta de colère au fur et à mesure du discours de Jonathan. Elle sentit ses dents s'entrechoquer, grincer de façon discrète, puis bruyante, et réprima un frisson de rage en redressant son dos, voilant le caprice qui pointait sous son joli visage dans un soupir.

    "Je te trouve bien mal placé pour me parler de barbarie Jonathan, et pour juger l'homme auquel je tiens peut-être le plus en ce bas monde."

    Son aveu lui tira quelques larmes qui firent briller ses yeux un moment, juste le temps qu'il lui fallut pour déglutir et prendre son courage en mains. Elle jeta un regard dur, plus dur que la pierre, plus glacial que l'Arcil en personne et plus douloureux qu'une scie en travers du ventre à son frère.

    "Il ne me semble jamais avoir eu peur du danger, ni avoir été stupide au point de me placer entre ses bras. J'ai évité que d'ici trois mois Eyrupson soit submergée par une armée de révolutionnaires. L'arcil était déjà là avant moi, et le sera encore longtemps après, mais s'il te faut ça pour te sentir mieux, tu devrais aller le voir toi-même, on verra bien comment le Magnifique, Sa Très Haute Altesse Royale, sa Magnificence des Ténèbres s'inclinera face à un Titan qui avait fait peur à Kalei et Arya mêmes !"

    Katia se rapprocha de Jonathan et le foudroya du regard avec un air qui ne lui ressemblait pas. Celui qui, très clairement, indiquait qu'il avait dépassé les bornes. Le joyau à sa main se mit à luire et éclaira doucement le bas de son menton d'un halo violine. Son regard suivit la hanche du Roi, sa propre main, puis se planta de nouveau dans son regard, tandis qu'elle croisait les bras sur sa poitrine.

    "Jonathan le Vaniteux. Celui qui préfère regarder les étoiles et souffrir plutôt que de relever la tête et être Souverain. Gifle-moi si ça te fait oublier à quel point tu te prélasses, Richard au moins n'a pas peur de l'inconnu."

    Elle leva la main, la posa sur sa hanche, et appuya, juste pour faire sentir la faiblesse qu'il gardait de leur combat à son frère, avant de se retirer, une lueur au bout des doigts. L'améthyste cessa de battre et s'éteignit, alors qu'elle lui faisait volte-face pour s'adosser à la rambarde des escaliers, déserts de toute vie. Les quelques étudiants restés précédemment avaient déguerpi au plus vite en sentant que le ton montait, et elle leur en était reconnaissante, dans une certaine mesure.

    "Tu sais comme ton père était puissant, et comme il a pu se faire des alliés comme des ennemis. Mais si tu préfères te lamenter sur une araignée géante plutôt que de tuer dans l’œuf une révolution, je me chargerai du trône."

    Elle cessa enfin de le regarder, et baissa les yeux une fraction de seconde, avant d'aller face à la fenêtre, droite, mais sans oser maintenir le regard froid et, elle avait dû rêver, légèrement surpris, ou plutôt, inquiet, de son frère.

    "N'oublie pas ta place, ni la mienne."


HS : Si tu trouves ça démesuré, je peux toujours modifier =)



Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Jeu 2 Juin - 19:59

"Je te trouve bien mal placé pour me parler de barbarie Jonathan, et pour juger l'homme auquel je tiens peut-être le plus en ce bas monde."

Le roi ne fit pas un seul geste à l'entente de ces mots. Ces mots qui se voulaient, aucun doute n'était possible, cruels, destinés à faire souffrir. Ces mots qu'elle n'avait jamais prononcé auparavant. Il ignorait que Katia était capable, un seul instant, de cruauté. Néanmoins, il ne répliqua pas. C'est bel et bien parce qu'il avait fait preuve d'une barbarie sans nom, qu'il l'assumait, qu'il était bien placé pour noter celle des autres. En particulier celle d'un homme qui n'avait de répit de persuader sa sœur que Jonathan était un abruti. L'homme auquel elle tenait le plus au monde. Par un hasard du destin, elle tenait à l'incapable notoire le plus dangereux d'Az-Mary. Ironie, ce même incapable méprisait cordialement le monarque, et vice-versa.

Pendant plusieurs minutes, Jonathan soutint sans ciller le regard de la jeune Reine. Un regard implacable pour nul autre que lui, un regard qui n'était jamais destiné à personne d'autres. Le flot d'insulte constant qu'il était en train d'encaisser n'entamait rien de son armure impénétrable, froide comme l'acier. Froide comme celui qui la portait, froide comme la peur qui s'insinuait en lui. De mémoire, il ne se rappelait pas avoir jamais eut peur en présence de Katia. Peut-être même n'avait-il jamais eut peur. Il détestait cette sensation. Qui ne connaît pas la peur à l'entente de la nouvelle qu'il venait d'apprendre était soit un inconscient, soit un ignorant.

Voici maintenant qu'elle énumérait ses défauts un par un. A quel point il était distant de la réalité qu'il entourait, comme il ignorait à quel point une poignée de révolutionnaires était dangereuse. Il ne prit même pas la peine de rétorquer que, si comme elle l'avait dit, ils n'étaient que deux-cent, quelques Manipulateurs de Pierre doués aurait aussitôt endigué le flot de traîtres. Elle savait probablement qu'il allait avancer cet argument, aussi ne pas relever permettait de gagner du temps. Afin d'en rajouter une couche, probablement dans le but de faire définitivement taire Jonathan, elle lui suggéra d'aller voir lui-même l'Arcil, afin qu'il vérifie par lui-même les faits. Sa sœur était d'une impertinence surprenante. Elle croyait qu'il lui avait reproché la fuite face au monstre, alors qu'au contraire c'était la chose la plus sensée qu'elle avait faite durant son escapade.

Ainsi donc, Katia nommait vanité ce qui n'était que se soucier des véritables problèmes. Les révolutionnaires sont l'affaire des armées, pas de la Couronne. L'Arcil, en revanche, n'était même pas abordable par les cinq réunis. Pas à l'heure actuelle. Peut-être jamais.

"Zacchary n'était pas mon père. C'était un traître de la pire espèce."

Il avait finalement rompu le silence, après s'être assurée que Katia avait cessé de déblatérer son discours sauvage et mortifère.

"Peut-être que j'appartiens à la même espèce, néanmoins je lui dois la vie. Comme il ne t'était jamais venu à l'idée de trahir ta mère, il ne m'était jamais venu à l'idée de me dresser contre celui qui m'avait épargné. Pas avant que j'apprenne ton existence, du moins. Cependant je l'ai fait, mais pas par soif de Justice, ni même de vengeance. C'est l'Opale, qui se sentant de nouveau liée à l'Améthyste, m'a murmuré de le faire. Pour te sauvegarder toi et la Pierre de Vie, je devais me lier aux Neicigams. Mais n'oublie pas une chose, Katia la Démesurée, le trône d'Az-Mary ne peut être tenu que par deux. Ni un, ni trois. Deux, choisis par les Pierres Originelles. Et aujourd'hui tu m'apprends que le créateur de ces Pierres est réveillé. Le Titan de Glace, Katia. Il me semblait que tu avais étudié les lettres sur Terre, pourtant tu ne sembles pas avoir saisit le sens du mot Titan. Comprends moi-bien, l'armé traitre n'est même pas un grain de poussière à côté de l'Arcil. Ce même Arcil si craint par les dieux, Arcil animé par une Magie sur laquelle nous ignorons tout. L'Originel est une menace à l'échelle bien plus que cosmique, ignorante. S'il t'a épargnée, il a déjà condamné à mort tous les autres porteurs de Pierre excepté moi. En allant sous la Mer de Glace, tu as peut-être étouffé une rébellion dans l'œuf, mais tu as ramené à la vie la perte de tous les Az-Mariens."

Le souverain ne prit pas la peine d'expliquer à Katia ce qu'il aurait convenu de faire, avec les informations qu'elle tenait en sa possession. Il lui aurait suffit d'attendre que la rébellion se manifeste à la surface, que l'armée l'écrase, et l'on en aurait plus jamais entendu parler. Au lieu de cela, elle avait peut-être précipité leur monde à sa fin.

"Toi non plus, n'oublies pas ta place. Elle est sur le trône, ou bien sur le champs de bataille avec ton armée. Pas avec Stanford, seule, dans des missions d'infiltration. Comme je te l'ai dit, le trône doit soutenir deux couronnes. Si tu viens à disparaître, tu condamnes tous les sujets. L'égoïsme et la soif d'aventures n'a rien à faire dans ta mission."

Trop de temps avait déjà été perdu. Jonathan devait le rattraper, et pour ça il n'y avait qu'une seule solution, celle que prodiguait le Livre Noir, celui qu'il avait cherché pendant si longtemps dans les archives, celui qui ne pouvait être lu que par un des détenteurs des Pierres Premières. Il savait que ça arriverait, l'Opale lui avait murmuré un sombre avenir, un avenir qui se dévoilait plus tôt que prévu. Elle avait remué faiblement lorsqu'elle avait entendu le nom d'Arcil. Jonathan devait plus que jamais gouverner d'une main de fer, la Justice et la Sauvegarde n'étant plus des options.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katia Phoenix
biolide


Messages : 108
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 27

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Amethyste [vie]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Jeu 2 Juin - 23:55


    Elle s'efforça de rester droite, et de ne pas se retourner, gardant le regard ostensiblement rivé sur l'extérieur qui se trempait de flaques dans le gravier. Il lui répondait avec tout autant de colère et de pitié qu'elle avait montrées. Autant dire qu'il ne l'épargnait pas, et qu'il était impitoyable. Au fond, elle ne pouvait lui trouver tort. Elle avait placé en priorité les révolutionnaires car elle ignorait l'Arcil. Mais maintenant qu'il était sorti, elle ne pouvait que réfléchir à ce nouveau problème. La Magie était le Cœur d'Az-Mary. Zacchary n'en avait été qu'une veine. Alors mieux valait se concentrer sur l'essentiel plutôt que de se chamailler inutilement avec son frère. Un sourire pointa de nouveau son nez sur ses jolies lèvres. Un sourire rapidement rompu.

    "Toi non plus, n'oublies pas ta place. Elle est sur le trône, ou bien sur le champs de bataille avec ton armée. Pas avec Stanford, seule, dans des missions d'infiltration. Comme je te l'ai dit,le trône doit soutenir deux couronnes. Si tu viens à disparaître, tu condamnes tous les sujets. L'égoïsme et la soif d'aventures n'a rien à faire dans ta mission.
    - Si j'y étais allée avec quelqu'un d'autre, te montrerais-tu aussi dur cher frère?"

    Elle se tourna, lui fit face, et posa un regard neutre, presque effrayant du manque d'émotions dans ses pupilles, sur le visage du Roi.

    "Je sais quels sont mes devoirs, et je sais aussi que la prochaine améthyste est déjà prête à être sacrée le jour où je disparaîtrai. Az-Mary s'est passée de pierres divines quinze années, elle s'en passera trois mois le temps qu'on trouve la porteuse, ne me fais pas rire. Je sais que je suis puissante, et je sais que je suis remplaçable. Et je sais aussi que si je le veux, car c'était bien ce que je voulais, je peux être seule avec Richard, sans ton autorisation puisque c'est bien de ça qu'il s'agit. Ne t'en fais pas, si tu me poses une ceinture de chasteté l'Arcil n'aura qu'un peu plus de mal à me croquer. En attendant et pour parler d'égoïsme, sache que ma lumière est bien plus forte quand je trouve un intérêt à la Vie."

    Croisant les bras sur sa poitrine, Katia se laissa choir sur un fauteuil semblable en tous points à ceux des psychanalystes de la Terre. Recouvert de velours et en bois fin, idéal pour s'allonger et s'asseoir à la fois. Elle ramena ses jambes à elle et tapota distraitement le bras du fauteuil.

    "L'arcil devait être là depuis bien plus d'années que ce que l'on pense, à attendre. Je pense que c'est l'éveil soudain de toutes ces pierres qui l'a fait sortir de sa taverne, mais quand il nous a vus, il est retourné dans son trou, lentement, presque respectueusement. Un peu comme... un gardien. Qui attend quelqu'un de plus fort que lui pour s'endormir. J'espère simplement, même si c'est désespérément enfantin, qu'il ne voudra pas détruire le monde pour le refaire, plus simplement et à son image, vaste, désert, et froid. L'Originel dis-tu. Il est à moitié aveugle et guidé par la Magie. Si nous l'utilisons avec sagesse il ne devrait pas trop se montrer. Mais ça, ça veut dire qu'il va falloir trouver un autre endroit où mettre ton père. Et donc qu'il va falloir le transporter."

    Partant de nouveau dans ses propres pensées, Katia se mordilla la lèvre inférieure, son regard partant dans le vague. Résumons vite, résumons bien. Du fait de son coeur étiré entre plusieurs devoirs et envie, elle avait fait n'importe quoi. Réveillé des êtres magiques, tué des innocents, et découvert qu'un véritable dieu était encore vivant, sous la glace-même, et qu'elle attendait son heure pour peut-être reprendre le contrôle de son monde. Jonathan quant à lui semblait lui en vouloir plus parce qu'elle l'avait fait en compagnie de Richard plutôt que seule. Et une nouvelle fois, elle avait été trop maladroite pour être honnête. Rchard était un ami. Jonathan son frère, mais à aucun elle ne pouvait avouer ce qu'elle ressentait profondément, au plus secret de son âme. A l'un parce qu'il le savait mais ne voulait le savoir, à l'autre parce qu'il n'en avait rien à faire.

    "Laissons là Richard tu veux. Qu'est-ce qu'on peut faire pour l'Arcil ?"




Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Ven 3 Juin - 0:33

Les piques d'humour noir n'avaient pas d'emprises sur lui, elle aurait dut le savoir depuis le temps. Dans le meilleur des cas, elles rallongeaient la conversation, au pire l'air devenait encore plus électrique. Déjà que la foudre menaçait de tomber, mieux valait ne pas poursuivre sur la lancée. Stanford n'était pas un problème, il était au même titre que Katia le déclencheur d'une possible apocalypse. Elle aurait put y aller avec l'armée toute entière, il aurait été aussi "dur", puisque c'était le mot qu'elle avait employé. Il ne s'agissait que d'une mise en garde, pas d'une punition. La gifle, quant à elle, n'avait été que le débordement éphémère de l'inquiétude de Jonathan. Quand votre seule famille risque sa vie, on éprouve de la colère envers elle. Katia était la seule à pouvoir susciter ce sentiment chez lui.

Elle connaissait ses devoirs, disait-elle. Si elle les connaissait vraiment, tout d'abord elle n'aurait pas empiété sur le domaine militaire, celui de Jonathan. Par la suite, elle n'aurait pas risqué sa vie à la place d'hommes qui avaient juré de le faire au nom de la paix. Et enfin, elle aurait sut, dès l'instant où elle avait commit la faute, à quel point celle-ci était gravissime. Elle lui reprochait d'être tyrannique. La tyrannie est parfois la seule façon de garder les êtres qui nous sont chers hors des griffes de la folie, voire de la mort.

Le prince regarda du coin de l'œil sa cadette s'asseoir sur un des fauteuils qui peuplaient la pièce, avant d'exposer sa théorie. Selon elle, l'Arcil était endormit depuis bien plus longtemps qu'on ne pouvait l'imaginer. En réalité, il avait toujours été là. La seule différence était qu'à présent, des centaines d'yeux lui manquaient. Elle précisa également qu'il devait être aveugle, seulement guidé par la Magie. Jonathan attendrait qu'elle ait finit son discours pour lui exposer l'écrasante vérité. Elle rajouta qu'il avait agit à la manière d'un gardien, attendant que quelqu'un vienne à lui pour le rendormir.

"Laissons là Richard tu veux. Qu'est-ce qu'on peut faire pour l'Arcil ?"

Elle n'avait réellement rien comprit. Jonathan éclata de rire, un rire presque dément, et écarta les bras en une sorte de salut ironique.

"Très chère sœur, laisses moi t'éclairer sur le vaste sujet qu'est l'Arcil. A l'heure actuelle, nous ne pouvons absolument rien contre lui. Il est dit, et je le croit également, que l'Arcil est une machine qui a prit vie, tant la magie sur laquelle il fonctionne est puissante et dépasse l'entendement. Une machine a toujours un but, et si ce but est de récupérer les Pierres qui lui ont été volées, qu'importe si cela entraîne la destruction totale de la planète. De plus, l'Arcil, comme je te l'ai déjà précisé, ne se contente pas de tuer, ni même de raser les contrées : il détruit. Il ne restera rien d'Az-Mary si celle-ci est en travers de sa route. L'Arcil est éternel, il l'a toujours été. Quand à son hypothétique créateur, et bien, le Dieu unique tant vanté sur la Terre ne lui arriverait pas à la cheville. Nous parlons ici de la Magie Universelle, Katia, celle qui existe dans l'infiniment grand comme l'infiniment petit, une magie qui n'a de cesse de se renouveler, qui est le commencement et la fin de chaque chose. L'Arcil fonctionne sur cette Magie, et seule une force équivalente peut le détruire. Rien, absolument rien ne peut détruire cette magie, exceptée elle-même...Cette magie identique qui sommeille au plus profond de nos pierres respectives. Un potentiel que ni Titan ni qui que ce soit d'autre n'a été à même d'éveiller."

Jonathan, au cours de son exposé, avait tourné le dos à sa sœur et avait croisé les bras. Bien sûr que cette chose pouvait être vaincue, mais grâce à des moyens hors d'atteinte de tout ce dont les plus grands mages étaient capables. Seul un être égal ou supérieur aux dieux pouvait tenter sa chance, et la victoire ne serait accordée qu'au prix d'un lourd tribut.

"Tu as cependant raison sur un point. L'Arcil est un gardien, le gardien de la Magie Universelle. Il en est la source et la chute. Une sorte de générateur d'énergie constante. S'il est détruit, ce cycle trouvera un autre réceptacle, on lui en trouvera un autre. Tu dis que des soldats de cristal sont apparus en même temps que lui, cela signifie sans doute que leur nouvelle raison d'être est de protéger la créature. Il doit y en avoir des milliers, et ne serait-ce qu'atteindre le Titan relève déjà de l'impossible."

Il inspira, avant de poursuivre, en fixant de nouveau Katia.

"Mais l'impossible est un jeu d'enfant pour qui sait en payer le prix. "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katia Phoenix
biolide


Messages : 108
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 27

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Amethyste [vie]
Niveau: 5

MessageSujet: ac   Lun 6 Juin - 17:04

    "Mais l'impossible est un jeu d'enfant pour qui sait en payer le prix.
    - Je t'avoue que ça me dépasse un peu ce que tu me dis Jonathan. Je ne vois pas ni pourquoi tu t'inquiètes ni comment tu veux faire. L'arcil m'a semblé dangereux, mais je n'ai pas eu... de frisson."

    La reine glissa une main contre sa joue qu'elle remonta de la paume, doucement, à l'endroit où il avait frappé, et sembla se perdre, le regard dans le vague. Oui, cette énorme araignée de glace lui avait fait peur, elle avait bien cru ne pas rentrer au palais le soir, mais l'adrénaline plus forte que tout autre sentiment lorsqu'elle était sur le terrain avait noyé la rébellion avant même qu'elle puisse prendre de l'ampleur au sein de son cœur. Le frisson dont elle parlait était tout autre. Celui qu'elle avait ressenti la première fois qu'elle avait vu Richard se battre. Celui qui l'avait cueillie droit aux tempes quand elle avait déployé ses ailes pour la première fois. Celui qu'elle avait apprivoisé lors de la bataille contre Zacchary. Celui encore qui l'avait envahie quand elle avait été solennellement couronnée, quelques années plus tôt. Un frisson de magie pure et de respect des traditions, comme si elle touchait le fil de sa destinée et en tremblait. Ce frisson-même qu'elle n'avait pas eu face à l'Arcil lui laissait comprendre que si combat il devait y avoir ce ne serait sans doute pas le sien, mais celui de quelqu'un d'autre. De la personne qui en avait peur en l’occurrence.

    "J'ai lu dans la section zoologie qu'il serait tout ce qu'il y a de plus animal. On a réussi à en décortiquer un petit, il possédait un cœur tout organique. Si c'est une machine elle réfléchit à la perfection."

    Sa remarque, n'ayant comme but que de tempérer son frère, s'accompagna d'un mouvement de main vers le haut. Elle activa sa pierre pour faire luire ses ongles et tracer, doucement, des lettres du bout du doigt. M M. Son regard se posa sur le roi, obscurci par la douceur orangée de ses mains.

    "Toi qui connais la mort mieux que tu ne te connais toi-même, tu devrais savoir qu'une machine se brise. Et qu'un être vivant se tue. Quelle que soit cette chose, s'il a un cœur c'est qu'il respire, s'il respire c'est qu'il vit, et s'il vit c'est qu'il peut mourir. Tant qu'il ne bouge pas, nous n'avons aucun intérêt à aller le détruire. Enfin, selon moi."

    La reine éteignit ses doigts en faisant mine de souffler dessus et s'assit, dos au vide, sur la rambarde d'escalier, faisant mine de se balancer avec une nonchalance qui aurait presque pu être insultante pour Jonathan tant elle venait de se détacher de la réalité bien trop sombre pour elle.

    "Le monde n'est pas vivant s'il n'est pas dangereux. C'est pour ça que..." Elle jeta un coup d’œil derrière elle et eut un sourire. Si elle tombait, rien ne la rattraperait. "Pour ça qu'on cherche toujours à évoluer et à se surpasser. Tu as peur de l'Arcil pour la même raison que sur Terre ils craignent Dieu. Parce qu'Ils peuvent tout. Créer comme détruire. Et parce que tu ne les connais pas. Mais l'Arcil, lui, est matériel. Personne n'a encore vu Dieu que je sache. A part quelques illuminés loufoques."



Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Lun 6 Juin - 17:55

Elle refusait d'entendre raison. Évidemment. Elle n'avait pas grandit sur Az-Mary, elle ne savait pas à quel point l'Originel était craint, ni même le nombre de légendes qui circulaient à son sujet. Son opinion était déjà arrêté. Selon elle, l'Arcil n'était en rien une menace. Selon elle, seul le Destin pousserait la créature à se mettre à la recherche de son trésor. En un mot, l'avenir serait favorable. Jonathan, quant à lui, savait déjà que le Destin n'était qu'une vaste farce, une comédie dramatique dont le seul but est de faire souffrir ses marionnettes. Une croyance archaïque voulait faire croire que le Destin voulait du bien aux Hommes. Tissu de mensonge.

Je vois. Tu as déjà prit ta décision alors.

Inutile de mener la discussion plus loin. Chacun a le droit sur ses propres convictions, et il savait pertinemment que sa sœur ne cèderait pas, même si l'évidence était sous son nez. Bien sûr que Jonathan n'avait pas de preuves à lui exposer, cependant il lui demandait de lui faire confiance. Elle avait lut dans un livre de zoologie que les arcils étaient de simples animaux. Mais l'Original ? Avait-on seulement put l'approcher d'assez près pour en avoir la simple hypothèse ? De plus, elle avait cherché dans la science exacte alors qu'il s'agissait de Magie plus qu'antique.

Le fait qu'il soit matériel ne l'empêche en rien de surpasser le Dieu unique. En plus d'influer sur notre Univers, lui et son Créateur agissent sans aucun doute sur d'autres Plans Astraux, d'autres Plans Chaotiques...Je ne te déroulerais pas la liste de tous les territoires interdits aux humains Katia, mais il faut que tu saches qu'en se réveillant l'Original a sans doute perturbé le flux de la Magie Universelle. C'est ce même flux qui régit tous les évènements qui se déroulent sur notre Monde, peut-être même sur Terre. Peut-être qu'à cet instant des tragédies se déroulent un peu partout. Si rien ne se passe, c'est que le flux aura été moins ébranlé que prévu, et l'on pourra s'estimer heureux.

Jonathan n'en revenait pas de la naïveté de sa sœur. Soit : elle avait choisit de s'occuper de ce qu'elle croyait le plus dangereux, les révolutionnaires. Finalement, elle n'avait seulement voulut qu'éviter à la nation un flot d'ennemis et de danger, Jonathan n'avait pas à lui en vouloir pour ça. Le réveil de l'Arcil ne devait pas faire partie du plan. Le Roi s'en occuperait lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katia Phoenix
biolide


Messages : 108
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 27

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Amethyste [vie]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Lun 6 Juin - 18:12


    Il pouvait parler, elle l'écouterait. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle prendrait à nouveau part à une discussion qui ne les mènerait nulle part. Katia n'avait pas peur de l'Arcil, elle le craignait. Mais en voyant Jonathan aussi mal à l'aise à en parler, au lieu de décupler, sa crainte s'était réduite à l'état de vague souvenir. Si Jonathan avait à ce point peur, s'il était à ce point fasciné par une telle créature, il lui appartenait tout entier s'il le voulait d'en faire une affaire personnelle, elle ne s'en mêlerait pas. En revanche, elle lui était reconnaissante qu'il ne cherche pas à la convaincre de ses propres erreurs. Tout d'abord car elle se serait braquée, et ils se seraient disputés s'il l'avait fait, mais aussi parce qu'elle ne tentait pas de le dissuader de sa part, et restait compréhensive de son malaise. C'était comme voir l'origine de toute la technologie terrestre se réveiller, pour lui. Si les ordinateurs avaient eu le pouvoir d'éteindre le monde, elle aurait sans doute craint le premier, mais elle savait que les hommes étaient bien plus dangereux que les créatures d'Az-Mary. Et que les révolutionnaires, non seulement brutaux, mais aussi vengeurs, étaient un problème dont ils faisaient bien de se préoccuper avant qu'il ne prenne de l’ampleur.

    "Et si on réglait d'abord ce qu'on peut régler. Dallas s'est fait manger par l'Arcil et son clan s'est dispersé, est mort, ou a muté. Mais ça ne nous donne pas la clef du problème. Qui a commandité tout ça ? A l'approche de la Cérémonie des Pierres, et dans un coin de passage des convoyeurs, c'était forcément quelque chose à plus grande échelle."

    La reine bascula à califourchon sur sa rambarde et eut un sourire, laissant voir deux ballerines de tissus précieux en dessous de ses jupons. Elle ramena ses pieds derrière elle, se hissa sur le bord et se mit debout, comme sur une poutre, à côté du vide.

    "Pourquoi, c'est évident, qui, c'est plus difficile. Toi qui a vécu sous la Couronne de Zacchary, et qui sait qui a été châtié, exilé ou qui ne l'a pas été, as-tu idée de qui aurait pu faire ça ?" Elle sauta de son piédestal, trottina sur le plancher et tourna sur elle-même avant de lâcher un soupir sonore. "Un conseiller, un ami proche, un admirateur, quelqu'un qui aurait intérêt à nous casser les pieds ? Enfin, à renverser le trône plutôt."




Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Ven 24 Juin - 11:42

Inutile d'aller plus avant sur le thème de l'Arcil. Visiblement, il ne semblait pas être en mesure d'intéresser suffisamment Katia pour mobiliser son attention. Jonathan choisit donc de revenir sur le problème des révolutionnaires, tout comme le suggérait la reine. Laissant Stanford de côté, et tous ses autres soucis, le souverain s'appliqua à écouter les hypothèses de sa cadette. Las acrobaties auxquelles elle se livrait aurait distrait n'importe quel auditeur, mais pas le prince. Lorsque l'on avait côtoyé l'animal suffisamment longtemps, on savait faire fi de ses pitreries.

"Pourquoi, c'est évident, qui, c'est plus difficile. Toi qui a vécu sous la Couronne de Zacchary, et qui sait qui a été châtié, exilé ou qui ne l'a pas été, as-tu idée de qui aurait pu faire ça ? Un conseiller, un ami proche, un admirateur, quelqu'un qui aurait intérêt à nous casser les pieds ? Enfin, à renverser le trône plutôt.
-Ma très chère sœur, il existe des centaines de personnes prêtes à tout pour nous voir morts, si ce n'est des milliers. Si Zacchary était un roi controversé, il avait cependant énormément de soutien, notamment des bourgeois et autres propriétaires. Mais trouver parmi ces fanatiques une tête pensante est impossible, j'en ai peur. Du moins à l'heure actuelle."

Pas question d'enquêter sur le responsable de cette petite révolution. Il y avait encore trop à faire : la Cérémonie des Pierres, notamment. L'attaque du convoi encore récente était le signe que cette tentative de putsch était loin d'être improvisée, et à cet instant, seule la défense était envisageable. Néanmoins la riposte ne tarderait pas à être envoyée : une équipe restreinte devait être montée, un groupe secret qui serait envoyé à la chasse aux traîtres. Et bien que cela répugnait par avance Jonathan, Stanford devrait en faire partie. Il était indéniablement redoutable, et était un leader né. Il serait, hélas, indispensable à cette mission.

"Le responsable sera démasqué en temps voulus. Pour l'heure, nous devons nous soucier d'assurer au royaume une vie ordinaire et sûre, comme nous l'avons toujours fait. Si aujourd'hui le peuple est menacé, il nous faut le défendre, l'attaque n'est pour l'instant pas envisageable."

Sa voix était sans appel. L'impulsivité de Katia devrait se taire un long moment avant de pouvoir se déverser, cependant Jonathan devait remonter sur le trône le plus vite possible. Il l'avait déserté trop longtemps, presque un mois. Quatre semaines loin des conseils, de son peuple et de ses responsabilités. Le monarque alla saisir sa canne laissée contre la rambarde de l'escalier avant de se diriger vers la fenêtre, derrière laquelle le soleil délivrait déjà son zénith. Le regard jusque là fatigué du souverain retrouva en quelques secondes son ardente lueur. Sa silhouette légèrement voutée par la fatigue se redressa, tandis que l'Opale accrochée autour de son cou diffusait une chaude lumière bleue. Le roi d'Az-Mary allait remonter sur le trône. Qu'avait-il fait ces derniers jours ? Absolument rien, une parodie de règne...Il avait faillit redevenir un humain comme les autres, avec des sentiments.

"Je vais avoir besoin de ton aide, Katia. Je veux que tu mobilises sur le champs des gardes à travers le monde. Je me chargerais pendant ce temps de défendre notre ville et celles alentours."

Puis il se tourna vers elle, une impressionnante noblesse dans le regard.

"Il n'y a que toi en qui j'ai assez confiance. Excuses-moi pour tout à l'heure, tu es la seule à même de choisir avec soin les hommes dont nous avons à présent besoin. Tu connais mieux le peuple que moi. Acceptes-tu de t'en occuper ? Je te demande seulement de ne pas en parler à Richard. J'aurais besoin de lui pour autre chose."

La couronne allait de nouveau être brandie à quatre mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katia Phoenix
biolide


Messages : 108
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 27

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Amethyste [vie]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Lun 27 Juin - 17:39

    Calme, elle l'écoutait doucement la rappeler à l'ordre, organisant les priorités de la couronne selon la logique dont elle n'avait su faire preuve ces derniers jours. Bien sûr, avant de pouvoir arrêter la révolution, à sa source, il fallait réparer les dégâts de sa dernière intervention. La cérémonie des pierres avait été légèrement retardée. Suffisamment pour faire mourir d'impatience une bonne centaine d'enfants et faire paniquer les traiteurs qui s'occupaient de la restauration. La Capitale toute entière était entrée en ébullition depuis ces derniers jours à cause de ce retard, et la tout s'était transformé en fouilli que seule elle n'avait pu gérer. Jonathan au moins voulait être efficace. Apaiser d'abord, prévenir ensuite, puis frapper, pour s'assurer que rien ne recommence. Étrangement Katia ne pouvait s'empêcher de faire le rapprochement avec l'Organisation qui avait, elle aussi à sa manière, lutté contre le pouvoir. Mais Zacchary étant seul il était plus simple de l'approcher et de connaître ses secrets. D'abord, sa propre existence, ensuite, ses anciennes relations, enfin, ce que jamais il n'avait voulu avouer. Katia elle-même avait un lien de parenté bien plus fort avec lui que ce que tous avaient pu imaginer.

    Le sang était le sang, et la couronne la couronne. Jonathan maniait l'un et l'autre avec l'adresse d'un acrobate. Il avait besoin de sa présence à ses côtés comme de cellle des quatre autres pouvoirs majeurs d'Az-Mary. A cette pensée, elle sentit un grand vide l'envahir, et leva les yeux sur la pierre du Roi qui diffusa une douce lueur bleutée. La lueur de la Mort en personne frappant à la fenêtre. Elle resta le regard plongé dans cette Opale, comme hypnotisée, et étira ses lèvres d'un pâle sourire.

    Réfléchissant avec calme, elle croisa son regard, et se surprit à rougir, impressionnée par l'aura qu'il pouvait dégager. Il n'avait plus rien à voir avec le premier Jonathan qu'elle avait rencontré. Le pédant petit garçon de son père qui voulait tuer pour se salir les mains et se faire un nom. Non, il était Royal, et maître de la situation.

    "Il n'y a que toi en qui j'ai assez confiance. Excuses-moi pour tout à l'heure, tu es la seule à même de choisir avec soin les hommes dont nous avons à présent besoin. Tu connais mieux le peuple que moi. Acceptes-tu de t'en occuper ? Je te demande seulement de ne pas en parler à Richard. J'aurais besoin de lui pour autre chose.
    - Bien entendu. Et j'ai déjà ma petite idée pour ce recrutement. Jeyna et Kalei sont en danger, mais ils ne frapperont pas si près du palais sans être très préparés, alors nous pourrons agir rapidement. Je me charge de dépêcher Lady Aymeric pour Heatpolis, elle sera à même de s'occuper du recrutement, à sa manière. Juliette s'occupera d'Eyrupson, elle connaît le peuple mieux que nous là-bas, quant à Thalatta, et Naïa, il nous faudra une surveillance maritime et aérienne, je m'en occuperai personnellement."

    A son tour, elle se redressa, descendit de sa rampe, et se tint bien droite, serrant entre ses doigts les parchemins sur l'Arcil, la tête bien droite. Douce, elle posa un regard maternel, mais strict sur son frère et rangea les documents dans son corset, comme pour s'en débarrasser.

    "Quoi qu'il en soit je veillerai à ce que rien n'entrave notre entreprise. Soit tranquille pour la Cérémonie, je la surveillerai sous le contrôle d'Alcibiade, de cette façon nous aurons l'oeil sur tout. Et... tu es tout pardonné, grand-frère."

    Mutine, mais sérieuse, elle s'avança vers les escaliers, gardant le regard rivé sur le Roi avec une sorte de respect, néanmoins teinté d'une pointe de satisfaction. "En avons-nous terminé ?"



Thème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Phoenix
necrolide


Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Opale Noire [Mort]
Niveau: 5

MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Lun 27 Juin - 19:55

    Reprendre les rênes de la nation ne serait pas chose facile, fort heureusement il allait pouvoir compter sur le soutien de sa sœur. Elle se chargerait des grandes villes éloignées et de la Cérémonie des Pierres. Jonathan aurait donc la voie libre pour organiser une contre-attaque. Il allait devoir se faire connaître auprès des personnes adéquates, pas question de leur envoyer le moindre message. Il irait les voir lui-même. Dans ces situations, on ne peut compter que sur soi. En outre, le sort de milliers de vies reposaient, peut-être plus que jamais, sur ses épaules et celles de Katia.

    Toujours face à la fenêtre, Jonathan étouffa un frisson lorsqu'elle l'appela "grand-frère". Il ignorait à combien de temps remontait la dernière fois. Se ressaisissant immédiatement, il se contenta de déclarer, comme si de rien n'était, qu'elle pouvait partir si elle le souhaitait. Les yeux rivés sur le couchant, le monarque s'interrogeait sur la suite des opérations. Devait-il faire sur le champs faire annoncer le recrutement à travers le monde entier ? C'était ce qu'il y avait de mieux à faire, le temps des interrogations et des hésitation n'était plus. Gouverner exige des décisions rapides. C'est pourquoi, dès le lendemain, des messagers iraient proclamer dans toutes les villes les mesures prises par la Couronne.

    Percevant encore la présence de sa sœur, il se retourna vers elle, le visage neutre et distant, avant de lui adresser un mince sourire.

    "Nous n'avons pas de temps à perdre. Bientôt nous aurons peut-être à revivre le passé."

    Puis il se dirigea vers Katia, qui attendait toujours devant l'escalier, et lui posa doucement la main sur l'épaule. Katia, qui partageait le même trône mais aussi le même sang. Peut-être encore plus qu'auparavant, cette vérité serait le guide qui mènerait Az-Mary vers la Lumière ou les Ténèbres. A quoi avaient songé les Dieux, lorsqu'ils avaient choisit ces deux âmes pour régner sur des milliers d'autres ? Un jeu cruel ? L'unique solution pour garantir la paix ? Quittant ses pensées étranges, Jonathan ôta ses doigts de l'omoplate de la reine avant de la livrer à ses propres réflexions, dorénavant seule dans l'observatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un oeil sur le monde [PV Jonathan]   Aujourd'hui à 10:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Un oeil sur le monde [PV Jonathan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je fuis le monde. [apollo] [terminé]
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Az-Mary :: Administration :: Ancienne version :: Anciens Rp-
Sauter vers: