Partagez | 
 

 Quête : Masques et Loups

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Quête : Masques et Loups   Sam 11 Juin - 1:17


    "C'est ridicule comme jeu, on dirait un livre pour enfants !
    - N'importe quoi cette version, je me suis déguisée exprès, je veux danser, et où sont les beaux garçons ?
    - Du calme, mesdemoiselles, messieurs, du calme s'il vous plait, nous avons besoin de volontaires. Nous vous proposons un jeu, ma foi très ludique dont deux d'entre vous seront les protagonistes. Sachez que j'en suis le créateur."

    Un pan de cape lourde en velours bleu nuit voleta à travers la pièce, tandis que, caché derrière un loup noir brodé d'argent, l'homme aux yeux ambrés s’avançait, tenant la main de la maîtresse de la soirée, Leila. Il ôta son chapeau pour lui faire un baise-main, et se replaça face à la foule, très calme.

    "Le jeu est simple. Deux aventuriers joueront, dans un décor baroque, les enquêteurs sur le meurtre d'une victime qui sera choisie au hasard dans la liste de nos personnages. Bien entendu, l'enquête sera semée d'embûches, dont vous serez les actionnaires. La partie est gagnée si les enquêteurs découvrent le coupable avant de mourir. S'ils échouent, ils seront alors éliminés, sans mourir pour de vrai bien entendu."

    La remarque fut accueillie par des gloussements de la part des demoiselles. Revan, puisque c'était lui, emprunta l'éventail de l'une d'entre elles avec une douceur infinie, et le pointa doucement vers deux personnes un peu à part de la foule.

    "Et qui de mieux placé pour jouer les Sherlock que nos deux héroïnes de la soirée ? Taraya et Niènor, qui nous ont démontré dans l'arène une fois déjà, qu'elles étaient capables de grandes choses. Mon offre est la suivante. Survivez, trouvez le coupable, et je vous recommanderai pour d'autres missions plus périlleuses... échouez, et... et bien, vous devrez un baiser au vainqueur, c'est à dire moi. Le créateur." Des chuchotements de commérages parcoururent l'assemblée, faisant rougir de plaisir Leila, qui savait qu'on parlerait de sa fête encore longtemps. Revan pour sa part ne perdait pas une seconde, main posée sur le bouton, prêt à envoyer les aventurières jouer à la moindre syllabe.

    "Mais bon, je vous poserai un niveau moyen, le difficile étant réservé aux soirées très... privées." Nouvelle série de gloussements. "Mesdemoiselles, voulez-vous bien vous donner la peine de répondre à mon défis?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Taraya Erell
necrolide


Messages : 24
Date d'inscription : 03/02/2011
Age : 22
Localisation : Certainement là où tu n'es pas...

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Pierre de Lune ~Brouillage de la vue~
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : Masques et Loups   Sam 18 Juin - 3:11

Page quatre

Comme prévu, nous avons gagné ! Niènor sait se battre, finalement… Héhé. Je trouve que nous nous en sommes bien sorties finalement. Enfin, j’ai quand même quelques membres endoloris et l’autre “mercenaire“ n’était pas non plus en reste. En revanche, nous avons gagné des invitations pour la petite fête organisée par Leil…“

« Non mais c’est pas possible ! »
« Des choses pareilles… »
« Râh, la jeunesse de nos jours ! »
« J’vous jure, on aura tout vu par ici… »

*Allons bon, pas la peine de s’énerver. Je fais ce que je veux, inutile de marmoner.*

Notre rouquine préférée était tranquillement couchée sous un Soleil de plomb, un genou relevé, l’autre jambe posée par-dessus et les mains tendues qui tenaient le petit carnet et le crayon faisaient office de parasoleil. Boh, une scène quoi de plus banale me direz-vous. Sauf que ladite personne s’était installée sur les pavés de Jeyna et visiblement, elle gênait la circulation. Les gens qui l’apercevaient au dernier moment l’évitaient de justesse dans un grognement à peine retenu alors que ceux qui l’avaient remarquée la contournaient en lui jetant des regards mauvais. Comme par exemple ce monsieur à la courte barbe noire et au chapeau assorti au manteau sombre qui s’était approché de la jeune femme.

« Mam’zelle, vous bouchez la passage, levez-vous ! »

Taraya ne prit même pas la peine de regarder ce malotru qui la dérangeait et préféra continuer sa rédaction. L’inconnu la contourna avant de poursuivre sa route.

“Je me demande ce que cette fête nous réserve. A mon avis, nous n’aurons pas le temps de nous ennuyer !“

« Hem, madame, vous m’empêchez de passer en étant la parterre. Allez mourir ailleurs ! »

Cette fois-ci, ce fut un homme plus jeune que le précédent, mais vraiment mal habillé. Il traînait quelques affaires derrière lui – certainement son pauvre commerce qu’il trimbalait dans l’espoir de vendre.
La rouquine amena le crayon à sa bouche et fit mine de réfléchir. Depuis le temps qu’elle squattait le sol, les passants n’avaient toujours pas compris qu’elle ne bougerait pas ? Même si ce marchand semblait un peu plus long à la détente, il finit lui aussi par l’éviter dans un grognement.

Finalement, un jeune homme aux cheveux bruns et vêtu d’un haut bleu électrique s’approcha du corps étendu.

- Pardonnez-moi de vous déranger ma demoiselle, mais je crains que vous n’obstruez le passage. Pourriez-vous je vous prie prendre la peine de vous lever afin de rétablir la circulation ? Ce serait fort aimable.

Taraya tourna la tête pour voir qui lui adressait la parole pour la énième fois de la journée tout en posant un instant ses bras sur son ventre pour se reposer (ben oui, elle les gardait en l’air depuis tout à l’heure !) et elle finit par apercevoir son interlocuteur. Mh, pas mal du tout…

Mais comme à son habitude, elle releva les bras et reporta son attention sur son journal.

- Non.

- *soupire* Le type qui est venu te déranger avant, avec des habits délabrés, et celui encore avant avec le chapeau, c’était moi qui tentait désespérément de te faire partir ! Tu obstrues l’accès aux clients, ils ne peuvent plus venir dans ma boutique !

Il balança ses bras sur la droite avec une mine exaspérée pour montrer son petit magasin. La jeune femme souleva un peu sa tête et décala le journal qu’elle tenait pour lire sur un panneau “TISSEUR“. Ah, effectivement. Bon en même temps, y avait personne qui ne l’avait dérangée pour pouvoir entrer dans le magasin…
Dans le lointain, on entendit quelques cloches sonner. L’église de Jeyna (s’il y en a bien une ?) annonçait les dix-huit heures et quoique le soir approchait, le Soleil continuait de régner en maître sur la sainte ville. La rouquine se releva tout en époussetant un peu ses vêtements.

- La chance te sourit, je dois y aller pour me préparer. Ce soir, je vais faire la fête !
- Attends ! Tu dois avoir encore un peu de temps et maintenant que ta présence m’a faite perdre ma journée, tu pourrais au moins te rattraper en me faisant de la pub !
- Oh, bien sûr écoute. *Taraya rangea ses affaires, lui attrapa le poignet et le souleva à la manière d’un champion* Mesdames, mesdemoiselles et… Messieurs ? Voici pour vous, en ce moment même, ce bel étalon célibataire en quête d’amour et de…
- Mais arrête, qu’est-ce que tu fais ?!
- Et bien je te fais de la pub, de quoi te plains-tu ?
- Je parlais de mon magasin, pas de moi ! J’ai déjà quelqu’un !
- Oh et bien si tu ne fais pas l'effort de t’exprimer précisément…
- C’est qui, elle ?
- Et elle, c’est qui ?
- Sara, je vais tout t’expliquer ! Elle était couchée devant la porte de la boutique et…
- Et pas que…
- Et j’ai eu la mauvaise idée de lui demander de promouvoir le magasin, mais en fait je la connais même pas !
- Comment peux-tu parler de moi ainsi ? Ça me brise le cœur.
- Sara je t’en prie, ne l’écoute pas.
- Toutes ces belles années passées ensemble, et puis finalement tu me trompais avec elle ?!
- Mais t’es qui toi ?
- Taraya ; parce qu’en plus il ne t’a pas parlé de moi ?
- Mais enfin, on peut savoir ce que tu essaies de faire, heu, Taraya ?
- J’essayais de sauver ce qu’il restait de notre couple, mais apparemment c’est impossible… Tu m’as déchiré le cœur. Il ne me reste plus qu’à attendre que la mort vienne m’ôter le souffle de vie.
- … Chérie, tu penses vraiment que je sortirais avec une fille pareille ?

Le clocher retentit à nouveau pour annoncer qu’un quart d’heure était passé depuis le dernier tintement et rappela à l’ordre la rouquine. A présent, il fallait vraiment qu’elle pense à y aller pour se préparer correctement… La fête n’était dans plus très longtemps et elle comptait bien s’éclater, mais elle ne voulait pas faire tache en n’étant pas dans le thème.

- Oh, réjouissez-vous, je dois partir. Ravie de t’avoir rencontrée Sara, toi aussi le p’tit tailleur brun dont je ne connais pas le prénom mais que j’ai bien aimé embêter quand même.

La jeune femme lui frotta les cheveux avant de se retourner tout en agitant la main en guise d’adieux. Maintenant, il ne lui restait plus qu’à retrouver l’auberge où elle avait réservé…

°~°~°~°~°~°~°~°~ * * * ~°~°~°~°~°~°~°~°

Une fois les préparatifs terminés, la voilà enfin dans le bâtiment qu’elle convoitait. Sur son corps mince s’ajustait une robe dans un tissu rouge satiné dont les arabesques en velours étaient légèrement teintées de bordeaux. Les manches en forme de triangle étaient brodées de fils d’or, rendant le vêtement d’autant plus prestigieux. Une fine ceinture en corde de la même couleur venait resserrer sa taille et le tout se trouvait sublimé par le masque jaune précieux qui décorait son visage aux lèvres d’un rouge profond. La jeune femme avait détaché ses cheveux de feu, préférant faire une coiffure relevée plus prestigieuse pour la soirée. Mais où donc était passée sa pierre ? Et bien elle l’avait momentanément faite greffée au loup qu’elle portait, telle un troisième œil.

Dans la pièce, les invités tous autant distingués sentaient arriver le commencement et l’excitation devenait omniprésente. Ah, tiens. Revan. Visiblement, il jouait de son charme certain pour plier les demoiselles à sa volonté. Demoiselles qui, soit dit en passage, étaient en extase devant cet homme à l’allure plus que mystérieuse, vêtu ainsi. Après l’arrivée de Leila, il entama l’explication du déroulement de la soirée : c’était simple, un jeu.

"Le jeu est simple. Deux aventuriers joueront, dans un décor baroque, les enquêteurs sur le meurtre d'une victime qui sera choisie au hasard dans la liste de nos personnages. Bien entendu, l'enquête sera semée d'embûches, dont vous serez les actionnaires. La partie est gagnée si les enquêteurs découvrent le coupable avant de mourir. S'ils échouent, ils seront alors éliminés, sans mourir pour de vrai bien entendu."

Pfeuh, même pas peur. En revanche, son comportement avec les minettes était de plus en plus inquiétant… Certains n’allaient pas finir leur la nuit, pour sûr.
En l’occurrence, Revan avait délicatement pris l’éventail d’une jeune fille tout ça dans le but de… Désigner Niènor et Taraya. Tiens, la femme-chat était là aussi ? Ah oui, c’est vrai. Bon et bien, il leur suffisait de trouver le coupable sous peine d’embrasser le créateur… Quel terrible châtiment, n’est-ce pas les filles ?

La rouquine s’approcha d’un pas lent et noble, puis dit à l’intention du prétentieux sur un ton de défi :
- Voyons Revan, ne sois pas si timide. Tu sais, il suffit parfois de simplement oser demander…

Elle se trouvait à présent à quelques petits centimètres du visage de son locuteur,
tenant entre son pouce et ses autres doigts le visage de l’homme qu’elle adorait embêter depuis sa rencontre dans l’Académie. Elle restait ainsi sans bouger, à le fixer droit dans les yeux en attendant un quelconque sourcillement ou une quelconque interruption.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : Masques et Loups   Ven 24 Juin - 4:19

Après avoir finit de manger avec Taraya, la féline, bien repue s'en alla d'un pas allègre, enthousiaste. Elle pensait repartir chez elle une fois l'aventure terminée mais ayant reçu un pass V.I.P pour la soirée de Leila... Ce serait bête de ne pas en profiter, n'est ce pas ? Surtout que la fête se déroulerait dans un jour. Un jour à passer à Jeyna ce n'était pas la mer à boire. Mais il lui faudrait une robe ! En marchant, elle se mit donc à penser à la robe qu'elle voudrait. Pour commencer, elle serait violette et verte. Le violet pour rappeler la couleur de ses cheveux et vert parce qu'elle ne s'imaginait pas, un jour, ne pas porter une couleur rappelant la forêt. Après tout, elle restait tout de même une forestière. Bien sur, elle aurait pu prendre une brune et violette, mais elle préférait l'association du vert et du violet. Ensuite, la forme. Elle se l'imaginait serrée en haut et évasée à partir de la taille. Depuis toujours, elle adorait la forme de ce genre de robes. Les mêmes que portait sans cesse sa mère lors de son travail. La féline espérait être aussi resplendissante que sa génitrice l'était. Mais pour cela, il faudrait trouver un bon couturier ! Enfin, d'abord, dénicher un bon hôtel n'était pas non plus une si mauvaise idée. Elle s'attela donc à chercher une auberge pour y passer la nuit. Et trouva son bonheur au " Crépusculaire " , réserva donc pour deux nuits- Deux parce que la petite fête de Leila se finirait sûrement tard- alla se doucher, puis repartit aussitôt sur les routes pour trouver un couturier. Alors qu'elle se baladait tranquillement sur l'allée marchande, la féline failli recevoir sur elle un vase. En regardant la provenance du projectile, elle se retrouva en face d'un couple en pleine scène, la femme accusant son homme de l'avoir trompée.

- Je te le jure ma chérie, je ne t'ai jamais trompée, tu es la seule que j'aime ! Je t'en prie crois moi, je ne connait même pas cette fille...

- Oh et en quel honneur je devrais te croire ? Ce ne sont pas tes belles paroles qui vont me faire changé d'avis ! Tu m'as trompée avec cette fille... Tu as même eu le culot de l'amené devant notre boutique !

- Non je t'assure ma chérie, je ne connait pas cette rouquine, je l'ai même jamais vue ! C'est toi que j'aime, et personne d'autre !

Une rouquine, mh ? Ce ne pouvait que être Taraya, pour semer une telle discorde dans un couple. Niènor eut un sourire en coin. Était-ce les vestiges néfastes de la quête précédemment achevée avec sa collègue rousse qui la poussait à semer encore plus la mésentente dans le couple ou était-ce simplement la bonne humeur qui la rendait taquine ? Elle n'aurait su le dire. décidée à achever l'œuvre de sa collègue, elle s'approcha un peu plus du couple et plus particulièrement de la jeune fille et prit un air compatissant avant de prendre la parole.

-Vous ne devriez pas vous laisser faire, votre homme vous trompes, ça saute aux yeux... Pourquoi aurait-il amener sa copine devant votre enseigne sinon pour vous montrer que vous ne valez plus rien à ses yeux ? Je suis vraiment désolée pour vous... ne vous en faites pas, ça ira mieux dans un mois ou deux ! Elle se tourna alors vers ledit mari Vous devriez avoir honte, goujat !

Sur ces mot, la féline, s'en alla d'un pas joyeux, très vite dépassée par la jeune fille en pleure et par son mari la poursuivant en lui jurant fidélité et amour éternelle. Niènor eut bien du mal, tout de même, à dissimulé un sourire qui se transforma bien vite en éclat de rire. Un peu plus et elle en aurait oublier son couturier ! Elle reprit donc sa recherche, tournant la tête de droite et de gauche pour enfin dénicher un couturier digne de ce nom ! Elle s'y dirigea donc, et rentra pour commander sa future robe qu'elle mettrait à la soirée de Leila en espérant faire bonne impression. Quant au loup, elle avait une idée bien précise de ce qu'elle voulait.

------------------------------------------------------------------------------------

La féline arriva à l'heure, quoi qu'un peu en avance. Le haut de son visage, camouflé par un superbe loup vert aux délicates décorations violettes agrémentés, sur le côté, de quelques petites plumes de la même couleur que les décorations mettait en valeur ses yeux orangés, la rendant mystérieuse et belle en même temps. Quant à sa robe, elle était magnifique. Le haut épousait parfaitement ses formes gracieuse et sa taille gracile. A partir de ses hanches, la robe s'évasait, perdant le bas du corps de la féline dans un tissu de soie à la couleur verte sombre ornée de volutes violets qui dessinaient sur sa robe d'élégants fioritures. Niènor ne manquait pas de charme lorsqu'elle faisait un effort pour bien s'habiller et se coiffer... On en aurait presque oublié qu'elle vivait dans la forêt, seule et isolée de tous, tant sa démarche se faisait élégante et distinguée. Ses cheveux, derrière elle, ondulaient doucement, libre d'aller ou bon leur semblait. Ils avaient beaux avoir juste été peignés, ils reluisaient et attribuaient à leur propriétaire une allure encore plus mystérieuse.

De sa démarche féline, Niènor alla se poster à côté de Taraya, très joliment vêtue, toute en grâce et en noblesse, resplendissante dans une robe rouge enrichie de douce volutes d'or sur ses manches. Autour d'elle, l'assistance semblait ne plus tenir en place, signifiant que le début était proche. Revan était là également. Non loin de Leila, il jouait le tombeur de ces dames faisant adopter à certaine filles un comportement déroutant et tout à fait... Effrayant... Lorsqu'il eut fini de s'entretenir avec Leila, qui, une fois de plus, semblait contrariée, il se tourna vers Taraya et Niènor afin d'expliquer le but de la soirée, qui se révélait être en réalité un simple jeu.

-Le jeu est simple. Deux aventuriers joueront, dans un décor baroque, les enquêteurs sur le meurtre d'une victime qui sera choisie au hasard dans la liste de nos personnages. Bien entendu, l'enquête sera semée d'embûches, dont vous serez les actionnaires. La partie est gagnée si les enquêteurs découvrent le coupable avant de mourir. S'ils échouent, ils seront alors éliminés, sans mourir pour de vrai bien entendu.

Des filles autours de Revan gloussèrent... Étonnant. On aurait presque dit que les jeunes dames idolâtraient le bellâtre. L'homme s'empara alors délicatement d'un éventail et le pointa théâtralement sur Niènor et Taraya, tout en gardant une infinie douceur.

-Et qui de mieux placé pour jouer les Sherlock que nos deux héroïnes de la soirée ? Taraya et Niènor, qui nous ont démontré dans l'arène une fois déjà, qu'elles étaient capables de grandes choses. Mon offre est la suivante. Survivez, trouvez le coupable, et je vous recommanderai pour d'autres missions plus périlleuses... échouez, et... et bien, vous devrez un baiser au vainqueur, c'est à dire moi. Le créateur.

Ainsi donc, leur châtiment le plus terrible serait d'embrasser le créateur ? Si ce n'était que cela... C'était étrange tout de même, comme chaque phrase de Revan avait la capacité d'émouvoir le publique. A présent, les filles chuchotaient entre elles et Leila prit enfin une moue satisfaite, rougissant au passage. Quant à Revan, perdre son temps ne semblait pas dans ses attributions. Il avait déjà une main sur un bouton qui les enverraient à coups sûrs au devant des ennuis.

-Mais bon, je vous poserai un niveau moyen, le difficile étant réservé aux soirées très... privées. Mesdemoiselles, voulez-vous bien vous donner la peine de répondre à mon défis ?

Taraya ne perdit pas de temps. Revan étant sa victime préférée, elle se dirigea vers lui avec noblesse et avec une lenteur toute calculée, avant de s'arrêter devant lui et défier Revan:

- Voyons Revan, ne sois pas si timide. Tu sais, il suffit parfois de simplement oser demander…

La rouquine restait fidèle à elle même. Sa coéquipière, elle l'avait remarqué dès le début, adorait provoqué les gens. Ainsi, elle était à présent à deux doigts du visage de Revan qu'elle tenait entre ses mains. Le fixant dans le blanc des yeux, elle attendait un signe de la part de Revan. Niènor roula des yeux, pas du tout étonnée par le comportement de la rouquine. Mais un sourire flottait tout de même au coin de sa bouche. Elle finit par prendre la parole, exaspérée par le silence qui régnait soudainement.

- Élémentaire, très cher. Je réponds à ton défis favorablement sans aucun soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titan [PNJ]
Admin


Messages : 96
Date d'inscription : 19/02/2010

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: ?
Niveau: ?

MessageSujet: Re: Quête : Masques et Loups   Ven 24 Juin - 10:55


    Revan, gardant le regard de l'aventurière comme gage de sa participation, étira ses lèvres d'un sourire et illumina sa bague, en améthyste, en signe d'activation de son pouvoir. Il se pencha près de la demoiselle, enlevant les doigts de son menton, et étira ses lèvres d'un sourire.

    "Je ne voulais pas te mettre à dos la moitié des filles ici mais..." Masqué par les plumes de son loup noir, il fit un pas de plus, et échangea quelque chose qui pouvait être un baiser, ou bien une simple provocation, avant d'appuyer sont le bouton de son jeu. Très droit, le regard rieur, il recula et eut un sourire malicieux alors que Taraya rétrécissait, de plus en plus petite, jusqu'à tenir dans sa paume. Il la prit délicatement et la posa devant la porte d'entrée du manoir du jeu, puis se tourna vers Niènor.

    "En avant alors, Saigneuse de Biolide, joli surnom que vous gagnez à l'Académie n'est-ce pas ?" Il attrapa son bras de façon délicate et appuya sur un second bouton, réduisant la jeune femme vêtue élégamment d'une robe tout à fait tranchante avec ses yeux à la taille d'un petit doigt. Doucement, il l'attrapa, pour ne pas abîmer ses vêtements, et la posa aux côtés de sa partenaire avant de claquer des doigts, pour qu'un voile de ténèbres ne couvre l'endroit où elles se trouvaient. Une cohue d'étudiantes bien nées se colla à la boîte avant que Raven ne place une petite pierre de rêve devant une loupe, pour permettre la projection de ce qu'il se passait à l'intérieur à la vue de tous. Leila, contente, prit place aux côtés des autres pour leur petite séance de film inédit. Celui dont les mercenaires de coeur seraient les acteurs principaux.

    Pour Taraya et Niènor, le silence se faisait complet, mais dehors l'animation était à son comble, pour discuter de qui serait le coupable d'avance, alors même que Revan n'avait posé les règles. Perplexes, les autres attendaient. Puis finirent par se taire, voyant que leur animation de la soirée restait bloquée dans le noir sans rien d'autre qu'une porte de manoir.

    "Bien." Revan monta sur une petite estrade, main sur la télécommande magique de son jeu. "Il fait nuit noire. La rue, pavée de pierres grises, est faiblement éclairée par l'unique réverbère de la rue. Nos deux aventurières sont sorties, le lendemain d'une fête, pour prendre un peu l'air après une nuit agitée. Contente de s'être repues et d'avoir pu entrevoir les plus charmants des jeunes riches, elles ne se doutent pas que... "

    Un cri perçant, horrible et long parvient de la boîte noire, fait crier en retour les jeunes fille de la salle.

    "Elles sont maintenant témoins, et suspectées de meurtre."

    Les portes du manoir s'ouvrirent, pour les laisser entrer, et exhibèrent aux deux jeunes filles un endroit très riche, aux couleurs prononcées selon les pièces. Revan afficha un sourire cruel et voilà sa voix d'écho pour présenter à la fois aux spectateurs et aux acteurs leur scène de crime.

    "Après une fête très arrosée, vous êtes témoins d'un meurtre dans ce grand manoir. Les plans vont s'afficher, prenez le temps de les regarder, mais ils apparaîtront chaque fois que vous devrez faire un déplacement à une fin de tour. Pour l'instant vous n'êtes qu'au Rez-De-Chaussée, je vous afficherai la grille de l'étage lorsque le besoin s'en fera sentir."


    A B C D E F G H I J K L M N
    1













    2

    Salon Jaune





    Bibliothèque Violine

    3













    4













    5













    6


    Vers l'étage





    Vers l'étage


    7













    8













    9













    10

    Casino Bleu





    Chambre Orange

    11





    Case Départ






    "Vous demanderez le lancer de dés individuellement, tout en choisissant si vous souhaitez ou non suivre votre partenaire. Votre but est d'interroger le maximum de suspects et de pouvoir confondre à la fois les coupables et les armes utilisées. Je vous laisserai découvrir la victime d'ici quelques minutes, au fond de ce couloir. Devant vous sont les principaux suspects, laissez-moi vous les introduire."

    Six silhouettes floues, légèrement lumineuses se rapprochèrent, alors que les aventurières, immobilisées sur leur case, ne pouvaient que tenter de deviner leur forme.

    "Tout d'abord, une femme au fort caractère. Elle est montée dans les coeurs des jeunes hommes en épousant un vieux grigou, qui l'a aidée tout au long de sa carrière de théâtre. Lyla, de son état, jouera le rôle de l'Actrice dans votre enquête. Forte et libre depuis la mort de feu son époux, elle n'est pas commode à la première approche, ce qui ne lui offre que quelques rares amis."

    La blonde, vêtue d'une longue robe noire étriquée à la taille, jaugea ses adversaires d'un oeil sévère en s'éventant, mettant en évidence ses gants noirs et la bague qui ornait ceux-ci. D'une grâce inégalable, elle tourna sur elle-même un instant, puis se grisa, tandis que la deuxième forme prenait un visage.

    "Jeune mais très influent, cet acteur d'art dramatique l'est de longue lignée. Connu pour ses magnifiques interprétations de rôles tout particulièrement féminins, il est de ceux qui réussirent même à faire humidifier les yeux de feu notre roi. En revanche, sa vanité et son trop franc-parler ont fait de lui la cible toute particulière des prétendants. Il est, inutile de l'ajouter je crois, célibataire."

    Unjeune homme aux cheveux blancs et longs, tout de rouge vêtu, s'inclina avec classe devant les spectatrices de la présentation, sourire charmeur aux lèvres. Il jeta un regard innocent sur le côté, digne d'une scène d'amour, avant de rire à gorge déployée, inclinant la tête vers l'arrière, et de se griser comme l'avait fait l'autre personnage.

    "Maintenant, une femme dont la vivacité et la capacité au combat en font un terrible adversaire. Elle n'était pas invitée à la fête hier soir, mais y est arrivée en cours de nuit pour mettre tout le monde dehors. Corrompue par tant de beaux garçons, elle a fini par se mêler à la fête, mais est ce matin extrêmement remontée."

    Dans un éclat de rire général, la copie conforme d'une garde de Thalatta, particulièrement connue pour sa sale humeur, adressa un regard de fer aux deux enquêtrices avant de mettre un coup de poing en l'air, et d'émettre un cri sauvage, un cri de combattante, puis de s'asseoir en tournant, et se griser comme les autres.

    "D'une beauté inégalable, et d'une finesse dont la lignée ne fait aucun doute, cette femme d'âge encore tendre est l'une des plus grandes et des plus nobles aristocrates de notre histoire. Son tempérament fort et droit lui valurent les avances de nombreux hommes qu'elle refusa, s'attirant leurs foudres. Voici l'Aristocrate de notre histoire."

    Peu vêtue, pieds nus, des bracelets aux chevilles et aux poignets tintant doucement, une chevelure lisse, noir corbeau et deux yeux d'un violet soutenu, grande, décorée d'une parure compliquée d'améthyste et qui laissait parfaitement voir de quel corps magnifique de femme il s'agissait, la copie conforme, de la tête à la posture, du regard au rythme de respiration, l'ancienne reine, assassinée, se matérialisa devant eux, esquissant un sourire doux. Elle se pencha, fronça les sourcils, puis croisa les bras et fixa un point unique avec impatience avant de se griser et se figer, laissant les spectatrices en émoi.

    "Nous en arrivons presque à la fin notre dernier personnage est encore un jeune garçon mais a montré a plusieurs reprises qu'il était capable de tenir tête à quiconque le défiait sur son terrain : celui de l'argent. Impitoyable envers ces ennemis, ce garçon veillait sur la fête dans un but tout autre que celui de la plupart des jeunes invités, il voulait rencontrer notre aristocrate en vue de devenir un de ses associés. Il jouera notre Jeune Seigneur pendant cette partie."

    Le regard dur, un sourire sans joie sur le visage, l'enfant frappa de sa canne sur le sol et eut une moue méprisante envers les spectatrices avant de se détourner et de se griser.

    "Bien, il est temps pour nos personnages de regagner leur case." Ils s'évaporèrent. "Et pour vous de découvrir les différentes armes, retrouvées dans tout le manoir, et qui auraient pu servir à éliminer la victime que je vous invite à découvrir en case G1 du Rez-De-Chaussée. Tout d'abord, le Poulet en Caoutchouc de Titan. Un jouet pour chien créé à partir d'un fragment de son armure. On raconte que c'est en le mâchant que sont nés les chiens des Enfers."Un poulet en caoutchouc à l'air particulièrement démoniaque apparut devant elles, comme sur un présentoir imaginaire.

    "Ensuite, le Canard de Bain de Naïa. Un jouet qu'on fut surpris de retrouver, on raconte que la déesse elle-même y a caché ses mémoires d'une manière qu'elle seule saurait retrouver. Quiconque tente de l'ouvrir risque de mourir dans d'atroces souffrances s'il ne possède pas la puissance nécessaire."

    Un canard de bois, blanc, avec un regard de simplet se mit à tourner devant les deux inspectrices, exposant un arc de bec qui fit rougir jusqu'aux oreilles Leila en personne. Le canard ne laissait aucun doute sur sa réelle utilisation.

    "Le fusil à cristaux pour enfant. Une arme qui peut projeter la puissance d'une pierre multipliée par cinq, très dangereux et rapidement interdit, a environ une chance sur trois de vous revenir dans les yeux et de vous tuer sur le coup."

    Un tube de bambou, orné d'un socle pour une pierre, qui ressemblait plus à un petit bazooka qu'à un fusil pour enfant, apparut à son tour.

    "La Mangeoire à Oiseaux Dorée. Une réplique créée à partir de la fontaine qui transforma jadis les oiseaux de notre contrée en Phénix et en Dragons. Instable, si on s'en sert dans le but d'atteindre le stade de l'humain supérieur sans posséder la puissance nécessaire, on peut finir brûlé de l'intérieur."

    Un bol doré tourna un moment devant les yeux des jeunes femmes, gravé de runes sur tous les flancs, et bardé de quelques rayures noires comme la mort. Une pierre de pouvoir unique, de synthèse, était incrustée en son centre.

    "Enfin, les bigoudis de la Reine. Ne riez pas. Ils sont imprégnés de son pouvoir depuis l'unique jour où elle les a essayés et a eu tant honte qu'elle a cherché à s'en débarrasser à tout jamais. Seulement l'améthyste les a complètement corrompus, et ils sont toxiques à tout porteur de pierre non biolide."

    Un unique bigoudis, rose, luisant de pouvoir, tournoya devant le regard des protagonistes alors qu'en dehors de la boîte on s'esclaffait.

    "Bien, maintenant que tout est fait. Vous avez l'autorisation de lancer un dé à six faces. Pour commencer vous devez absolument aller voir la victime, le chapelier allongé là-bas. Vous pourrez constater par vous-même que ses blessures correspondent environ à toutes les armes que j'ai pu vous décrire. Une fois que vous aurez examiné le corps, choisissez chacune une destination, vous pouvez allez vers la même. Si vous choisissez de jouer ensembles alors il vous faudra être en même temps dans la même pièce pour que l'animation se déclenche. Vous perdez si vous mourrez avant de trouver le coupable, ou si vous désignez le mauvais coupable. Bonne chance."

    Deux dés géants, en mousse, tombèrent de nulle part devant les deux filles, et la voix s'éloigna, les laissant seules dans cet endroit sombre.


[Pour lancer vos dés, rendez-vous ici]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://az-mary.forumactif.com
Taraya Erell
necrolide


Messages : 24
Date d'inscription : 03/02/2011
Age : 22
Localisation : Certainement là où tu n'es pas...

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: Pierre de Lune ~Brouillage de la vue~
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : Masques et Loups   Lun 11 Juil - 3:53

Ah ouais, Taraya avait de la concurrence hein. Niènor n’était pas mal non plus, dans cette tenue. Toujours fidèle aux mêmes couleurs, elle portait un masque bicolore rappelant la nature et les reflets de ses cheveux alors que sa robe restait dans la même gamme de teintes. Ses cheveux étaient simplement brossés, sans que la jeune femme n’ait pris le temps de faire une coupe spéciale. Le temps du discours du beau noiraud, elle traînait aux côtés de la belle vêtue de rouge et une fois les explications terminées, elle ne broncha pas lorsque la rouquine s’approcha de Revan. Celui-ci finit d’achever la provocation de Taraya avant de lui faire prendre conscience de sa petitesse face à lui. Littéralement. Là voilà guère plus haute que sa pierre lorsqu’elle avait une taille normale et bientôt Niènor vient la rejoindre devant une porte.

- Voyons Revan, tu n’avais pas besoin de ça pour me faire savoir que tu m’étais supérieur…

La jeune femme parlait sans vraiment se préoccuper de qui l’entendait et attendit de voir ce qui allait se passer à présent. Un cri. Elle fit une grimace pour signifier que ce bruit soudain était des plus désagréable, mais rapidement le maître du jeu reprit l’explication.

- Elles sont maintenant témoins, et suspectées de meurtre.

Chouette, un mort. Visiblement, ça mettait de la vie dans la salle où tout le monde avait une taille appréciable… Hum, les portes du manoir finirent par se déverrouiller et les deux protagonistes purent entrer dans ce qui était un large couloir décoré dans un style baroque. Salon jaune, bibliothèque violine, chambre orange, casino bleu… Ben ils s’étaient pas foulés pour les noms. Espérons que la suite soit plus originale.

Au fond de la longue pièce se dessinèrent cinq formes humaines que le présentateur ne tarda pas à détailler. D’abord la blondasse veuve qui les snobait sans même prendre le temps de les connaître – ça commençait bien… –, puis le célibataire qui jouait des scènes d’amour pour pas risquer les scènes de ménages – il y en a encore beaucoup des comme ça ? –, ensuite la jeunette belliqueuse qui poussa un cri débile en faisant un mouvement tout aussi ridicule – quelle menace… –, après une femme qui avait quand même plus la classe, mais qui passait plus pour une prostituée hippe-car-je-marche-pieds-nus qu’à une véritable reine – elle semblait déjà moins sympathique – et enfin un jeune… garçon ? qui paraissait également plus sérieux – un manque d’affection dans son enfance ?

- C’est bien beau mais avec tout ça, on n’a toujours pas vu la victime.

Taraya parlait à mi-voix avant que le noiraud ne reprenne la suite de son histoire. Pour le moment, difficile de savoir lequel de ces cinq personnages avait le profil d’un assassin, mais le plus dur allait être de surpasser les apparences pour trouver le réel coupable. Quoi que la reine et le gosse paraissaient les plus enclins à tuer quelqu’un, cela pouvait tout aussi bien être l’acteur fleur bleu ou la rebelle qui se laissait facilement séduire. Bref, introduisons à présent les armes.

Un volaille bruyant avec une histoire absurde… Il n’affichait pas un air très réconfortant mais… On pouvait vraiment tuer, avec ça ? Je veux dire, à part marteler sa victime pendant des heures ou en l’étouffant avec… Bon, continuons…
Pour ne pas changer de registre, on reste dans les oiseaux. Place au joujou de la Déesse de la pureté, qui n’était peut-être pas si pur que ça, quand on voyait l’objet en question…
Ensuite une arme qui, selon les explications de Revan, pouvait expliquer le bandeau à l’œil du jeune seigneur. Paraissait-il que les chances de recevoir une mauvaise surprise existaient, mais peut-être cet enfant a-t-il pu éviter de justesse le pire…
Rien que parce que ni les poulets, ni les canards ne savent voler, on va passer à un objet pour oiseaux qui n’ont pas des ailes pour rien. Il s’agit à présent s’une mangeoire qui pouvait permettre à certains animaux de devenir plus puissants, mais hautement dangereux pour l’humain ayant soif de pouvoir.
Pour terminer, une arme destructrice, un outil dont l’utilisation est des plus cruelles, un équipement qui détruit quiconque n’a pas certaines caractéristiques requises… Un bigoudis. Magique, certes, mais qui reste un bigoudis. Quoi que… Rien que la couleur devait suffire à achever les plus téméraires.

Maintenant que les détails étaient réglés et les informations enregistrées, la partie pouvait commencer. Pour le moment, elles n’avaient qu’à trouver la victime et l’observer tout en se posant les premières interrogations concernant sa mort, son agresseur et ses raisons. L’homme les mit tout de même en garde concernant la fin de partie – avec l’horrible châtiment de devoir (re ?)embrasser Revan – : la mort, ou une erreur.

La voix se tut en laissant choir de quoi permettre aux deux femmes d’avancer. Les dés, il aurait quand même pu prendre la peine de les adapter à leur taille… Là ce n’était pas vraiment pratique, mais Taraya se débrouilla comme elle put. Elle en attrapa un avant de tourner sur elle-même pour donner plus d’élan à son coup, laissant quelques peu le fond de sa robe se soulever. Hop, premier chiffre. Elle répéta le coup avec le second dé et avança dans la direction du corps inerte jusqu’à ce que son nombre de pas se réduise à zéro.

- Niènor, tu préfères qu’on se la joue solo, chacune à enquêter de notre côté ou en équipe ? T’as vu, non seulement je te demande, mais en plus j’attends ta réponse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niènor Aslinn
necrolide


Messages : 47
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 23
Localisation : Dans les étoiles~

Qui est notre héros ?
Pierre [et pouvoir]: onyx noir [Félin]
Niveau: 3

MessageSujet: Re: Quête : Masques et Loups   Jeu 28 Juil - 1:29

-En avant alors, Saigneuse de Biolide, joli surnom que vous gagnez à l'Académie n'est-ce pas ?

Elle n'eut pas le temps de se rendre compte de quoi que ce soit. En un rien de temps, hop ! Elle s'était retrouvée ridiculement petite, dans le noir ou seul une porte de manoir était éclairée avec, à ses côtés, une Taraya toute aussi petite qui murmurait une phrase mordante à l'attention de Revan- celui-ci étant sa victime préférée, il allait finir par en être habitué- qui l'entendait ou ne l'entendait pas. Après, tout, le silence les entouraient, Taraya et elle. La féline ne douta pas de ce que cela voulait dire. Ainsi, la course à la trouvaille d'une victime et d'un meurtrier et d'une arme de crime était lancé. Restait à attendre le contexte, les suspects et les armes du crime en question. Une tragédie qui fit grincé des dents la féline, lui rappelant de sinistres souvenirs. Perdue dans ses pensées, elle n'avait en revanche pas entendu Revan parlé et entamé le contexte du jeu. Son manque d'attention lui valut un magnifique sursaut quand un cri sinistre lui perça les tympans, durant en longueur, faisant courir un frisson glacé dans le dos de Niènor. Une mort agréable n'existait pas ou quoi ?

-Elles sont maintenant témoins, et suspectées de meurtre.

Ah bon ? Mais ça commençait fort bien, semblait-il. Cela ne voudrait-il pas dire qu'elles auraient des bâtons dans les roues ? Puisqu'elles étaient également suspectées, on allait forcément les interroger à leur tour. Et une menace de plus, une ! Sur ces pensées, la mystérieuse porte de manoir s'ouvrit, laissant à leur yeux le loisirs d'observer un intérieur coloré- une pour chaque pièce dirait-on- et raffiné. Niènor prit bien le temps de balayer l'entrée du regarde. Le danger pouvant être à chaque coin de pièce, autant y faire attention. De plus, Revan leurs conseillaient de prendre le temps de mémoriser, d'observer même si le deuxième étage n'était pas encore présent. Puis, Revan passa à la description des suspects. Alors, devant elles, six silhouettes s'enchainèrent. La première était une actrice veuve et ayant à son actif un fort caractère. Elle était blonde et exhibait à ses doigts des bagues bien sûrement onéreuse. Pas de quoi fouetter un chat, en somme. Le deuxième suspect apparu alors, remplaçant l'image de la blondasse d'avant. Là encore, c'était un acteur. Et très doué, surtout pour les interprétations féminines paraitrait-il. Mais il lui parut surtout vaniteux et imbu de lui même. Dans une sortie théâtral, il disparut laissant la place à une jeune fille qu'on disait garde. elle avait certe l'air farouche mais question vivacité au combat, excellerait-elle autant que la féline sur ce point là ? Une réponse que Niènor n'avait pas l'envie de découvrir. Dans un cri et un mouvement quelques peu... Risible ? La garde céda sa place à la noble reine d'un temps antérieur dont Niènor ne savait rien. Sa beauté ne faisait aucun doute mais elle avait du mal à l'imaginé en tueuse. Peut-être, éventuellement, en laissant tomber quelques choses de lourds sur un de ses servants mais là aussi... Une fois de plus la silhouette concéda sa place à une autre. Voici maintenant apparaitre devant eux un jeune garçon ou plutôt, un jeune seigneur. Mais dans la tête de la féline, ça ne faisait aucune différence. Mise à part, peut-être, que l'enfant en question semblait avoir pris la grosse tête. Quant à son petit air hautain, Niènor ne l'appréciait pas du tout.

Passons maintenant aux... Armes du crimes ? Ah bon ? On pouvait sérieusement tuer avec un... Poulet en caoutchouc... ? Étrange. Niènor tenta d'imaginer la manière dont ou pouvait tuer avec ce machin là- ce n'était pas son regard diabolique qui achèverait la victime, après tout- mais c'était peine perdue. Elle ne tenta pas plus et regarda plutôt l'objet suivant qui appartenait à Naïa. Un simple canard en bois blanc avec une difformité au bec-allez savoir pourquoi... Enfin bref, selon la légende, le canard détenait les mémoires de la déesse. Et toujours selon la légende, on pouvait mourir si on tentait de l'ouvrir. Ensuite, vint le tour d'un jouet pour enfant qui ne mit pas long à être interdits, au vu des risques qu'il représentait. Vint le tour d'une mangeoire à oiseaux qui transformait de petites et mignonnes mésanges en dragons ou en phénix. Mais qui pouvait vous transformer en saucisse vivante si vous tentiez l'expérience. Et puis, pour finir, le clou du spectacle ! La pire arme jamais inventée sur la terre d'Az-Mary, un fléau en son genre le... Bigoudis rose bonbon de la reine. Ah. Mise à part la couleur qui passait pour un crime contre l'humanité juste pour avoir été inventée, c'était un bigoudis à l'allure ordinaire... Flippant quand même, ces armes du crime ! Du coup, Niènor regarderait différament les simples petits objets de la vie quotidienne puisque vraisemblablement il en fallait peu pour tuer quelqu'un.

Bon eh bien, le contexte avait été posé, les suspects présentés, les " armes" du crime exposées ! Il ne manquait plus qu'à examiner le corps qui se trouvait sur la case G1, a trouver le meurtrier et l'arme du crime. Cela n'allait pas être facile mais c'était aussi une part de challenge et ce sera bien plus drôle ainsi ! Ainsi, la partie pouvait s'achever plus rapidement uniquement si l'une des coéquipières désignait un suspect non meurtrier ou si l'une d'elle mourrait. Du haut surgit soudainement deux gros dés de mousses- sûrement pas bien gros pour quelqu'un d'autre que Taraya ou Niènor- que la rouquine ne mit pas long à saisir puis envoyé valser au loin. Elle s'en alla alors rejoindre le corps en G1. Niènor n'hésita pas bien longtemps avant d'imiter sa comparse. Elle se saisit alors d'un dé dont la grandeur démesuré par rapport à sa taille lui donna du fil à retorde. Elle le saisit comme si elle faisait un énorme câlin à quelqu'un et envoya valser le dé avec un misérable coup de pied bien qu'elle y aille mis toute sa force. Elle réitéra son exploit avec le deuxième qu'elle envoya valser un peu plus loin que le premier. Elle décida donc de rejoindre Taraya sur la case G1 et de découvrir à son tour le cadavre. Une fois arriver sur les lieux, la rouquine n'en démordait pas moins. Avec une pointe d'amusement, la féline écouta ce que sa coéquipière lui annonça :

- Niènor, tu préfères qu’on se la joue solo, chacune à enquêter de notre côté ou en équipe ?
T’as vu, non seulement je te demande, mais en plus j’attends ta réponse !


Un sourire vint naitre sur le visage de Niènor. Cette fille était décidément surprenante d'originalité. La féline était pourtant contente que Taraya aille attendu son verdict pour décider. Mais elle même ne savait que choisir. A peser le pour- l'enquête avancera plus vite, plus d'indices récoltés et plus de temps pour réfléchir- et le contre- impossible de savoir ou l'autre en était et donc, de s'entre-aider, un risque plus grand à courir, après tout, le nombre fait la force, et également l'incapacité à protéger l'autre- Niènor ne faisait que s'embrouiller. Et même si l'incapacité à protéger la rouquine l'énervait, n'était ce pas mieux de faire cavalier seul et de récolté ainsi plus d'indice ? Et rien ne les empêchait de faire un check-point.

- Oui et je suis contente que tu ailles attendu mon avis. Pour ma part, je pense qu'il serait mieux de faire cavalier seul. Même si c'est plus risqué, on récoltera également plus d'indice. Et puis, nous pourrions faire un check-point. Qu'en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quête : Masques et Loups   Aujourd'hui à 10:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Quête : Masques et Loups
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prise de risque - L'agneau dans le repère des loups [Pv. Ryuho D. Shikki]
» [règle maion] Dwarfnak et ses chevaucheurs de loups
» Entrainement des Loups des Cimes ! [PV l'équipe ! - TERMINE]
» [Les loups se retirent...] Courtes Jambes contre Loups Gris [Prio : Aetius]
» Les Loups, Frères d'Armes et Chaumont/Troyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Az-Mary :: Administration :: Ancienne version :: Anciens Rp :: Anciens événements ou quêtes.-
Sauter vers: